Artxikoak hitz-gakoen arabera Nazioartea


Berrogoi ta hamar urthez Enbata etxean astero

Les lignes qui suivent sont dictées par l'affection que je porte à ce vieil hebdomadaire lu pas à pas depuis quarante-huit ans. Pendant longtemps, j'ai pensé qu'Enbata constituait une bonne image de la question basque au nord.

Mais revenant de nombreuses années plus tard, venant vous saluer, j'ai pu constater qu'il y avait une autre vie qu'Enbata. J'avoue en avoir ressenti un certain dépit. C'est que j'avais compris le sous-titre “Hebdomadaire politique basque” au sens de “toute la vie politique basque”.


Ça c’est de l’info coco !

La presse hexagonale est coutumière d'articles sur le Pays Basque truffés d'approximations et de clichés.

Jean-Marc Abadie épingle l'édition estivale du Courrier International Spécial Pays Basque en s'interrogeant sur le supposé sérieux de l'hebdomadaire, propriété du groupe Le Monde.


Le Timor face au néo-colonialisme australien

En accédant à l’indépendance en 2002 suite au référendum d’autodétermination de 1999, le Timor Oriental savait qu’il se lançait sur une route longue et semée d’embûches en dépit d’une santé déplorable.

Le premier accord remonte à 2002, l’année de l’indépendance, et le Timor n’était évidemment pas en mesure de peser face à l’Australie. Contrairement au droit maritime international qui prévoit un partage des eaux territoriales selon la «ligne médiane» entre les deux pays, cet accord faisait sienne les exigences australiennes d’un partage selon la ligne de «plus grande profondeur»...


Drapchi 14

Uztailarekin hasten dira telebista kateetan udako programak deitzen dituzten emankizunak eta berhedapenak. Ez da berri berezia erraitea telebistan pasatzen diren emankizun gehienak ez direla balore handikoak, udan pasatzen direnen berezitasun bakarra da usu usaian baino desesperagarriagoak direla oraindik.

Badakit ez direla usaian jendeak izendatzen kronika honetan bainan hor ere menturatzen naiz ez baita irrisku berizirik eta erabaki baitut balio zuela bi jende izendatzea : Cyril Payen kazetaria eta Ngawang Sangdrol tibetar emaztea


Amalur

En experte, Maryse Cachenaut, ramène inlassablement à une agriculture humaine. Sa parole n’est pas singulière, car elle recouvre une démarche collective qui transforme le Pays Basque.

"L’agriculture est le reflet de notre société de nos modes de vie, de nos fonctionnements. L’industrialisation de l’agriculture, la production de produits standardisés, ont fait beaucoup de dégâts, développant la malbouffe, réduisant considérablement le nombre de paysans. A nous de résister dans nos actes de production et de consommation!"


Une deuxième fois

"Cette crise n'est pas celle de 29, cette crise n'est pas une crise du capitalisme, cette crise est la dernière du capitalisme, qui est allé au bout de sa libido d'ogre." Eric Hobsbawn

La question, comme disait André Gorz, n'est pas de savoir si on sortira de ce capitalisme. La question est de savoir comment on en sortira : par la barbarie, ou pas.


Les Kurdes atout pour la Turquie

Le 21 mars dernier, plus d’un million de Kurdes s’étaient rassemblés à Diyarbakir, dans l’Etat turc, pour y célébrer Newroz, la fête du nouvel an kurde. Ils étaient également venus écouter un message transmis par Abdullah Ocalan depuis l’île prison où il est incarcéré depuis son arrestation en 1999.

David Lannes revient sur ce qui semble être un début de dégel des relations entre le gouvernement d’Ankara et la minorité Kurde de Turquie.


1988 Peuple corse – 2013 Co-officialité

Vendredi 17 mai 2013, l'Assemblée de Corse a voté à une large majorité - 36 voix pour, 11 non-participations au vote, 0 contre - en faveur de la co-officialité de la langue corse, 25 ans après son vote de 1988 qui affirmait l'existence du peuple corse.

Ces deux votes auront leur place dans les livres d'Histoire.


Korsika edo Corsica

Internazionalismoa munduan da martxan / Ongi bizi liteke, baina ere jasan / Ipuin hunekin giten sartu kalabazan / Eta atera giten Korsikako plazan.

Bonjiurnu Ongi etorri, ta, trankil, ez, presa./Aiacciu eta gero, Monte Cintu ertza / Turistekin bai baina, bestenaz ez kexa, / Euskaldun ta korsikar, harreman errexa!