Enbata


Processus Bagira: lancement de la Transmission Historique

Le processus Bagira démarre sa séquence de Transmission Historique à partir du samedi 4 février jusqu’au 31 mars 2023, lors des deux mois qui précèdent l’anniversaire des 60 ans du premier Aberri Eguna du Pays Basque Nord.

Rendez-vous est donnée ce samedi 4 février à partir de 9h00 à la salle Sanoki à Itsasu. 24 personnalités représentatives de la grande diversité du Mouvement se succéderont, lors de cette matinée d’échanges, pour conter les grandes dates qui ont fait l’Histoire du Mouvement Abertzale et rappeler sa contribution à la construction du Pays Basque. (...)


11k hobengabetuak izan daitezen, denak Baionara!

Otsailaren 2an, 11 Bakegile epaituko dituzte Baionan iazko Uztailaren 23ko blokatze egunaren baitan autopistan egindako ekimena dela-eta. Aietetik izan dugun jarrerari segika, jendarte zibilak eta lurralde honetako eragileek bat eginen dugu auzipetuak diren bakegileekin. Hobengabetuak izan daitezela galdetzen dugu ekimen hura zilegia zelako!

Horretarako, anitz izan gaitezen 2023ko otsailaren 2an, ostegunarekin, Baionako auzitegian 13:00etarik goiti! (...)


Praktika eraldatzaileak gure lurraldean: zer eta nolaz?

26. Otsail Ostegunen aurtengo lehen hitzorduan, otsailaren 9an, Txomin Poveda Soziologian doktoreak eta Bagira prozesuaren koordinatzaileak, bere hitzaldian, Ipar Euskal Herriko alternatiben ibilbide historikoa oroitaraziko digu baita esplikatuko zergaitik eta zein logikarekin lurralde huntan hainbeste emazte eta gizon eraldaketa manera hortan inplikatzen diren.

Euskara hutsezko konferentziak, 26. aldikotz antolatuak dira Donapaleun, ZABALIK elkartearen eskutik. Hitzaldiak ostegun arratsez iragaiten dira, Donapaleuko Bideak gunean, 8ak30etan hasten eta bixkotxatto batekin baso bat edanez bukatzen. Jarraian aurtengo egitaraua, kasualitatez, otsailetik martxora luzatzen dena! (...)


Souvenirs d’Eric Dupré-Moretti

Le chercheur Eric Dupré-Moretti est décédé le 21 janvier à l’âge de 74 ans. Il a longtemps animé la revue Ikuska.

Michel DUVERT lui rend hommage dans nos colonnes. (...)


Le Canada reconnaît le génocide culturel des autochtones et va verser des réparations

Cet article de Philippe Argouarch sur « L'éducation » subie par les enfants des peuples premiers du Canada, le film bouleversant qui l’accompagne, « L’héritage des pensionnats indiens au Québec », éveilleront des émotions feront écho à notre situation en Pays Basque.

Oui, les écoles peuvent être aussi des lieux d'ethnocides, voire de génocides culturels. Elles ne servent pas uniquement à l'éducation, elles sont aussi des lieux privilégiés de politiques d'assimilation menées par les états qui incluent des minorités nationales ou des peuples conquis. (...)


Entretien avec les auteurs du film Karpeta urdinak : La torture, blessure historique ouverte

Le film Karpeta urdinak, (les dossiers bleus) ayant pour thème la torture en Pays Basque, est pour la première fois présenté en Iparralde. Du 21 au 22 janvier, deux projections ont déjà eu lieu. La prochaine se déroulera à Biarritz, Gare du Midi, le 26 janvier à 9h 30.

Ander Iriarte, réalisateur de ce documentaire et le chercheur Paco Etxeberria, auteur en 2017 d’un rapport officiel retentissant sur la torture en Pays Basque sont ici interviewés. Karpeta urdinak présente la dimension quantitative et qualitative du phénomène de la torture et la blessure ouverte qu’elle a laissée dans la Communauté autonome basque (CAB). Paco Etxeberria est sous-directeur de l’Institut basque de criminologie à l’université, auteur en 2017 d’une grande enquête commandée par le gouvernement basque sur la torture de 1960 à 2014. Il est également assesseur du secrétaire d’État à la mémoire démocratique (SEMD) du gouvernement espagnol. (...)


Sur les pas de Jakes par Ramuntxo Garbisu

En 2012, Ramuntxo Garbisu réalise un film sur la trajectoire politique et culturelle de Jakes Abeberry.

De nombreuses images d’archives parfois très peu connues et les interviews de plusieurs témoins remettent en situation le parcours du leader abertzale, avec les interventions de Zigor, Julen Madariaga, Didier Borotra, Peio Etcheverry-Ainchart, Thierry Malandain, Christiane Etchalus et Koldo Zabala. Le film s’achève en un bel élan sur les images d’un peuple en marche et dansant, alors que Mikel Laboa déroule son Baga biga higa. (...)


Message de Noël du roi

La « convivencia », le vivre ensemble se détériorent dans le pays, dit Felipe VI le 24 décembre à l’adresse de ses sujets du royaume d’Espagne. En cause, les nations périphériques qui réclament leur souveraineté et l’énorme crise institutionnelle qui en découle.

Le pouvoir judiciaire aux mains de la droite bloque les décisions du pouvoir législatif aux mains de la gauche. La patrie est en danger, ses institutions, sa Constitution aussi parfaites qu’immuables ne fonctionnent pas. Mais le roi très malin ne le dit pas comme ça. Pour clamer l’unité de la nation espagnole, il se garde de hurler « Una, grande, libre, arriba España », comme au bon vieux temps du Caudillo. Il préfère évoquer le nécessaire vivre ensemble, la « convivencia ». Cela veut dire la même chose, mais a l’avantage de masquer le nationalisme du discours. Dans l’enfer des intentions dont il est pavé, le nationalisme espagnol s’avance masqué, comme son homologue français qui use et abuse du mot république pour dire la France. Concernant la pratique gouvernementale, autre chanson. La convivencia est la domination d’un peuple et son Etat sur d’autres. (...)


Le prénom occitan Artús refusé par l’Etat

C’est un papa en colère qui a révélé sur son compte personnel Facebook le 20 décembre dernier la mésaventure vécue lors de la naissance de son petit garçon. L’état civil en Lozère, où Lissandre Varena réside, a refusé le prénom occitan Artús. En cause, l’accent placé sur le prénom. Une vraie ressemblance avec l’affaire Fañch qui avait offusqué nombre de Bretons en 2017.

Lissandre Varena : « Nous pensions ces discriminations raciales/culturelles d’un autre temps, il n’est est rien. Notre fils Artús né il y a quelques jours à Mende (Lozère) se voit refuser son accent sur le “u” car en Occitanie, on peut donner un prénom anglais, italien, allemand, etc., mais dans la langue autochtone, non. Or l’accent n’est pas une décoration, il a un rôle majeur dans la prononciation du prénom. (...)