Se réapproprier nos outils collectifs (Partie 2/2)

Enargia, I-Ener, Herrikoa, Sokoa,... Se réapproprier nos outils collectifs. Dossier coordonné par Gisèle Lougarot (Partie 2).
Dans Enbata du mois de juin, le premier volet de notre dossier a retracé le déroulé de l’accaparement de Herrikoa et Herkide par Txistu Bergara et Timothée Acheritogaray. Mainmise qui s’est dévoilée à beaucoup lors de la crise de Enargia rendue publique en début d’année. Notre mise à plat ne saurait faire l’impasse cependant sur l’un des autres acteurs, trop rapidement entrevu jusqu’ici : l’entreprise Sokoa, à l’implication concrète dans l’affaire Enargia aux côtés de Herrikoa et Herkide. (...)

Sokoa, à la croisée des chemins

Quand dans la discussion, on avance que Sokoa fait partie de nos outils collectifs, il faut s’attendre à ce que cette affirmation puisse être assez rapidement contestée, appuyée par un : "d’ailleurs, à aucun moment, Sokoa n’a été une coopérative !". Entendre par là que ses instances dirigeantes n’ont jamais entrepris de la socialiser pour instaurer notamment une égalité en droit de ses salarié.es, dirigeants et actionnaires, selon le principe coopératif "une personne = une voix". Contester pourtant toute dimension collective à Sokoa reviendrait à nier certaines de ses composantes essentielles qui ont forgé son identité et ses valeurs abertzale.
De la réunion, fin 1970 à l’hôtel Arintasuna de Ciboure, d’un groupe de militant.es qui accompagnera Patxi Noblia dans la création de la société le printemps suivant, à la contribution active de celle-ci dans quantité d’initiatives de développement local ou à l’embauche de nombreux réfugiés, anciens preso ou militants marqués par leur engagement ; de l’intégration de ses salarié.es dans son actionnariat au fonctionnement de ses instances de gouvernance faisant que les prises de décision sont interrogées et discutées dans la diversité des points de vue,... la part de dimension collective de Sokoa apparaît évidente, difficilement contestable. Sauf à l’appréhender aujourd’hui sous l’angle de son pilotage par Timothée Acheritogaray, sous les bons auspices de Txistu Bergara. (...)

Les questions que nous n’avons pas pu poser…

Début mai, Enbata a sollicité à plusieurs reprises, par mail et par téléphone, un rendez-vous auprès de Txistu Bergara et de Timothée Acheritogaray pour recueillir leurs points de vue et leur permettre de donner leur version des faits exposés dans ce dossier, et dans celui, publié en juin, sur Herrikoa. Ils n’ont pas répondu ou ont refusé le rendez-vous.
Voici quelques-unes des questions que nous n’avons donc pas pu leur poser. (...)

“Gazteon beharrak asetuko dituen Euskal Herrian bizi nahi dugu”

XUTI GAZTE - Uztailaren 14eko besta egun arrotz honetan frantziar proiektu jakobinoa inposatzen zaigu euskal herritarroi beste behin ere. Frantizar errepublikaren baloreak goraipatzeko baliatuko den egun honen gibelean Euskal Herriko gazteok bizi dugun zapalkuntza ezkutatzen da.
Muturreko egoera pairatzen dugu gazteok: euskaraz ikasi eta mintzatzeko aukera eskasa, etxebizitza eskuraezina, lan prekarietatea, bortizkeria matxista, LGTBfobo eta arrazista, goi mailako ikasketetarako eskaintza urria, lurraren suntsipena, turismo masiboa, etab… Ezinezkoa bilakatu zaigu Ipar Euskal Herrian bizitzea, eta Frantziara joatera kondenatuak gara. (....)

«Ipar Euskal Herriko historia idazten ahal ote da?» mahai ingurua

Ikerketa zientifikoa beharrezkoa da, ondotik ezagutza transmititu eta dibulgatzeko. Gaur egun, Ipar Euskal Herriko lurraldeari dagokionez, zailtasunak agertzen dira bere historia dokumentatzeko, honen irakasteko eta ezagutza transmititzeko. Testuinguru horretan, Ipar Euskal Herri mailako historia idaztea posible ote da.
Peio Etcheverry-Ainchart-ek animaturik, parte hartu dute; Xabier Itçaina Ikerketa Zientifikoko Zentro Nazionalean (CNRS) ikerlea, Emile Durkheim Bordeleko Sciences-Po ikerketa zentrotik, Maite Urmeneta Historia-Geografiako irakaslea, Bixente Irigarai Baigorriko Mehaka interpretazio zentroko animatzailea eta Philippe Etchegoyhen Zuberoako historian berezitutako idazlea. (...)

L’Iparralde nouveau est arrivé

Deuxième coup de tonnerre, un député abertzale est élu. Carton plein avec l’envoi à Paris de trois députés de gauche. Deux circonscriptions de centre droit-majorité présidentielle changent de couleur.
Le candidat défenseur du projet immobilier Marienia de Cambo est battu par un abertzale. (...)

L’avenir est à nous

L'Edito du mensuel Enbata - Il est temps de repenser nos stratégies sur le long terme. Nous devons passer du "parler de" au "parler à". Plutôt que de simplement parler du réchauffement climatique, nous devons oser engager la conversation avec les climatosceptiques. Plutôt que de seulement parler des inégalités, aller discuter avec les personnes en décrochage. Au lieu de parler des migrants de manière abstraite, allons à la rencontre de ces personnes qui ont tout laissé derrière elles pour fuir des situations dramatiques. Déconstruire les préjugés et les stéréotypes, redonner confiance, briser les peurs. En dialoguant directement avec celles et ceux qui sont touchés par les problèmes du quotidien, nous pouvons créer des ponts, sensibiliser et mobiliser de manière plus efficace. L'organisation collective se construit au quotidien, dans nos quartiers, nos villages, nos lieux de travail. Chacune de nos actions, aussi modeste soit elle, compte.
L'espoir est notre meilleur allié. Il nous pousse à agir, à nous dépasser, à croire en un avenir meilleur. Cet espoir, nous le trouvons dans chaque acte de résistance, dans chaque victoire, aussi petite soit-elle, et surtout dans la force de notre collectif. (...)

Hiru ezezaguneko ekuazioa?

Bururat jin zaizkit Amets Arzallus-ek duela zenbait urte EH Bilduko mitin batean deklamatu zituen hitz liluragarriak. Bere sarreran, hitz hauek botatu zituen: "enea ez da ahots politikoa baina politikak bermatzen ez badu liberazio kulturala, behar bada kulturak bermatu beharko du liberazio politikoa".
Kulturak bermatzen badu beti politika, beste bertsolari bat deitzen dut edito honetara. Jon Maiak argitaratu dituen azken lanetan – Kantu (berri) bat gara – aipatzen ditu bi Euskal Herri: A eta B. Laburbilduz, A Euskal Herria dugu euskal nortasunari atxikia den eta / edo abertzaletasunari lotua den Euskal Herria.. Euskal Herriko B multzoan, Jon Maia segituz beti, "euskal labela" ez duten gauzak edo jendeak atzematen dira. Agertu dea orain C Ipar Euskal Herririk? Kanpotik etorriak diren jende batzuk baita hemen sortu direnak ere batzen dituena, pentsamendu orokor baten inguruan. (...).