Artxikoak hitz-gakoen arabera Hauteskundeak


Lendemains de votes

Le fonctionnement des institutions en Hegoalde exige des accords, ce qui est une opération risquée. La routine s'installe avec les compromis habituels avec d'autres partis pour gérer et le message n'est plus aussi clair. Peut- être les électeurs ont-ils eu trop d'attentes par rapport aux représentants élus, ou trop d'impatience?

Le délai de cinq ans est trop bref pour mener des politiques à long terme (engagement réel en faveur du changement climatique, engagement social pour doter toute personne d'un toit...) sans devenir impopulaire. La même déception pourra ébranler Podemos, porteur de beaucoup d'espoir de changement.


EAJ eta Podemos garaileak, PP eta EH Bildu galtzaileak

EAJ izan da Euskal Autonomia Erkidegoko irabazle nagusia. Araba, Bizkaia eta Gipuzkoako Batzar Nagusietan lehenengo alderdia izango da. 2011ko hauteskunde emaitzekin alderatuta, jeltzaleek ia 30.000 boto irabazi dituzte eta EH Bilduk ia 70.000 boto galdu ditu (Bildu eta Aralarren emaitzekin alderatuz).

Fronte zabala izateko jaio zen EH Bildu dagoeneko bere koalizio itxura galtzen hasia dago, gutxienez hautesleriarentzat. (Argia.eus-etik)


Vers une force de second tour ?

Les élections départementales de mars ont hissé les abertzale de gauche de la coalition EH Bai au rang d'acteurs qui comptent dans le paysage politique d'Iparralde. Elles en ont fait des candidatures de rassemblement de second tour face à la droite UMP-UDI-MODEM.

Quelle forme d'entente, quelle réciprocité de second tour avec le PS EH Bai doit-elle privilégier pour l'avenir?


Hauteskundeen emaitzak… kantuz!

Busti emankizunak hauteskunde kanpainen bilana egiteko molde berri bat plazaratu du. Kantuz.

"Herriaren ordezkari dute beren burua, herriaren erdiak ez dituelarik hautatu. Otso izan nahi dute artaldearen buru. Baina artalderik ez bada, soilik dira ardi galdu!".


Iparraldeko hauteskunde sistemaz

"Abertzaleak aitzina" iritzi artikuluaren ondotik, Bixente Serrano Izko-k utzitako iruzkinaren haritik, hara hemen departamenduko hauteskundeen ibilmoldeari buruz zonbait xehetasun.

Iparraldeko hauteskunde sistemaren atal baten ulertzeko lagungarriak izanen direlakoaren menturan.


Ce n’est pas le printemps!

Ni dans les bulletins météo, ni dans les urnes. A l’heure où ces lignes s’écrivent le sort du Conseil départemental est encore incertain, nous avons vécu un premier tour morose et le match retour ne laisse que peu d’espoir pour un débat de fond !

Dans l’Hexagone, le seul discours consiste à se rejeter la responsabilité de la progression du Front national, la phrase la plus entendue “vous favorisez la montée du FN” et cela sert de programme aux différents partis de gauche et de droite.


Majorité absolue dans neuf communes

Je voudrais jeter un regard sur ces élections où nous avons obtenu des résultats remarquables : 18.224 voix soit 17,40% (17.774 ou 16,09% pour EH Bai et 1445 soit 1,31% pour EAJ présent sur 4 cantons).

Qu’ils sont loin ces temps, pourtant si proches, où personne, sinon des kamikazes, n’osait s’aventurer candidat, se sachant condamné à patiner irrémédiablement en dessous des 5% nécessaires pour avoir les frais remboursés !


Départementales et Michel Godet

A mon avis, pour la nième fois, il aurait fallu que nous tentions encore un rapprochement avec le PNB Iparralde.

Nous avions besoin donc de toutes les voix, surtout dans le cas où il peut y avoir des débats et des votes au département.


Le grand bond en avant

On a longtemps glosé sur la lenteur de la progression du score électoral abertzale. Plusieurs décennies ont été nécessaires pour sortir de l’étiage originel des premiers résultats depuis la naissance d’Enbata à Itxassou en 1963. C’est aujourd’hui, avec les départementales des 22 et 29 mars, une véritable rupture de cette longue marche. Nous sommes passés, pour Euskal Herria Bai, de 8,89% lors de la dernière consultation sur l’ensemble d’Iparralde aux législatives de 2012, à 16,09% des exprimés au premier tour du 22 mars 2015.

En moins de trois ans nous avons doublé notre score. Avec une abstention plus forte aujourd’hui, nous sommes cependant passés de 11.517 voix en 2012 à 17.779. Jamais notre représentation n’a été aussi haute. Même dans l’agglomération BAB, où notre étiage reste toujours bas, nous sortons de la marginalité avec des résultats allant, sur les cinq cantons, de 6,53% à 9,83% soit, là aussi, une progression.