Artxikoak hitz-gakoen arabera Hauteskundeak


Tan seguro que Podemos ?

L’irruption de Podemos dans le jeu politique espagnol annoncée par les sondages s’est vérifiée aux élections régionales du 24 mai.

Jeter un regard sur les raisons de ce vote anti-système, en faisant le parallèle entre le succès du Front National et celui de Podemos, interroge sur l’avenir qu’il est susceptible d’avoir.


FN-Podemos-Syriza

Hiru alderdi hauen igoerak azken denbora hauetan politikarien arreta piztu dute, bereziki Europan.

Ikerlari askok populistatzat jotzen dituztelarik, beste batzuk ohiko alderdien egonkortasuna, sinesgarritasuna eta beharbada existentzia zalantzan ezarriko dituztela pentsatzen dute.


Aldaketa Nafarroan

en Enbata Hilabetekariko Sar Hitza - Artikulu hau idazteko mementoan ez zen jakina nolakoak izanen diren alderdi politikoen arteko tratuak. Baina zerbait hautsi da Nafarroan. Maiatzaren 24ko hauteskundeetako berri nagusia da Nafarroako Parlamentuko gehiengoa tendentziaz aldatu dela. Gobernu eta erregimen aldaketa nahi zutenak nagusitu zaizkie UPN, PP eta PSNri.

Garrantzia handikoak izanen dira lau urte hauek, traba guztiei buru egiten asmatzeko eta UPNk dudan ezarri nahiko duen sinesgarritasuna edo kudeatzeko gaitasuna frogatzeko.


Elections en Hegoalde

Le PNV arrivé en tête en Gipuzkoa est en passe de gouverner la Députation et Donostia. Il est le grand gagnant de ces élections dans la Communauté autonome basque où il dirigera deux capitales sur trois. Hégémonique en son fief biscayen, il récupère la Députation d’Araba.

En Navarre, les forces abertzale et de gauche dominent pour la première fois les deux formations espagnolistes, UPN-PP et PSOE. Si les partis d’opposition s'unissent, l’alternance est possible, sous l’égide des abertzale modérés de Geroa Bai.


Orain bai!

Joan den maiatzaren 24eko hauteskundeak direla eta, Nafarroako herritarrek bozken ariketa libre eta demokratikoa errotik baliatu dute lurralde historiko horren egiazko argazki eta nahikeria finkoa adierazteko.

Aldarrikatu dute ozenki iraganari bizkar emaiten ziotela eta tematuki geroari begira itzuliak zirela.


Premières réflexions

Le 24 mai dernier ont eu lieu les élections provinciales et municipales en Hegoalde. Les résultats appellent trois types de commentaires.

En faire d'abord un constat détaillé, en rechercher ensuite les causes, et pointer enfin leurs conséquences. Sans nul doute, les résultats de ces élections ont un impact politique important. Il convient d'en faire une analyse à froid et approfondie, et je ne m'aventurerai ici qu'à quelques premières réflexions.


Lendemains de votes

Le fonctionnement des institutions en Hegoalde exige des accords, ce qui est une opération risquée. La routine s'installe avec les compromis habituels avec d'autres partis pour gérer et le message n'est plus aussi clair. Peut- être les électeurs ont-ils eu trop d'attentes par rapport aux représentants élus, ou trop d'impatience?

Le délai de cinq ans est trop bref pour mener des politiques à long terme (engagement réel en faveur du changement climatique, engagement social pour doter toute personne d'un toit...) sans devenir impopulaire. La même déception pourra ébranler Podemos, porteur de beaucoup d'espoir de changement.


EAJ eta Podemos garaileak, PP eta EH Bildu galtzaileak

EAJ izan da Euskal Autonomia Erkidegoko irabazle nagusia. Araba, Bizkaia eta Gipuzkoako Batzar Nagusietan lehenengo alderdia izango da. 2011ko hauteskunde emaitzekin alderatuta, jeltzaleek ia 30.000 boto irabazi dituzte eta EH Bilduk ia 70.000 boto galdu ditu (Bildu eta Aralarren emaitzekin alderatuz).

Fronte zabala izateko jaio zen EH Bildu dagoeneko bere koalizio itxura galtzen hasia dago, gutxienez hautesleriarentzat. (Argia.eus-etik)


Vers une force de second tour ?

Les élections départementales de mars ont hissé les abertzale de gauche de la coalition EH Bai au rang d'acteurs qui comptent dans le paysage politique d'Iparralde. Elles en ont fait des candidatures de rassemblement de second tour face à la droite UMP-UDI-MODEM.

Quelle forme d'entente, quelle réciprocité de second tour avec le PS EH Bai doit-elle privilégier pour l'avenir?