Artxikoak hitz-gakoen arabera Eko-soziala


L’Eusko projet leader de l’innovation pour la Transition écologique

Le vote en ligne pour sélectionner les projets de transition écologique à financer dans le cadre du programme ministériel « Mon projet pour la planète » s'est terminé vendredi 11 mai, à minuit. Le vote a duré quatre semaines et a été un beau succès, avec 139 860 participants. Grâce au vote du public, le projet de l'Eusko, monnaie locale écologique, euskaldun et solidaire du Pays Basque, est arrivé largement en tête des 420 propositions de toute la France, avec 2716 votes. L'Eusko est donc le projet de transition écologique le plus soutenu sur tout l'État français.

C'est un élan très fort pour notre projet, qui nous porte. C'est aussi un message clair de soutien face à la volonté du Préfet et de Bercy de bloquer les paiements en eusko des subventions et marchés publics par les collectivités locales comme la Ville de Bayonne. À l'heure où les dérèglements climatiques menacent notre planète, l'État ne peut pas d’un côté reconnaître l'Eusko, au sein du ministère de la Transition écologique, comme une initiative exemplaire et, de l’autre côté, tenter de le bloquer du côté du ministère des Finances. (...)


La bataille continue, c’est le moment de soutenir l’Eusko !

Suite à la requête du Préfet des Pyrénées-Atlantiques, la Cour administrative d'appel de Bordeaux a décidé ce vendredi de suspendre la convention entre la ville de Bayonne et Euskal Moneta. Pour l'instant, la ville de Bayonne ne peut donc pas faire de paiements en eusko. Comme il s’agissait d’une procédure en référé, la décision du juge est en effet provisoire : la convention est suspendue en attendant que l’affaire soit jugée sur le fond, pour décider si la convention est légale ou si elle doit être annulée.

« Pour montrer notre détermination, votons tous pour l’Eusko dans le cadre de l’appel à projets “Mon projet pour la planète”, c’est un moyen très simple et très rapide de montrer face à l’État notre soutien massif à ce projet pour le Pays Basque, et cela permettra en plus à l’Eusko d’obtenir un financement de 100 000 € pour se développer. Votez et faites voter pour l’Eusko sur www.euskalmoneta.org avant le 11 mai, à la veille de l'Assemblée Générale d'Euskal Moneta qui aura lieu le samedi 12 mai à 9h00 à la Salle Lapurdi d'Ustaritz ! C’est la plus belle réponse que le Pays Basque puisse donner face à l’acharnement de l’État ! » (...)


1000 pertsonatik goitik manifestatzen dute etorkinekin eta errefuxiatuekin elkartasunez

«Haiek, gu dira! EtorkiZUna» banderolaren atzean, 1000 pertsonatik goitik manifestatu dute Baionako karriketan Bizi!ren deiari erantzunez eta ohiturazko Maiatzaren Leheneko manifestaldiaren baitan migranteekin elkartasunezko desfile handi bat eginez.

Europako atean hil diren 33 000 etorkin pasa dituen zerrenda bat lotua izan da Suprefeturako burdin hesietan Geriza-Immigrazioa legearen bidez indartu nahi den fermutasuna salatzeko. Bizi!ren bozeramaile batek deia luzatu du Estatu mailako erretentzio zentroetarako martxen antolatzeko larunbatean, uztailaren 14an, Bastilla-ren hartzea kari, bertan atxilotuak diren etorkinen tokiak hartzeko eta «errugabeendako zinezko kartzela horien» gaitzesteko. (...)


Manif « Eux, c’est nous ! »

L'Assemblée nationale adopte en première lecture la loi Asile-Immigration qui piétine l'humanité, au profit de la fermeté, de la fermeture, et de l'enfermement… y compris des enfants ! Le projet de loi honteux va désormais être débattu au Sénat pour revenir en seconde lecture à l'Assemblée Nationale.

Pour Bizi!, les choses sont claires : on lâche rien ! De nouvelles actions vont avoir lieu, et dans un premier temps, nous vous appelons à vous manifester nombreux-ses le mardi 1er mai, à 10h30, à Bayonne (après le Pont Saint-Esprit, côté gare) dans un cortège festif et déterminé « Eux c'est nous ! » . Nous clamerons haut et fort notre solidarité avec les migrant-e-s et les réfugié-e-s. C'est maintenant qu'il faut bouger, pour faire reculer ce gouvernement et ses politiques anti-sociales, anti-écologiques et anti-migrant-e-s ! (...)


Une autre politique de transport est possible

Jérôme TEILLARY - Ce lundi 23 Avril , les cheminots ont mené une action au péage autoroutier de Biriatou. En bloquant les camions et laissant passer gratuitement les voitures, le but n'est pas de bloquer les gens mais de leur faire comprendre qu'une autre politique de transport plus respectueuse de l'environnement est possible.

La lutte des cheminots va bien au delà de la réforme du ferroviaire, le gouvernement, comme Thatcher en son temps avec les mineurs, souhaite détruire la dernière digue de contestation pour ensuite privatiser tous les services publics, des hôpitaux a l'éducation en passant par le système de retraite et la sécurité sociale, de la victoire des cheminots dépendra la survie de nombreux service public. (...)


LGV zer berri ? (1/2)

Contrainte par sa dette faramineuse de 52 milliards d'euros et un réseau ferré de proximité laissé à l'abandon au bénéfice de la construction de lignes à grande vitesse ruineuses, SNCF et son donneur d'ordre, l'Etat français, ont décidé de mettre un terme à la fuite en avant et de consacrer leurs maigres ressources à l'amélioration des déplacements ferroviaires du quotidien.

Voici la première partie de mon approche de la question. (...)


Lurraldeen mespretxuaren erabaki eder bat

Estadoa tematzen da Baionako Herria eta Euskoa trabatu nahiz. Pirineo-Atlantikoko Prefetak dei egin du, joan den ortziralean, Paueko Auzitegi Administratiboko jujeak hartu erabakiaz. Baionako Herriak eta Euskoak hitzarmen bat izenpetu dute Herriak ordainketak euskotan egiteko boluntario diren hautetsier, elkarteer eta enpreser. Paueko jujeak hitzarmen horren legalitatea baieztatu zuen.

«Dei horrek borroka politiko baten eramaiterat behartzen gaitu. Euskoa trantsizio ekologikoaren alde eta bertokiratzearen alde den etorkizun handiko proiektu bat da eta gobernuak oztopatu nahi du, Paueko Auzitegiko erabakiaren ondotik kontrarioa espero zelarik. » damutu da Xebax Christy, Euskal Moneta elkarteko lehendakaria. (...)


Explorer les alternatives (2/2)

« Altertzen » est le nom de l’étude sociologique que mène Txomin Poveda dans le cadre de son doctorat de sociologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Suite à la présentation du parcours et du terrain de recherche du jeune doctorant, Enbata.Info publie la deuxième et dernière partie de cette interview permettant de mieux connaître les pratiques militantes dans ce territoire d’alternatives qu’est le Pays Basque Nord. (...)


Explorer les alternatives (1/2)

« Altertzen » est le nom de l’étude sociologique que mène Txomin Poveda dans le cadre de son doctorat de sociologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Enbata.Info publie la première partie de l’interview de ce jeune chercheur qui suit de près les pratiques militantes dans ce territoire d’alternatives qu’est le Pays Basque Nord. (...)