Egilearen artxiboak: Jean-Louis Davant


Subiraniaz bi hitz

Orokorki, Estatuaren subirania normalean absolutu bat ote da, bere lurraldean inolako bazterrik gabea?

Horretaz bi gogoeta egin gura ditut hemen, ahal bezain praktiko eta pragmatikoak, gai horretaz gehitu daitezkeen ausnarketa teoriko eta filosofikoak ni baino ausartago batzuei utziz. (...)


Europako ezkerrak ezinean

Nahi ala ez, globalizazioa hor dugu bere bi ondorio nagusiekin. Batetik mundu osoko biztanleekin konkurrentzian ezartzen gaitu, bestetik jende guzien solidario egin behar gintuzke.

Planeta bakarra dugu, eta horretan bizi behar denek, bizipideak banatuz. Berriki arte iduri zuen bazterrik gabekoak zirela lurreko ekeiak, erregaiak eta mota guzietako ondasunak. Orain badakigu zein mugatuak diren. Beste kontinenteek Europak eta Ipar Amerikak bezainbat xurgatuz, hiruzpalau planeta behar genituzke. Beraz argi dago : gizadiak iraun dezan, parte aberatsenek gutiago hartu behar genuke. (...)


Etrange dédoublement

J'ai découvert en statue du Commandeur la figure paradoxale du Français moyen qui me laisse perplexe. Imbu de principes universalistes, il est souvent un hyper-nationaliste qui s’ignore. Son raisonnement baigne dans l’universel. Il est le prototype de l’homo universalis, le cartésien et l’adepte des Lumières, l’inventeur des Droits de l’homme et du citoyen, le précurseur en tout, donc le modèle à suivre. Quand il nous dit de façon pathétique : “Mais enfin, soyez comme tout le monde”, cela signifie concrètement et naïvement “soyez comme moi”.

Dans les années 1950 une chercheuse américaine vient étudier la sociologie du village de Sainte Engrâce : elle commence par y apprendre la langue usuelle et profonde des habitants, encore très peu francisés. A la même époque un chercheur français arrive à Larrau avec le même projet : sans savoir un mot de cette même langue, il fait tranquillement une étude approfondie de la population locale. Tout est là. (...)


Frantziako monarkia nekezian

Monarkia errepublikar honek bizi politiko guzia baldintzatzen digu, azkenean izozten: V. Errepublika bere ateka motzaren burura heltzen ari dela dirudi. Hortik zelan atera daiteke?

Horren azpiko gaude zoritxarrez, eta gogora datorkit Beaumarchais XVIII. mendeko antzerki idazlearen ahapaldi hau: «Les grands nous font assez de bien quand ils ne nous font pas de mal», hots handikiek aski laguntzen gaituztela kalterik ez eginez. (...)


Macron a-t-il raison?

Au début de son règne (1830-1848) le roi Louis-Philippe se demande ce qu’il doit faire de l’Algérie, dont la conquête a commencé sous son prédécesseur Charles X par la prise d’Alger le 5 juillet 1830. Pour éclairer sa lanterne, il nomme le 7 juillet 1833 une commission d’enquête qu’il envoie sonder la nouvelle colonie encore embryonnaire. La commission, tout en restant favorable au maintien de la présence française, remettra au roi un rapport accablant...

Je ne ferai pas de commentaire à ce texte français officiel (dont un passage dit "...en un mot, nous avons débordé en barbarie les barbares que nous venions civiliser, et nous nous plaignons de n’avoir pas réussi auprès d’eux... ") qui conforte ce que je savais déjà sur la conquête de l’Algérie. Je demande seulement si le candidat Macron a eu raison de déclarer que la colonisation fut un crime contre l’humanité. (...)


Lehen urratsa?

Iparraldeko herrien elkargo bakarra euskaldunok proposatzen dugunetik urrun dago, baina lehen urrats bat izan daiteke.

Euskal Herria ofizialki hor dago Bidasoaz honainditik ere, 227 urtetako purgatoriotik lekora. (...)


Cuba face à son avenir

“C’était un dictateur !” C‘est vrai. Comme beaucoup de chefs d’Etat d’Amérique latine : Bordaberri (Uruguay), Pinochet (Chili), plusieurs généraux argentins et brésiliens…

Avec tout de même une différence incontournable : ces messieurs et quelques autres ont pressuré le menu peuple au profit de minorités privilégiées, mais Fidel a fait le contraire. C’est déjà mieux, en tout cas moins pire comme aurait dit Robin des Bois.


“Amerikako” bozak

Gutiz gehienak bezala, harritu naute “Amerikako” bozek, kanpainak bezainbat emaitzek. Zer atxik?

Lehenik gauza segurua: bagenekien estatubatuarrei mundu zabala zinez arrotz zitzaiela, beharbada berak zabalegi direlakoz, bere gisako mundu bat osatuz, anitza, hezkaitza. Orain badakigu gure aldetik ez ditugula ezagutzen.


Présidentielle, source d’illusions

Marc Légasse écrivait que l’on ne doit pas se mêler des affaires du voisin, ce serait même très impoli. En principe il avait tout à fait raison. Mais voilà, notre maison basque est enclavée dans le vaste domaine français qui l’annexa, nous donnant comme en compensation sa citoyenneté qui se voulait universelle.

D’accord ou pas, nous sommes embarqués dans ce vaisseau terrestre —la France étant selon un observateur humoriste une île en pleine terre— et le choix du capitaine ne nous laisse pas tous indifférents, car notre vie quotidienne dépend en partie de ses décisions.