Artxikoak hitz-gakoen arabera Ekologia


La crise ? Quelle crise ?

A Bayonne, une Fiesta chez Ferrari pour fêter une année historique.

Golfeurs, clubbers, jet-setteurs et ultra-riches allongés sur des transats sablaient le champagne sur la pelouse longeant les vitrines du concessionnaire. Bizi! fêtait les meilleurs résultats, en 66 ans d'existence, de la marque Ferrari.


Fin de l’Occident, naissance du monde !

Entretien avec Hervé Kempf, journaliste, auteur de «Comment les riches détruisent la planète».

«Il ne s’agit plus de répartir l’abondance, l’enrichissement sans fin promis par la croissance, mais d’organiser la sobriété.»


Pübaren liluran ez erotzeko… ikus Püba Pikutarat!

“Iragarkiak”, elkarrizketak, hitzodurduak… klika behereko irudian:  


Un mouvement décroissant… en pleine croissance : Bizi !

La question d'un revenu maximum est posée.

« Nous n’avons qu’une planète….Revenu maximum autorisé ! ». En pleine actualité alimentée par les Jérôme Cahuzac, Gérard Depardieu et autres Bernard Arnault, Bizi entend porter le débat un peu plus loin que la seule lutte contre l’évasion et la fraude fiscales.


Une seule planète, un revenu maximum autorisé

Entretien avec Corinne Morel-Darleux et Karima Delli

L’empreinte écologique des hyper–riches n’est pas durable, il faut aller vers un partage


Un village propre Makea

Nikolas Blain, jeune conseiller municipal de Macaye, donne en exemple le
nouveau système de collecte des déchets ménagers de sa commune de 559
habitants.
Les coûts ont dimimué de moitié, de même les volumes triés et ramassés.
L’expérimentation en Gipuzkoa et le conflit à Charrite-de-bas placent la
gestion des déchets au coeur de notre qualité de vie.


Nucléaire ou effet de serre, «Ni l’un, ni l’autre mon général !»

Fabrice Flipo - Le nucléaire a, dans notre pays, un effet de sidération extraordinaire. Nombre de nos concitoyens estiment en effet que sans nucléaire, on risque de revenir à la bougie. Discutez avec un passant : très vite, il vous demandera comment on continuera de soigner le cancer, sans le nucléaire.

Et pourtant il existe des pays où l’on dispose de toutes les commodités modernes, sans nucléaire ! Citons l’Autriche, par exemple. Tout se passe comme si, en France, on oubliait systématiquement 80% du problème ! Du coup, entre irradiés ou surchauffés, on nous somme de choisir. Un tel choix est absolument dénué de fondement, il faut le dire et le répéter.


Alberto Frias «nuklearrarentzat ere herriari hitza!»

La centrale nucléaire de Garoña, à 4 kilomètres d'Araba, se trouve à moins de 200 kilomètres d'Hendaye. Elle a été construite entre 1966 et 1970 et est la plus vieille d'Espagne encore en activité.
C'est une centrale de première génération, antérieure à l'accident nucléaire de Three Miles Island. Malgré de nombreux incidents
et son caractère obsolète, le gouvernement espagnol veut
prolonger son existence jusqu'en 2019.
Enbata publie un entretien avec Alberto Frias, porte-parole de la plateforme Araba sin Garoña, regroupant plus de 60 organisations demandant la fermeture de cette centrale nucléaire.
Une démonstration claire, qu'en plus des enjeux écologiques et sociaux, le nucléaire est devenu un problème de démocratie en Araba.
Alberto Frias, participera à la chaîne humaine de Bayonne, organisée par Bizi! le dimanche 11 mars à 11h30 à la Place Saint-André.
Un an, jour pour jour après Fukushima, il prendra la parole
lors de cette mobilisation qui exigera la sortie du nucléaire,
et la fermeture immédiate de la centrale de Garoña.


Bizi en position de vigie

Une nouvelle expression abertzale s’amplifie offrant une alternative écologique à Iparralde. Bizi vient de tenir une conférence de presse où une quinzaine de ses militants alertent sur les dérives de réalisations locales, Ikea, déchets, transports... et appellent, le 11 mars,
à une chaîne humaine pour sortir du nucléaire.