Artxikoak hitz-gakoen arabera Nortasunak


Kutxa bira

Enbata Hilabetekariko Sar Hitza - Aurten ez da pasatu Korrikaren lekukoa. Iaz ez zen izan Herri Urrats, ez Nafarroaren Eguna, ez beste hainbat ekitaldi; bide erdian gelditu zen Xilaba bertsolari txapelketa, hotza izan zen Durangoko Azoka digitala. Eta aurtengo ekitaldiak ere arriskuan daude.

Euskal Herriari bizia ematen dioten kultura ekitaldiak eta besta handiak agendatik kanpo gelditu dira. Baitezpadakoak baldin badira herri honen izaera bermatzeko, herritarren arteko loturak atxikitzeko, kultura sustatzeko, hizkuntza indartzeko edota kontzientzia zabaltzeko, pentsa zer kaltea eragin dion herriari dena bere gisa uzteak! (...)


D’abord un acte politique…

Pantxoa Etchegoin vient de quitter l’Institut culturel basque qu’il a dirigé pendant 24 ans.

A l’heure du bilan, il nous fait un retour sur ce temps des pionniers dans un environnement anti-basque. (...)


Bidean desorenean erori lagunari, esker oneko ta omenezko solasa

Jasone Salaberria, hainbeste urtez gure ondoan euskararen aldeko lanetan ari izan dena, zenbait hilabetez gaitzik gaitzenari iharduki ondoan, betikoz gelditu zaigu: Iparraldeko euskaltzale guziak doluminetan gaude.

Jasone, duela mende erdia edo ezagutu nuen, Bizkaitik mugaz alde honetara iragan berria zelarik. Han euskal irakasle gisa lanean ikasia, emendatzen eta handitzen hasten ziren hemengo ikastolei ere probetxuzkoa gerta zekiekeela pentsaturik, irakasle ibilaldi berri baten hastera zihoan. (...)


Gu gira Euskadiko…

L'Édito du mensuel Enbata - L’un des sept créateurs du premier mouvement abertzale d’Iparralde, décédé en 1980, aurait aujourd’hui 100 ans. Michel Labèguerie, né le 4 mars 1921 à Ustaritz, médecin à Cambo, marque d’une encre indélébile la rupture historique de la société basque avec la culture dominante française. A sa manière poétique et musicale, elle-même en rupture avec la chanson traditionnelle qui sur une infinité de couplets raconte un temps de vie, il introduit d’une manière insolite des refrains pouvant être repris collectivement.

Nous savions qu’en devenant abertzale nous changions de patrie. De cela Michel Labèguerie en a fait une pastorale dont le souffle sera spontanément repris par le peuple basque du Nord et du Sud : “Euskadi bakarra da gure aberria”! Il donne à la Charte d’Itxassou, qu’il a avec nous coécrite, une dimension lyrique, elle qui consacre les droits de la nation basque à sa libre disposition, sa réunification et son euskaldunisation. (...)


Energia edo inertzia?

Kataluniako azken hauteskunde kanpaina arras atipikoa izan zen pandemiaren itzalarekin. Hala ere, hauteskundeak iragan ziren. Parte hartze eskasa izan zen ezaugarri nagusia.

Parte hartze murritz hori ez da bakarrik pandemiaren gain eman behar. Arazoin politikoak daude horren gibelean. (...)


Mesures contre la surfréquentation

La présence humaine trop forte sur des sites fragiles perturbe fortement écosystèmes et monuments historiques.

Les institutions prennent des mesures pour éviter de scier la branche sur laquelle nous sommes assis. Le Pays Basque n’y échappe pas. (...)


Projet de loi pour nos langues le 8 avril au parlement

Le député breton Paul Molac est têtu comme un Basque. Il remet le couvert le 8 avril prochain. Son nouveau projet de loi en faveur de la protection des langues régionales et leur promotion sera examiné par l’Assemblée nationale en séance plénière.

Le texte dont vous trouverez ci-dessous la version intégrale est intéressant à plus d’un titre. L’article 3 propose que l’enseignement de nos langues soit obligatoirement offert aux élèves des écoles maternelles et élémentaires, des collèges et des lycées. (...)


Marianne Madone laïque

La France nous donne d’elle-même une image extrêmement séduisante : celle de la Madone, vierge et mère universelle, figure laïcisée en Marianne par LA République. Cette icône bien ancrée dans les consciences explique en grande partie l’adhésion de la majorité des Basques du nord au nationalisme français.

C’est pourquoi je crois utile de traduire ici en français mon article en basque du mois dernier, Marianne Madona laikoa. (...)


Pays Basque et immigration (II)

“Vivre au pays” n’est pas que s’y loger, et on ne souhaite à personne de trouver un logement sans autre perspective que d’y rester cloîtré. Vivre, c’est aussi travailler, disposer des services essentiels, d’accès à la culture, aux sports et aux loisirs, à la nature, à des relations sociales diversifiées.

Dans ma chronique du mois dernier, je souhaitais aborder la problématique du PLH par son entrée démographique, afin de rappeler qu’à mes yeux les besoins en logements ne doivent pas être analysés par le prisme d’une immigration qui serait néfaste à ce pays. Au contraire, non seulement cette immigration peut être considérée comme consubstantielle de l’histoire de ce territoire de passage et d’échange, mais en outre il y existe déjà à l’heure actuelle assez de logements existants pour accueillir tout le monde, à condition que ces derniers soient utilisés de manière équilibrée. Mais je concluais en avertissant qu’il ne fallait pas pour autant tomber dans l’angélisme, cela demandant quelques explications, non exhaustives. (...)

  • Berripapera



  • Enbata sostengatu

    Kioskoetan

    Enbata sostengatu ! 40€-tarik goiti hilabete guziz zuen gutun ontzian Enbata aldizkaria lortuko duzue.

    Harpide zaitezte / Sostenga gaitzazue

  • Gaika

  • Hitz-gakoak

  • Bideoak

    bideoak