Bizi!


«Ensemble, contre l’exploitation, pour le progrès social et écologique »

Ce mercredi 1er Mai à Bayonne, manifestation unitaire à 11h00 (rendez-vous autour de la Gare de Bayonne). Rouges, jaunes, verts et mauves défilerons ensemble dans les rues de Bayonne ! Syndicalistes, militant-e-s climat, jeunes, migrant-e-s, féministes manifesterons côte à côte derrière la même banderole, depuis la Bourse du Travail et jusqu'au Carreau des halles, pour demander un changement des politiques sociales, fiscales et climatiques du gouvernement.

Après la manifestation, un village associatif se tiendra au Carreau des halles avec différentes coins buvettes-restauration. Bizi tiendra une buvette et coin à talos dont les bénéfices seront reversés aux Gilets Jaunes (Frais de solidarité, amendes, avocats, blessés etc.). (...)


Marche climat : entrer en résistance !

Après un vendredi 15 mars marqué par une grève de la jeunesse pour le climat, qui a vu manifester 1400 lycéens à Bayonne, la marche climat organisée par Bizi a rassemblé 1200 personnes dans le centre d'Anglet. Elle a dénoncé le fossé entre les grands discours pour le climat et les actes concrets, que ce soit au niveau du gouvernement ou au niveau de certains élus et décideurs locaux.

Bizi y a annoncé un nouveau rendez-vous de mobilisation le samedi 25 mai.


Climat : assez de beaux discours, des actes !

Le dérèglement du climat s’aggrave et s’accélère. Nous fonçons vers les seuils de basculement, qui pourraient rendre la situation hors de contrôle. Nous devons réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre dès maintenant pour limiter le réchauffement global à 1,5°C. Nous sommes aujourd’hui des millions à travers le monde, prêts à résister, à déployer les alternatives, à demander des comptes au gouvernement, aux multinationales, aux banques et aux institutions financières. Le vendredi 15 mars, la jeunesse se mettra en grève pour le climat à travers le monde entier. Le lendemain, Le 16 mars, nous marcherons ensemble dans des centaines de villes, pour exiger des changements immédiats et massifs. Nous n’avons plus le temps d’attendre !

Au Pays Basque nord, les transports représentent sur la côte, partie la plus peuplée du territoire, le premier poste des émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique. Pourtant, une bonne partie de la politique des transports et des mobilités va dans la direction opposée à tous les beaux discours sensés vouloir éviter le pire climatique. Le mouvement Bizi! appelle tous.tes celles et ceux qui prennent au sérieux le défi climatique, qui sont prêt.e.s à se mobiliser pour sauvegarder leurs conditions de vie et celles de leurs enfants à participer massivement à la marche climat qui aura lieu ce samedi 16 mars à 10H30 à Anglet, ville administrée par l’actuel président du Syndicat des mobilités Pays Basque-Adour, M. Claude Olive. (...)


Klima: solas ederrak utz, ekin!

Nahasmendu klimatikoa gaizkontzen eta zalutzen da. Egoera kontrolaz kanpokoa bilakarazten ahal luketen uzkailtze mailetarat bagoaz ziztu bizian. Molde zorrotzean behar dugu berotegi efektuzko gasen isurketa ttipitu oraindanik beroketa klimatiko orokorra +1,5°C petik atxikitzeko. Gaur egun, munduan zehar miliunka gira, buru egiteko prest, alternatiben zabaltzeko, gobernuei, multinazionalei, bankuei eta finantza instituzioei kontuen galdegiteko. Ostiralean, martxoaren 15ean, mundu osoan gazteria klimaren alde greban ezarriko da. Biharamunean, martxoaren 16an, elkarrekin ibiliko gira ehunka herritan, berehalako aldaketa masiboen galdegiteko. Ez dugu gehiago itxoiteko denborarik!

Ipar Euskal Herrian, kostaldean, lurraldeko gune jendeztatuenean, garraioek beroketa klimatikoaren ardura duten berotegi efektuzko gasen isurketen iturri handiena osatzen dute. Alta, garraio eta mugikortasunen politikaren parte handi bat, kaos klimatikoa saihestu nahi duten solas eder horien norabidearen kontra badoa. Bizi! mugimenduak erronka klimatikoa serioski hartzen duten guziak, beren eta beren haurren bizi baldintzen segurtatzeko mobilizatzera prest direnak, deitzen ditu masiboki larunbatean, martxoaren 16an, 10:30etan, Claude Olive jaunak, Euskal-Aturri Mugikortasunen Sindikatuko lehendakariak, gobernatzen duen Angelun, klimaren aldeko martxan parte hartzera.(...)


Solidarité migrants, eux c’est nous !

La décision de la Cour d'Appel concernant le jeune guinéen Moriba Koivogi scolarisé au lycée Cassin de Bayonne sera rendue ce mercredi 13 février. Cette affaire aura été marquée par l'acharnement et les procédés déloyaux mis en œuvre par le Départe-ment 64 pour tenter de convaincre la justice que Moriba n'est ni orphelin, ni mineur.

Craignant que d'autres mineurs non accompagnés soient également victimes des procédés déloyaux et nombreux dysfonctionnements que cette affaire a révélés, Bizi! appelle à un rassemblement ce jeudi 14 février à 18h30 devant l'Hôtel du Départe-ment 64 à Bayonne (4, Allée des Platanes). (...)


Mineurs migrants : le Département 64 doit s’expliquer

Le 7 janvier 2019, l'association Bizi occupait les locaux d'Isard COS à Pau pour dénoncer les graves dysfonctionnements caractérisant l'évaluation de 2 jeunes orphelins guinéens menée par cet organisme pour le compte du Département 64. Le 11 janvier, Bizi demandait, dans un courrier avec accusé de réception à rencontrer, le Département 64 dans les plus brefs délais pour avoir des explications sur certaines accusations portées par cette institution contre l'un des 2 orphelins, Moriba Koivogui, scolarisé au lycée Cassin à Bayonne, et dont le sort sera scellé le 13 février par la Cour d'Appel de Pau. Dans le même courrier, l'association basque demandait également «des explications sur cette situation et sur l'attitude toute particulière du Département 64 face à cet enfant, depuis le début de cette affaire, à savoir depuis le moment où une dame de Garazi l'a amené à l'ASE 64 et l'a ainsi placé sous protection du Département 64. »

Sans réponse sur cette demande de rendez-vous, Bizi a décidé de se rendre malgré tout à l'Hôtel du Département 64 à Pau, rue Pierre Bonnard, ce jeudi 31 janvier à 11H00, bien décidé à avoir des éclaircissements sur cette affaire. (...)


Macron persona non grata au Pays Basque !

Ce mardi 18 décembre, Emmanuel Macron devait venir à Biarritz préparer le G7, sommet des États riches programmé en août 2019. Le Président des riches a apparemment compris qu'il n'était pas le bienvenu au Pays Basque. Il annule sa visite et se fait remplacer par Le Drian.

Le mouvement Urgence climatique et justice sociale Bizi! avait présenté 7 raisons de déclarer Macron "persona non grata" au Pays Basque. (...)


1200 personnes pour le climat à Bayonne

La matinée de ce samedi 8 décembre a été riche de mobilisations pour le climat à Bayonne, dans le cadre de la mobilisation internationale organisée à l'occasion de la COP24. Dès 10h00 1200 citoyen.ne.s, militant.e.s climat et Gilets Jaunes ont convergé vers la mairie de Bayonne. Cette première rencontre a vu le jaune et le vert se mélanger derrière des banderoles de type « Justice sociale et climat, même combat », « Si le climat était une banque, il y a longtemps qu'ils l'auraient sauvé » ou encore « Fins du mois et fin du monde, même combat ».

Ce rassemblement s'est poursuivi par une marche pour le climat qui s'est conclue devant le Château-Vieux, au moment où à une centaine de mètres de là, une autre action pour le climat venait tout juste de démarrer. Des activistes de Bizi étaient rentrés dans l'agence principale de la Société Générale pour... y faire le ménage, au milieu de la mousse et des sourires amusés, des banderoles appelant à une action non-violente géante le vendredi 14 décembre à Paris, à l'agence centrale de la Société Générale, boulevard Haussmann, à l'occasion du dernier jour de la COP24. (...)


Climat : 15 000 personnes à Bayonne pour la sortie du rapport 1,5 °C du GIEC

Plus de 15 000 personnes ont rejoint Bayonne ce week-end pour une importante mobilisation sur le climat.

Les deux jours marqués par l’arrivée du Tour Alternatiba, un gigantesque village des alternatives, des conférences et une ambiance d’émulation populaire se sont conclus par un manifeste pour engager dès à présent la métamorphose immédiate des territoires. (...)