Bizi!


De Bayonne à Hendaye, marche de solidarité avec les migrant·e·s

Les vendredi 13 et samedi 14 juillet, Bizi appelle à une marche vers le centre de rétention pour migrant.e.s d'Hendaye. Elle partira de la maison natale de René Cassin, rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948, à Bayonne et se terminera à Hendaye devant ce que l'association altermondialiste basque qualifie de "prison pour innocent.e.s".

Bizi! appelle également à reproduire cette initiative le 14 juillet, jour anniversaire de la prise de la Bastille, dans toutes les villes de l'Hexagone abritant un centre de rétention administrative. (...)


1000 pertsonatik goitik manifestatzen dute etorkinekin eta errefuxiatuekin elkartasunez

«Haiek, gu dira! EtorkiZUna» banderolaren atzean, 1000 pertsonatik goitik manifestatu dute Baionako karriketan Bizi!ren deiari erantzunez eta ohiturazko Maiatzaren Leheneko manifestaldiaren baitan migranteekin elkartasunezko desfile handi bat eginez.

Europako atean hil diren 33 000 etorkin pasa dituen zerrenda bat lotua izan da Suprefeturako burdin hesietan Geriza-Immigrazioa legearen bidez indartu nahi den fermutasuna salatzeko. Bizi!ren bozeramaile batek deia luzatu du Estatu mailako erretentzio zentroetarako martxen antolatzeko larunbatean, uztailaren 14an, Bastilla-ren hartzea kari, bertan atxilotuak diren etorkinen tokiak hartzeko eta «errugabeendako zinezko kartzela horien» gaitzesteko. (...)


Un cortège “Eux c’est nous” dans la manif du 1er mai à Bayonne

L’assemblée nationale a donc adopté le projet de loi Asile-Immigration en première lecture : cette loi de la honte piétine l’humanité, au profit de la fermeté, de la fermeture, et de l’enfermement… y compris des enfants ! Elle va désormais être débattue au Sénat pour revenir en seconde lecture à l’Assemblée Nationale.

Pour Bizi, les choses sont claires : on lâche rien ! Nous allons continuer à nous mobiliser contre ce projet de loi et ses aspects les plus dégueulasses. De nouvelles actions vont avoir lieu, et dans un premier temps, nous appelons à manifester nombreux-ses le mardi 1er mai, à 10h30, à Bayonne (rendez-vous après le Pont Saint-Esprit, côté gare) dans un cortège « Eux c’est nous ! » haut en couleurs et déterminé. C’est maintenant qu’il faut bouger, pour interpeller les députés et sénateurs locaux, et faire reculer ce gouvernement et ses politiques anti-sociales, anti-écologiques et anti-migrant·e·s ! (...)


Manif « Eux, c’est nous ! »

L'Assemblée nationale adopte en première lecture la loi Asile-Immigration qui piétine l'humanité, au profit de la fermeté, de la fermeture, et de l'enfermement… y compris des enfants ! Le projet de loi honteux va désormais être débattu au Sénat pour revenir en seconde lecture à l'Assemblée Nationale.

Pour Bizi!, les choses sont claires : on lâche rien ! De nouvelles actions vont avoir lieu, et dans un premier temps, nous vous appelons à vous manifester nombreux-ses le mardi 1er mai, à 10h30, à Bayonne (après le Pont Saint-Esprit, côté gare) dans un cortège festif et déterminé « Eux c'est nous ! » . Nous clamerons haut et fort notre solidarité avec les migrant-e-s et les réfugié-e-s. C'est maintenant qu'il faut bouger, pour faire reculer ce gouvernement et ses politiques anti-sociales, anti-écologiques et anti-migrant-e-s ! (...)


Ipar Euskal Herrian klimaren desafioa altxatzeko berri on bat

Bizi! pozten da sortu berria den Euskal Hirigune Elkargoan trantsizio energetiko eta ekologikoaren ardura ukanen duen lehendakariordetza bat izanen baita.

Mugimendu altermundialistak Ipar Euskal Herriko klimaren desafioa altxatzeko, Trantsizio energetikoaren ardura duen lehendakariordetza bat izaitea keinu biziki baikorra dela dio.


Bizi rencontre les 2 députées PS de la Côte Basque

Plus de 60 cyclistes auront participé à l'opération 49,3 km contre la loi travail, en totalité (pour plus d'une trentaine d'entre eux) ou en partie lors des départs de Bayonne, à l'étape de Saint Jean de Luz Ciboure, puis à l'arrivée sur Bayonne.

Il s'agissait notamment de joindre en vélo les permanences électorales des 2 députées PS de la côte basque, qui n'ont pas signé la motion de censure de gauche et écologiste lors du passage en première lecture de la loi travail à l'assemblée nationale. Bizi entendait leur demander de la signer lors du passage en seconde lecture, vers le 8 juillet. Cela revêt une importance décisive puisqu'il ne manque que 2 signatures de député-e-s pour pouvoir déposer une telle motion, seul moyen parlementaire de stopper la loi travail en cas d'utilisation du 49.3 par le gouvernement.


Lan legea zentsuratu!

Euskal kostako diputatu andereak, zuek ere izenpetu ezazue lan legearen kontrako zentsura mozio ezkertiar eta ekologista!

Diputatu hautatu zaituzten herritarrek ez dute hori egin langileen babesaren eta lan legearen kontrako buruz buruko ataka bat berekin zekarren programa baten araberan. Ez dezaten beren burua traditurik sendi, herritarrek behar dute zuen partez, zuen lege proiektu horren kontrakotasuna egiazki azaltzen duen horrelako jestu argi bat.


Les enfants, au boulot !

Ce 1er Mai, à Bayonne, tous et toutes à la manif de riches pour soutenir la loi El Khomri-Valls-Macron.

Si nous voulons qu’Hollande, Valls et Macron ne cèdent pas, tiennent jusqu’au bout du quinquennat sans infléchir leur politique en faveur des privilégiés, il est temps que nous nous mobilisions, nous les riches, et que nous lui manifestions notre soutien et nos encouragements. Car, comme nous le crierons haut et fort, « De l’argent, il y en a ! Dans les poches du salariat ! ». Plus d’infos sur #NuitDeBourges


Le changement climatique, c’est maintenant !

Suite à des précipitations intenses, de nouvelles inondations ont frappé le Pays Basque sud et nord. Au nord c’est l’intérieur (Basse-Navarre et Soule) qui a été particulièrement touché avec de gros dégâts et un mort, une personne âgée emportée par les eaux. “On a jamais vu ça de notre vie” était la réaction la plus courante des habitants concernés.

Le changement climatique en cours explique cette multiplication d’évènement climatiques extrêmes et l’aggravation de leur intensité. Et nous n’avons là qu’un avant-goût de ce que nous allons connaître dans les décennies à venir si nous continuons sur la même lancée d’émissions croissantes de gaz à effet de serre.