Seaska
Ulertu

“Les ikastola sont en alerte rouge”

Enbata - Alors que les effectifs scolaires d'Iparralde stagnent ces dernières années, ceux de Seaska augmentent chaque année de plus de 5%. C'est dire si le modèle éducatif et le projet pédagogique des ikastola sont devenus attrayants pour des parents qui ne se reconnaissent plus dans l'organisation centralisée et uniformisante proposée par l'Education nationale française. Nombre de parents non bascophones, à qui leurs parents n'ont pas transmis l'usage de l'euskara ou simplement ne sont pas issus d'un milieu basque, optent pour le modèle immersif en euskara pour leurs enfants.
Loin d'être vécue comme un handicap, comme elle était présentée au siècle dernier, la maîtrise de l'euskara, et plus largement le bilinguisme, est à présent considérée comme une chance offerte aux enfants de mieux s'insérer dans la réalité locale et un gage de meilleure réussite dans la vie. Au moment où l'administration de l'Education nationale fait la sourde oreille aux demandes de postes nécessaires pour faire face à l'augmentation de ses effectifs, Enbata a voulu recueillir le point de vue de Paxkal Indo, président de Seaska, sur les difficultés prévisibles pour la prochaine rentrée scolaire. (...)

Garapen
Ulertu

Lurraldearen etorkizunean engaiatzeko pausuak

Enbata - 300 pertsonek parte hartu dute martxoaren 28an, "Zein lurralde proiektu Euskal Elkargoarekin?" foroan. Ipar Euskal Herriko Garapen Kontseiluak antolatu ekitaldi honetan, 2 osoko bilkura eta 8 lan mintegi parte hartzaile lagun, zernahi ideia bildu dira.
Euskal Herriaren etorkizunari buruzko gaualdi honen bilduma eta Ipar Euskal Herriko Garapen Kontseluan part ehartzeko bideak jarraian aurkituko dituzue. (...)
artificialisation
Iritzia

Economie assassine

Xipri Arbelbide - La CCI de Bayonne vient de publier son baromètre des deux derniers trimestres. Résultats positifs a quelques nuances près. Il y a eu 4,4% créations d'entreprises de plus que l'an dernier et 2,8 radiations de moins : solde positif, 1307 entreprises. Le Pays Basque compte 84.000 salariés, %2,9 de plus que l'année avant : solde positif, 2.150 emplois. Le bâtiment va bien. Le trafic de l'aéroport est en progression de 4,8 % : nous en sommes à 1.191.000 passagers. Le trafic du port, en augmentation aussi est de 2.364.000 tonnes et les perspectives d'avenir sont prometteuses avec trois laminoirs en perspective... Revers de la médaille, nous sommes arrivés à une pollution inavouable et inavouée: les mesures de la pollution sont relevées plusieurs fois par jour en quatre points du BAB. Jamais on ne les communique. Pourquoi?
Ignorerait-on à Bayonne l'accord du COP 21 de Paris sur le climat : il soulignait la nécessité urgente de prendre des mesures radicales pour sauver l'avenir de notre planète. Les bonnes nouvelles du baromètre de la CCI sont une liste d'autant d'atteintes à la survie de la terre. Quand la fréquentation de l'aéroport augmente, augmente aussi la pollution provoquée par le kérozène (détaxé!) brûlé. Quand le trafic du port augmente, augmente aussi la pollution provoquée par les bateaux et les camions qui viennent au port. Les centrales qui fourniront l'électricité aux laminoirs "propres" ne pollueront pas ici, mais bien, là où elles se trouvent. Les embouteillages en constante augmentation y ont aussi leur part. Est-ce de cette façon que la CCI prend au sérieux le cri d'alarme du COP 23, des 15.000 scientifiques qui lui ont joint leurs voix ? (...)
NafegTalde2018
Ulertu

40. Nafarroaren Eguna

Tribune Libre - Basaizea Kultur Batasuna - 1979an ospatu zen lehen aldikotz Nafarroaren Eguna Baigorrin. Guti batzuek sinesten baitzuten hortan : Euskal kultura, Nafarroa, Euskal Herria, Euskara... Ez zitekeen erretx, bainan lotu dira, lotu gira, belaunaldiz belaunaldi, harremanak sortuz, loturak garatuz. Baigorri euskaldeko mugimendu baten erakusleiho bilakatuz, nahikeri baten iraupenaren eta kultur transmisioaren lekuko bilakatuz.
Gaur zer ospatzen dugu ? Geroztik zer bide egin dugu ? Bakearen bidea, herri kontsulten bidea, elkarlanaren bidea, elkartasunen bidea. Hori ere ospatzen dugu, gure xokoan bakarrik beha egon ordez elgarrekin mundua iraultzeko eta alaitzeko dugun gaitasuna. Joaldun burunbalariak gira, momotxorro tropak, zigante dotoreak, txerrero eleganteak. Apirilaren 29an, 40. aldikotz denak Baigorrira gomit zirezte, egitarau pollita prestatu dautzuegu ! (...)
ManifEuxCestNousUNA
Iritzia

Manif « Eux, c’est nous ! »

Bizi! - L'Assemblée nationale adopte en première lecture la loi Asile-Immigration qui piétine l'humanité, au profit de la fermeté, de la fermeture, et de l'enfermement… y compris des enfants ! Le projet de loi honteux va désormais être débattu au Sénat pour revenir en seconde lecture à l'Assemblée Nationale.
Pour Bizi!, les choses sont claires : on lâche rien ! De nouvelles actions vont avoir lieu, et dans un premier temps, nous vous appelons à vous manifester nombreux-ses le mardi 1er mai, à 10h30, à Bayonne (après le Pont Saint-Esprit, côté gare) dans un cortège festif et déterminé « Eux c'est nous ! » . Nous clamerons haut et fort notre solidarité avec les migrant-e-s et les réfugié-e-s. C'est maintenant qu'il faut bouger, pour faire reculer ce gouvernement et ses politiques anti-sociales, anti-écologiques et anti-migrant-e-s ! (...)
ForoaH
Ulertu

Histoire locale des migrations

Iruzkin 1
Enbata - « Le peuple Basque est attaché à sa terre ». « L’enracine"ent des Basques dans cette partie de l’Europe est très ancien », « Le Basque est fier de ses racines », voici des phrases, prélevées au hasard d’interviews, de reportages ou du site d’une célèbre encyclopédie libre… toutes sont des assertions communément entendues, qui semblent bien caractériser l’image que les habitants de ce petit bout de terre renvoient à la face du monde. Loin de nous ici l’idée de négliger le lien fort qui lie les Basques à leur territoire, de balayer d’un revers de la main le caractère basque qui revêtent nos montagnes ou nos maisons, puisque les ancêtres de cette terre donnèrent un nom à chaque creux, chaque bosse, chaque espace d’herbe, de pierre ou d’eau. Cependant. Il nous faut bien, à l’aune de l’ensemble du savoir scientifique actuel, relativiser le caractère immémorial du fait basque sur cette terre.
Enbata.Info publie ici l'intervention complète qu'Antton Curutcharry, professeur d'Histoire et maire-adjoint de Saint-Etienne-de-Baïgorry, a effectuée lors du Forum "Penser l'immigration autrement, agir localement" le vendredi 20 avril dernier à Bayonne. (...)
RéfugéisClimatiques
Iritzia

Réfugiés climatiques

Jean-Louis Davant - Outre ses ennuis domestiques bien réels mais non insolubles, l’Europe a deux gros soucis incontournables : d’une part le changement climatique, de l’autre l’afflux des immigrés, et les deux phénomènes sont liés.
On ne peut pas le nier, ni l’ignorer, car les faits sont là, éblouissants. (...)
2016an, 10 urte arte eskolatuak diren haurren %39a elebidunean edo murgiltze ereduan zen, hots 10 000ko bat ikasle.
Ulertu

Euskararen egoera eta geroa Ipar Euskal Herrian (2/2)

Tribune Libre - Battittu Coyos, Euskaltzaina - Artikulu honen lehen zatian laburzki erakutsi da zertan den euskararen egoera Ipar Euskal Herrian, bereziki botere publikoek egiten dutena eta egiten ez dutena azalduz.
Bigarren zati honetan ikusiko dugu nola Euskal Hirigune Elkargo berriaren (Euskal Elkargoa) sartzea joko horretan, parada baliagarria izan daitekeen urrats garrantzitsu bat egiteko euskararen berpizteko bidean. (...)
Jeudi 19 avril, avec le soutien de Bizi et du chanteur de HK & les Saltimbanks, les Cheminots du Pays Basque ont animé la manifestation interprofessionnelle qui a rassemblé plus de 1200 personnes
Iritzia

Une autre politique de transport est possible

Tribune Libre - Jérôme TEILLARY - Ce lundi 23 Avril , les cheminots ont mené une action au péage autoroutier de Biriatou. En bloquant les camions et laissant passer gratuitement les voitures, le but n'est pas de bloquer les gens mais de leur faire comprendre qu'une autre politique de transport plus respectueuse de l'environnement est possible.
La lutte des cheminots va bien au delà de la réforme du ferroviaire, le gouvernement, comme Thatcher en son temps avec les mineurs, souhaite détruire la dernière digue de contestation pour ensuite privatiser tous les services publics, des hôpitaux a l'éducation en passant par le système de retraite et la sécurité sociale, de la victoire des cheminots dépendra la survie de nombreux service public. (...)