Egilearen artxiboak: Martine Bisauta


La guerre de 14 peut commencer

C’est un appel à la mobilisation générale que Batera vient de lancer !

Nous constatons depuis des mois maintenant que non seulement, nous ne parvenons pas à avancer mais que de plus des attaques inconsidérées mettent à mal un consensus établi de longue date.


Un contrat, sinon rien !

Si résistance il doit y avoir, ce n’est qu’à partir des outils comme le conseil des élus et de développement qu’elle pourra s’organiser et produire des effets.

Il est évident que si nous n’avons pas obtenu un nouveau contenant, nous sommes à la tête d’un riche contenu fruit du travail collectif des deux assemblées. Nos interlocuteurs si laudateurs sur le "pays" Pays Basque ne pourront donc que souscrire à la volonté d’un contrat ambitieux!


A Bayonne aussi

Les articles abordant la thématique des éco-quartiers se multiplient à l’heure actuelle et beaucoup d’exemples lointains nous sont proposés. Cette terminologie d’éco-quartiers mérite qu’on s’y arrête un instant.

Pour Martine Bisauta, maire-adjointe de Bayonne, il s’agit d’abord, de répondre à toute urbanisation nouvelle en prenant en compte les défis nouveaux: épuisement des ressources, pollution, transition énergétique, mobilité mais aussi la qualité du vivre ensemble.


Cohérence et équilibre

Sans les avoir forcément totalement atteints, toute œuvre humaine étant toujours perfectible, les objectifs poursuivis dans la réalisation du SCoT de l’agglomération bayonnaise et du sud des Landes permettent d’avancer.

Ce travail à l’échelle de 48 communes (216 657 habitants) est à cheval sur deux départements créant de nouveau un périmètre spécifique. Ce qui, pour Martine Bisauta, n’est pas sans poser question.


Vol au-dessus d’un nid de coucous

Coluche disait: “A la fin de la réponse, tu comprends même plus la question que t’as posée!” C’est un peu ce qui nous arrive dans l’interminable débat parlementaire dans lequel le projet de Collectivité territoriale est plongé.

Après un travail sérieux et exhaustif, le Pays Basque s’est doté d’un rapport sur son avenir institutionnel qui fait apparaître qu’il existe une disposition dans le droit français qui correspond à ses besoins et qui peut permettre une évolution efficace et démocratique du dispositif en place. Cela s’appelle une collectivité territoriale dotée d’un statut particulier, qui n’est ni un département ni une région.


Surtout ne rien lâcher

La question est récurrente: que peut –on attendre de la mobilisation du 1er juin? La réponse est simple, une démonstration de force qui met en évidence la volonté du Pays Basque d’obtenir une institution pérenne, une existence juridique.

Dans le courant de juin, la Coordination poursuivra son travail de sensibilisation auprès des présidents des groupes parlementaires, des partis politiques, des médias nationaux. Le Pays Basque doit par tous moyens faire irruption dans le débat parlementaire. L’affaire n’est pas aisée, mais nous ne lâcherons rien, nous avons l’impérieux devoir de continuer à porter l’espoir qui s’est levé.


Une étape décisive

Dans les mois qui viennent, nous allons vivre une étape décisive pour l’avenir du Pays Basque. En février une Coordination de cinq structures* s’est mise en place pour porter d’une seule voix cette affirmation: une Collectivité territoriale à statut particulier est urgente pour le Pays Basque!

Concernant la réformes des EPFL (Etablissement foncier public local), il nous faut prendre conscience de ces dispositions nouvelles, des coups tordus en préparation dans quelques officines et réaliser que ce qui avait été difficilement obtenu au début des années 2000 est en voie de disparition.


Vers une résolution de l’ONU ? par Martine Bisauta

Depuis maintenant plusieurs mois, le Conseil des élu(e)s et le Conseil de développement du Pays Basque ont entamé une démarche importante pour l’avenir du territoire. Cette initiative a répondu à la fin programmée des «pays» et au questionnement naturel qui s’en est suivi, mais elle puise aussi son origine dans le travail continu et acharné [...]


Violences ordinaires, complicités certaines par Martine Bisauta

«A mes consœurs: baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver première dame de France». Tel est le message posté par le journaliste sportif Pierre Salviac sur le réseau twitter! L’affaire n’a pas fait grand bruit, les grandes consciences de ce pays, pourtant souvent promptes à s’mouvoir, sont restées bien atones… La radio RTL, [...]

  • Berripapera



  • Enbata sostengatu

    Kioskoetan

    Enbata sostengatu ! 40€-tarik goiti hilabete guziz zuen gutun ontzian Enbata aldizkaria lortuko duzue.

    Harpide zaitezte / Sostenga gaitzazue

  • Gaika

  • Hitz-gakoak

  • Bideoak

    bideoak