Egilearen artxiboak: Jean-Louis Davant


Des monarchistes qui guillotinent

Toujours plus ! C’est le titre d’un livre publié en 1982 chez Grasset par le journaliste François de Closets. L’ouvrage n’a pas pris une ride.

La société française, toujours obsédée par la croissance et divisée sur le partage de ses fruits, reste la plus mécontente du monde. Est-elle la plus malheureuse ? Il s’en faut de beaucoup. (...)


Giza eskubideak

Duela 70 urte, 1948ko abenduaren hamarrean, Parisko Chaillot jauregian, ONU erakundeko Estatuen gehiengo zabalez bozkatua izan zen “La Déclaration Universelle des Droits de l'- Homme” delakoa, orai emazteen errespetuz erran giniro “des Droits Humains”, hots Giza Eskubideen Aldarri Orokorra.

Aldarriaren idazle nagusia René Cassin Baionako semea dugu (1887-1976), zeinen zirriborroa Estatu gutiz gehienek onartu zuten aldaketa txiki zenbaitekin. Aholkulari eta mugatzaile zuen Eleanor Roosevelt anderea, Estatu Batuetako lehendakari zenaren alarguna. (...)


Quel que soit le Président

N'étant pas monarchiste, je n'attends pas du Président de la République Française, l'actuel ou tout autre, qu'il fasse des miracles, guérisse les écrouelles et accessoirement sauve une fois de plus la France. Étrange pays qui cherche constamment un sauveur providentiel, comme si l'on était au bord du précipice ! Ce grand pays malgré tout, j'en fais partie d'extrême justesse. Si j'étais né cinquante kilomètres plus au sud, je serais sujet du roi d'Espagne. Cette perspective ne m'enchanterait pas non plus, en raison de mon atavisme républicain.

Surtout j'aurais aimé que nos deux grandes voisines nous oublient et laissent notre petit pays indigène vivre paisiblement sa propre vie, “à cheval sur les deux versants des Pyrénées occidentales” comme disent les dictionnaires, avec ses propres capacités d'initiative. (...)


Batua Baionan sortu zen

Euskaltzaindiak bere mendeurrena ospatzen du, eta ber denboran euskara batuaren mende erdia. Karia horretara zortzi ekitaldi aurreikusiak ditu.

Lehenbizikoa Baionan egin du irailaren hamahiruan, herriko etxean. Eta zergatik Baionan ? Hiri horretan egin zirelakoz euskara batuari buruzko lehen urratsak, 1963-1964 ikasturtean. (...)


Extrême urgence !

La démission de Nicolas Hulot pose un problème de fond qui ne peut plus attendre : celui de la nécessaire transition écologique, très difficile à réaliser dans une économie libérale dont la loi fondamentale est le “toujours plus”, avec l'exploitation des ressources jusqu'à l'épuisement, le gaspillage des produits pour assurer leur renouvellement, et l'accumulation de leurs déchets.

Le fond de l'affaire, au delà des disputes égotiques du village gaulois, c'est que le système économique actuel n'est plus soutenable dans sa fuite en avant. Si on le laisse faire, il entraînera l'humanité dans sa faillite. Il nous faut changer de direction sans attendre un mythique grand soir, ni monter à l'assaut de leur ligne Maginot : la contourner par des initiatives à notre portée, ouvrir des alternatives à l'échelle humaine. (...)


Uda beroa

Bai, zinez uda gartsua, lehenik aroari dagokiola. Adibidez Larrabilen zigalen gitarra enzuten dut nasai, Provencen banintz bezala.

Chirac Frantziako presidente ohiak bere aginte denboran zioen etxea sutan genuela. Erranaldiak urte andana badu, eta geroztik nora so gaude, zer ari gara ? Egoera hobetu ote zaigu ? Aitzitik gaizkondu da. Estatuburuek delibero ederrik hartu digute nazioarteko goi bileretan, baina jarraian zer egin dute ? CO2 isuria ugarituz doa. Garapenaren izenean, petrolioa gero eta burrusta handiagoan hurrupatzen du mundu zabaleko ekonomiak, gero eta karbono gehiago errez. (...)


Le pays du bien dire

La France est la patrie du bien dire, championne du monde du Verbe élégant, clair et précis. Mais du bien dire au bien faire il y a un fossé, parfois un abîme qui n’est pas toujours comblé, il s’en faut de beaucoup. Souvent l’action ne suit pas le discours : l’on a bien parlé, l’on croit que ça y est, c’est comme si c’était fait.

Et si l’on passe à l’action, il n’est pas rare que ce soit en tournant le dos à ce que l’on a promis. Je pense notamment à la récente aventure de l’Aquarius, entre vaisseau fantôme et radeau de la Méduse. (...)


Mendiz mendi

Mendia maite dugunek une honetan bi kezka larri baditugu: batetik hartza, bestetik Larrun.

Frantziako gobernuak bi hartz eme ekarri gogo dizkigu Eslobeniatik. Bere xedea betetzen badu, kontua da Eslobeniatik ekarritako bi hartz emeak nola portatuko diren: tokiko hartz lotzatia bezala ote, ala Etsauteko hartz jendakin hura bezala? Hor dago koxka. Beste kezka bat larria, departamenduko buruzagitzak Larrun mendi kaskoan eraiko gogo duen alimalkeria, munstrokeria, mendi horrentzat hilgarria. Hautetsi handi horiek zer dute buruan? Zentzu guzia galdua ote dute? (...)


Le Président se trompe

Je ne peux laisser sans réagir un récent propos jacobin du Président de la République qui m’étonne d’ailleurs de sa part, étant donné que ses déclarations sont en général d’esprit girondin.

Le 20 mars à l’Institut de France il disait : “Au fond nous sommes le seul pays de la Francophonie qui ne vit qu’en français... Il n’y a que les Français qui n’ont que le français...” D’abord le Président se trompe...(...)