Jean-Louis Davant

Jean-Louis Davant

Laborantzako erakasle ohia, idazlea, euskaltzaina, Enbata eta EHAS-en sortzaileetakoa.

L’Europe malgré tout

Pauvre Europe, si peu aimée, si diffamée, si éloignée de son idéal, de nouveau réduite au marché commun initial, mais privé de ses garde-fous d’avant l’Union politique par le triomphe du néo-libéralisme : préférence communautaire, politique des prix agricoles, quotas laitiers sont abolis. C’est la foire d’empoigne, la concurrence déloyale entre des états membres tirant tout vers le bas : salaires, qualité des produits, écologie, fiscalité…

Entre deux croche-pieds réciproques, ces états décident entre eux de la politique européenne, puis se défaussent hypocritement sur un mythique pouvoir bruxellois de ce qui ne va pas en Europe : par un jeu de billard pervers, celle-ci est devenue la chèvre émissaire de tous nos maux. (...)


Euskara oinarrian

Marxista beren ustez ortodoxoen aburuz, hizkuntza goiegituran dago, gauza beharren eta garrantzitsuenak azpiegituran daudelarik.

Baina nor dira denentzat eta denen ordez pentsatzen duten maisu guztiz jakintsu eta hutsezin horiek? Hizkuntza inperial batzuetan mintzo zaizkigu: aleman, frantses, ingeles, gaztelaniaz, hots galtzelo arriskutan ez dauden hizkuntza nagusietan, aitzitik beste guztien irensten ari diren horietan. Beraz hizkuntzagatik buru hausterik ez dute, komunikatzeko tresna soiltzat ikus dezakete. (...)


Valeurs occidentales ?

Il est banal d’entendre dire que les droits humains sont juste bons pour nos pays riches d’Europe occidentale aux démocraties bien assises, ainsi que pour leurs émanations nord-américaines (Canada, USA) et sud-océaniques (Australie, Nouvelle- Zélande). Finalement elles seraient les privilèges du monde plus blanc que le blanc, excluant bien sûr les “noirs” et les “jaunes”, mais aussi les blancs cassés, plus ou moins bronzés de naissance : Arabes, Berbères, Turcs, Persans, Kurdes, Latino-américains, etc. C’est tout juste si l’on tolère en périphérie de l’Europe les bruns ibériques, italiens et grecs, un peu suspects dans ce club nordique distingué, voire aryen.

Bref, il s’agirait de “valeurs occidentales” concernant surtout l’élite autoproclamée de l’humanité, sans obliger moralement ces peuples “de couleur” que Jules Ferry qualifiait de “races inférieures”. (...)


Txillardegiri esker

Txillardegi euskara batuaren aita dugula errepikatzen dut, euskal elite ofizialek zor hori ez baitiote aitortzen, Euskaltzaindiak salbu. Arantzazuko biltzarra goraipatzen dute, arrazoi osoz, haatik Baionakoa bazter utziz gertatu ez balitz bezala.

Egia da 1968ko udan Arantzazun euskara batuaren lehenbiziko alea bataiatu zutela ofizial eginez. Haatik 1964ko abuztu ondarrera Baionan sortua zen ikasturte bateko lan jarraikiari esker, lan horretan parte hartu genuenek Txillardegi genuelarik gidaria eta eredua: dena kudeatzeaz gain, ekarpenik handiena berak egin zuen. (...)


Des monarchistes qui guillotinent

Toujours plus ! C’est le titre d’un livre publié en 1982 chez Grasset par le journaliste François de Closets. L’ouvrage n’a pas pris une ride.

La société française, toujours obsédée par la croissance et divisée sur le partage de ses fruits, reste la plus mécontente du monde. Est-elle la plus malheureuse ? Il s’en faut de beaucoup. (...)


Giza eskubideak

Duela 70 urte, 1948ko abenduaren hamarrean, Parisko Chaillot jauregian, ONU erakundeko Estatuen gehiengo zabalez bozkatua izan zen “La Déclaration Universelle des Droits de l'- Homme” delakoa, orai emazteen errespetuz erran giniro “des Droits Humains”, hots Giza Eskubideen Aldarri Orokorra.

Aldarriaren idazle nagusia René Cassin Baionako semea dugu (1887-1976), zeinen zirriborroa Estatu gutiz gehienek onartu zuten aldaketa txiki zenbaitekin. Aholkulari eta mugatzaile zuen Eleanor Roosevelt anderea, Estatu Batuetako lehendakari zenaren alarguna. (...)


Quel que soit le Président

N'étant pas monarchiste, je n'attends pas du Président de la République Française, l'actuel ou tout autre, qu'il fasse des miracles, guérisse les écrouelles et accessoirement sauve une fois de plus la France. Étrange pays qui cherche constamment un sauveur providentiel, comme si l'on était au bord du précipice ! Ce grand pays malgré tout, j'en fais partie d'extrême justesse. Si j'étais né cinquante kilomètres plus au sud, je serais sujet du roi d'Espagne. Cette perspective ne m'enchanterait pas non plus, en raison de mon atavisme républicain.

Surtout j'aurais aimé que nos deux grandes voisines nous oublient et laissent notre petit pays indigène vivre paisiblement sa propre vie, “à cheval sur les deux versants des Pyrénées occidentales” comme disent les dictionnaires, avec ses propres capacités d'initiative. (...)


Batua Baionan sortu zen

Euskaltzaindiak bere mendeurrena ospatzen du, eta ber denboran euskara batuaren mende erdia. Karia horretara zortzi ekitaldi aurreikusiak ditu.

Lehenbizikoa Baionan egin du irailaren hamahiruan, herriko etxean. Eta zergatik Baionan ? Hiri horretan egin zirelakoz euskara batuari buruzko lehen urratsak, 1963-1964 ikasturtean. (...)


Extrême urgence !

La démission de Nicolas Hulot pose un problème de fond qui ne peut plus attendre : celui de la nécessaire transition écologique, très difficile à réaliser dans une économie libérale dont la loi fondamentale est le “toujours plus”, avec l'exploitation des ressources jusqu'à l'épuisement, le gaspillage des produits pour assurer leur renouvellement, et l'accumulation de leurs déchets.

Le fond de l'affaire, au delà des disputes égotiques du village gaulois, c'est que le système économique actuel n'est plus soutenable dans sa fuite en avant. Si on le laisse faire, il entraînera l'humanité dans sa faillite. Il nous faut changer de direction sans attendre un mythique grand soir, ni monter à l'assaut de leur ligne Maginot : la contourner par des initiatives à notre portée, ouvrir des alternatives à l'échelle humaine. (...)