Jean-Louis Davant

Jean-Louis Davant

Laborantzako erakasle ohia, idazlea, euskaltzaina, Enbata eta EHAS-en sortzaileetakoa.

Résister à la langue unique (2)

Longtemps l’école française a imposé la langue unique en excluant les autres à coups de règle sur les doigts et sur la tête, ou par d’autres châtiments plus subtils. C’est ainsi qu’au Pays Basque, par exemple, il a fallu trois générations pour avoir enfin une génération vraiment bilingue à laquelle j’appartiens.

Avec une pédagogie correcte, une seule génération aurait suffi dans un peuple qui s’adapte si aisément aux langues étrangères, tout en leur donnant ses propres tournures. (...)


Résister à la langue unique

Vers la fin du XXe siècle, sous la pression conjuguée de l’Europe et de l’enseignement des “langues régionales” par immersion dans des écoles privées mais laïques, l’état français a sensiblement assoupli sa ligne linguistique en faisant une certaine place à ces langues.

Mais voici que la méthode immersive est remise en question par certains propos de ministres, notamment ceux de l’éducation. (...)


Domingo Garat (2)

1790 urteko urtarrilan Frantziako Legebiltzar Konstituziogileak erresumako eremua 83 departamendutan banatzea erabaki zuen. Iparraldeko hamabi diputatuak beren artean ados jarri ziren euskal departamendu baten eskatzeko, Uztaritzeko Garat bi anaiak bozeremaletzat harturik. Baina Bearnoko hamar diputatuek berena eskatu zuten,

Baina Bearnoko hamar diputatuek berena eskatu zuten...(...)


Domingo Garat

Uztaritzeko Garat bi anaiak, Bordelen abokatu, Frantziako Iraultza denboran Euskal Herriaren alde lehiatu zirela, orokorki gauza jakina da, baina zer erran zuten eta zer egin zehazki, ez hainbat ezaguna. Gainera horien ekintza bere garaian eta egoeran kokatu behar da.

Pagolako pastoralak Uztaritzeko Garat anaietarik zaharrena ospatuko du. (...)


L’Europe malgré tout

Pauvre Europe, si peu aimée, si diffamée, si éloignée de son idéal, de nouveau réduite au marché commun initial, mais privé de ses garde-fous d’avant l’Union politique par le triomphe du néo-libéralisme : préférence communautaire, politique des prix agricoles, quotas laitiers sont abolis. C’est la foire d’empoigne, la concurrence déloyale entre des états membres tirant tout vers le bas : salaires, qualité des produits, écologie, fiscalité…

Entre deux croche-pieds réciproques, ces états décident entre eux de la politique européenne, puis se défaussent hypocritement sur un mythique pouvoir bruxellois de ce qui ne va pas en Europe : par un jeu de billard pervers, celle-ci est devenue la chèvre émissaire de tous nos maux. (...)


Euskara oinarrian

Marxista beren ustez ortodoxoen aburuz, hizkuntza goiegituran dago, gauza beharren eta garrantzitsuenak azpiegituran daudelarik.

Baina nor dira denentzat eta denen ordez pentsatzen duten maisu guztiz jakintsu eta hutsezin horiek? Hizkuntza inperial batzuetan mintzo zaizkigu: aleman, frantses, ingeles, gaztelaniaz, hots galtzelo arriskutan ez dauden hizkuntza nagusietan, aitzitik beste guztien irensten ari diren horietan. Beraz hizkuntzagatik buru hausterik ez dute, komunikatzeko tresna soiltzat ikus dezakete. (...)


Valeurs occidentales ?

Il est banal d’entendre dire que les droits humains sont juste bons pour nos pays riches d’Europe occidentale aux démocraties bien assises, ainsi que pour leurs émanations nord-américaines (Canada, USA) et sud-océaniques (Australie, Nouvelle- Zélande). Finalement elles seraient les privilèges du monde plus blanc que le blanc, excluant bien sûr les “noirs” et les “jaunes”, mais aussi les blancs cassés, plus ou moins bronzés de naissance : Arabes, Berbères, Turcs, Persans, Kurdes, Latino-américains, etc. C’est tout juste si l’on tolère en périphérie de l’Europe les bruns ibériques, italiens et grecs, un peu suspects dans ce club nordique distingué, voire aryen.

Bref, il s’agirait de “valeurs occidentales” concernant surtout l’élite autoproclamée de l’humanité, sans obliger moralement ces peuples “de couleur” que Jules Ferry qualifiait de “races inférieures”. (...)


Txillardegiri esker

Txillardegi euskara batuaren aita dugula errepikatzen dut, euskal elite ofizialek zor hori ez baitiote aitortzen, Euskaltzaindiak salbu. Arantzazuko biltzarra goraipatzen dute, arrazoi osoz, haatik Baionakoa bazter utziz gertatu ez balitz bezala.

Egia da 1968ko udan Arantzazun euskara batuaren lehenbiziko alea bataiatu zutela ofizial eginez. Haatik 1964ko abuztu ondarrera Baionan sortua zen ikasturte bateko lan jarraikiari esker, lan horretan parte hartu genuenek Txillardegi genuelarik gidaria eta eredua: dena kudeatzeaz gain, ekarpenik handiena berak egin zuen. (...)


Des monarchistes qui guillotinent

Toujours plus ! C’est le titre d’un livre publié en 1982 chez Grasset par le journaliste François de Closets. L’ouvrage n’a pas pris une ride.

La société française, toujours obsédée par la croissance et divisée sur le partage de ses fruits, reste la plus mécontente du monde. Est-elle la plus malheureuse ? Il s’en faut de beaucoup. (...)