Egilearen artxiboak: Enbata


Klima: hitzetatik ekintzetara

Abenduaren 8an, larunbatarekin klimaren aldeko nazioarteko mobilizazioaren karietara Bizi! mugimenduak Baionan hitzordua finkatzen du Herriko Etxe aitzinean, goizeko 10etan. Mugimendu altermundialistak justizia soziala eta klima ber borroka direla azpimarratzen du bere deian eta hitzetatik ekintzetara pasatzeko garaia dela, sistema aldatuz, eta ez klima!

Bestalde, klima suntsitzaileak diren inbertsioak dituzten banku etxeetan lehena den Société Générale-aren Pariseko agentzia zentralaren garbiketa operazio erraldoiaren antolatzeko mobilizaziora ere deitzen du Bizi! mugimenduak, abenduaren 14ean, COP24eko azken eguna kari Estatu eta nazioarteko beste hainbat eragilerekin. (...)


Idée cadeau…

Pour garder l'oeil sur les enjeux du Pays Basque, à Noël, Tartaro ne s'étonnerait pas qu'on lui offre un an d'Enbata !

Cliquer ici pour passer à l'action ! (...)


Qu’est-ce que la glottophobie ?

Philippe Blanchet (1), professeur de sociolinguistique à l’université Rennes 2, travaille sur les discriminations dues aux langages. Il est l’inventeur du concept de glottophobie. Littéralement : peur (phobie) de la langue (glotto).

Il a accepté de le présenter brièvement dans cet article qu'Enbata.Info reproduit. (...)


Euskaraldia Kabaretea

Azaroaren 22an, ostegunean, 18:30etarik 20:00k arte, "Euskaraldia, 11 egun euskaraz" ariketa sozialari Kabareteak hasiera emanen dio. Kantuak, bertsoak, herri antzerkia, pintxoak izanen dira ekitaldian. Horrez gain, belarriprest eta ahobizi izango direnen hitzak, eta euskalgintzako eta herri batzordeetako kideen esperientziak entzungo dira.

Ongi etorria beraz Baionako Glain elkarteen etxerat, Euskaraldiaren hasiera ospatzera memento goxoa pasatuz! Hobe izena ematerat [email protected] helbidera idatziz! (...)


Insoumis et déserteurs basques dans la Grande guerre

Un siècle après l’armistice du 11 novembre 1918 mettant fin à la “Grande guerre”, les passions et les douleurs étant apaisées, il nous faut remémorer un phénomène, longtemps tabou, qui toucha la population basque d’Iparralde.

Jacques Garat fut le premier à enquêter et à analyser ce point d’histoire. Il écrivit un article dans Enbata qui révéla cet épisode et édita un livre faisant référence, Insoumis et déserteurs basques dans la grande guerre. L’association Ikerzaleak, de Mauléon, repris le thème que nous publions ci-après. (...)


13è Lurrama

La 13ème édition du salon de l'agriculture paysanne, LURRAMA (terre-mère en euskara), aura lieu les 16, 17 et 18 novembre 2018 à la Halle d'Iraty de Biarritz . Les paysan·ne·s et près de 600 bénévoles investiront pendant trois jours 6000 m² pour proposer au grand public des expositions, animations, repas gastronomiques et conférences avec la convivialité qui fait l'identité et le succès de LURRAMA depuis ses débuts !

Dans les spécificités de l'édition 2018 on trouve le thème «Pour une politique agricole alimentaire !» en lien avec la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC). Lurrama souligne la vocation alimentaire de l'agriculture (par la production d'aliments de qualité et via la souveraineté alimentaire des territoires) et selon ses organisateurs la PAC doit favoriser le développement de l’agriculture paysanne et familiale. (...)


21. Korrika: euskararen alde “klik” egin!

2019ko apirilaren 4tik 14ra Euskal Herria, Garestik Gasteizera zeharkatuko duen 21. Korrikaren lelo gisa “Klika” hautatu du AEK-k.

Euskararen aldeko 2 000 km baino gehiagoko lasterketa berri honek kulturan, euskalgintzan eta pentsamenduaren alorrean egin ekarpenak direla medio Jose Luis Alvarez Enparantza “Txillardegi” omenduko du. (...)


Euskaraldiaz hizkuntz ohiturak aldatu

“Euskaraldia ez da kanpaina bat, indar kolektiboaren bidez hizkuntz ohituren aldatzeko burutuko den ariketa pertsonal bat baizik”.

Euskaraldiren hobeki ezagutzeko Jenofa Berhocoirigoin Ipar Euskal Herriko Euskaraldiko koordinatzaileari luzatu dizkiogu hainbat galdera ahal bezain bat izan gaitezen azaroaren 23tik abenduaren 3a arte Euskaraldiari esker euskaran murgiltzen.(...)


Sous la torture, des aveux non fiables

Telle est la conclusion d’une étude menée par la neuro-scientifique Shane O’Mara dans son ouvrage Pourquoi la torture ne marche pas, l’interrogatoire à la lumière des neurosciences. Elle démontre que la torture est impuissante à sonder la mémoire parce qu’elle la détruit au lieu de la produire. La défaillance organique ou physiologique qui résulte de la torture est contre-productive dans la mesure où le cerveau n’est plus capable d’assurer ses fonctions régulatrices habituelles. La torture paralyse ses fonctions mnésiques. On sait aujourd’hui que la mémoire ne sert pas avant tout à enregistrer fidèlement les expériences, elle “se construit et se reconstruit”, comme un texte en train de s’écrire.

D’Unai Romano au directeur du quotidien Egunkaria Martxelo Otamendi, on sait que la torture est une pratique policière très répandue en Pays Basque. Ces deux hommes font partie des 4113 cas recensés de 1960 à 2013, dans le rapport réalisé par l’Institut de criminologie de l’Université du Pays-Basque, à la demande du gouvernement de Gasteiz. L’histoire de ce phénomène politique reste encore à écrire. Et pour ce faire, il ne faut pas compter sur les associations de victimes du terrorisme ou le Centre mémoriel des victimes du terrorisme. Seul le “terrorisme” mis en oeuvre par le peuple dominé les intéresse. Le terrorisme d’État n’existe pas. Ses milliers de victimes non plus. (...)