Egilearen artxiboak: Martine Bisauta


Le Corso dans le tempo

La commission des fêtes de Bayonne, qui a choisi “les régions de France” comme thème du corso 2014, est vraiment pénétrée du sens de l’Histoire...

14, 13, 12 régions ou 10 comme pour le corso ? Rendez-vous en septembre quand nous sortirons de la torpeur estivale et qu’Hollande aura peut être tranché !


A côté de l’histoire

La revendication institutionnelle concernant le Pays Basque a plus de deux siècles. Mais un travail collectif des dernières années lui a donné la forme la plus aboutie de Collectivité Territoriale à statut particulier, disposition prévue dans l’article 72 de la Constitution…

Malgré l'appui d'une Coordination Territoriale Pays Basque (Conseil des Elus et de Développement, CCI, Biltzar, Batera) le gouvernement n'y a rien vu de bon et par l'intermédiaire du préfet présente ses solutions alternatives. Une expertise juridique sérieuse s'impose pour nous accompagner dans la décision.


Europe, la fin d’un rêve ?

Désincarné, étranger au plus grand nombre, instrumentalisé, le projet européen est en passe de devenir le cauchemar des démocraties du continent.

Les dernières élections ont surtout servi de défouloir et démontré qu’une consultation « hors sol », pouvait représenter un danger non négligeable.


Une carte à jouer ?

Un nouveau train de mesures institutionnelles s’apprête à déferler sur l’hexagone. Le nouveau premier ministre lance la décentralisation par fragmentation, en clair on explose le tout et on réfléchit ensuite sur ce que l’on peut faire !

De façon assez cocasse, ce serait Monsieur Valls qui viendrait à point pour nous permettre d’évoluer enfin vers une reconnaissance juridique du territoire…


Tout reste à faire

Ce 30 mars demeurera sans doute dans les mémoires car il a constitué un moment historique en Pays Basque. Du Boucau à Bayonne en passant par Hendaye de multiples situations qui pourraient faire croire à un certain surréalisme mais qui soulignent surtout la fin des lignes politiques traditionnelles.

Les priorités des électeurs et électrices ont peut-être plus qu’ailleurs indiqué qu’il ne suffisait plus de représenter un des deux blocs pour s’assurer d’un report de voix. L’avenir institutionnel de ce territoire a pesé lourdement dans la balance et si camps il y avait, ils s’organisaient entre ceux qui exigent la prise en compte de revendications spécifiques et ceux qui les refusent au nom d’un centralisme d’une autre époque !


Un choix déterminant

Quelle ne fut pas ma surprise lors du dernier Conseil de l’Agglomération Côte Basque Adour, d’entendre une intervention remettant en cause la légitimité du Conseil des élu-e-s et du Conseil de développement pour la négociation du Contrat territorial Pays Basque !

Historiquement ce sont ces deux instances qui ont élaboré les plans successifs dont le dernier s’est largement appuyé sur les travaux de Pays Basque 2020. Et, voilà que maintenant des maçons de la 25ème heure prônent la prise en main du processus par l’Acba qui s’érigerait comme tête de pont de tout un territoire !


Un choix, un droit

L’adoption d’un projet de loi anti-avortement par le gouvernement de Mariano Rajoy a sonné comme un terrible rappel de ce que les droits des femmes ne sont jamais acquis. A nouveau resurgit un passé peu glorieux où l’interruption de grossesse est soumise à un réel danger pour la vie de la mère, ou consécutive à un viol qu’il faudra prouver.

Les manifestations se multiplient dans l’état espagnol, et à nouveau les femmes vont descendre par milliers dans les rues pour défendre le droit à une maternité choisie.


Le temps des frondes

Depuis le 2 novembre et l’apparition brutale dans le débat public des “bonnets rouges”, le mouvement breton ne cesse de poser question. Après les pigeons, les poussins, les dindons et autres volatiles voilà que le couvre-chef choisi par les manifestants connaît un grand (trop grand?) succès.

En plus il s’inscrit dans l’histoire de la révolte de 1675, déjà dirigée contre un impôt jugé insupportable. A l’origine du courroux, l’éco-taxe qui devait entrer en vigueur en 2014 et qui est finalement reportée aux calendes grecques !


La guerre de 14 peut commencer

C’est un appel à la mobilisation générale que Batera vient de lancer !

Nous constatons depuis des mois maintenant que non seulement, nous ne parvenons pas à avancer mais que de plus des attaques inconsidérées mettent à mal un consensus établi de longue date.

  • Berripapera



  • Enbata sostengatu

    Kioskoetan

    Enbata sostengatu ! 40€-tarik goiti hilabete guziz zuen gutun ontzian Enbata aldizkaria lortuko duzue.

    Harpide zaitezte / Sostenga gaitzazue

  • Gaika

  • Hitz-gakoak

  • Bideoak

    bideoak