Egilearen artxiboak: Enbata


“Cataluña es España”

Le gouvernement espagnol a déployé des moyens sans précédent pour empêcher la mise en oeuvre du référendum catalan, limiter sa portée politique, en affaiblissant la participation des électeurs.

On mesure ici la sujétion et l’énorme déséquilibre du rapport de forces entre Barcelone et Madrid. (...)


Nouveaux rendez-vous en Pays Basque sur le Chemin de la Paix

Plus de 1500 personnes étaient présentes à Luhusoa lors de l'événement "12 heures pour la Paix" ce samedi 30 septembre à l'appel des artistes en faveur du Processus de Paix, Pour rendre le processus de paix irréversible d'autres étapes restent à franchir après celle du désarmement du 8 avril à Bayonne.

Des réunions publiques d'informations ouvertes à toutes et à tous sont organisées sur tout Iparralde durant le mois d'octobre et le samedi 7 octobre à 9h00 à la Salle Harri Xuri se tiendra l'assemblée extraordinaire des Artisans de la paix.(...)


Irailaren 30ean, denak Luhusorat!

2016ko abenduaren 16ko Luhusoko atxiloketen biharamunean bakearen aldeko eragile kulturalen kolektibo bat osatu da, Kulturgileen Ekimena izenarekin.

Hirurogei bat kidez osatua den kolektiboak "Hordago" klipa sortu du. Bertan abenduaren 9ko Pariseko mobilizazioko deia luzatzen du... bai eta ere larunbata honetan, irailaren 30ean, Luhuson 14:00etarik 02:00k arte iraganen den “Bakearen aldeko 12 orduko kontzertua” ekitaldirakoa! Ainitz izan gaiten larunbata honetan, irailaren 30ean bake prozesuaren alde “12 ordu bakearen alde: eta orain presoak" ekitaldian, 12 ordu kantaldi, dantza eta kontzertu gozatuz! (...)


Biltzar Nagusi bezperan, Euskokarta arrakastatsu

Irailaren 19an, asteartea, 6 hilabete eginen du eusko numerikoa abiatu dela. Ordainketak billeteekin egiten ahal dira bainan ere Euskokartarekin eta biramenduz eusko kondu batetik besterat. Euskoa billeteak eta kontu sistema bat proposatzen duen lehen tokiko moneta da!

Xehetasun gehiago ukaiteko Euskoaren dinamikari buruz, bere proiektuen ezagutzeko eta bere geroaren eraikitzean parte hartzeko, hitzordua Euskoaren Biltzar Nagusian, irailaren 23an, larunbata, 9etatik 12etarat Uztaritzen, Lapurdi gelan. (...)


SudMine kasu, Herria kexu!

2500 pasa jende bildu ditu Larunbatean, irailaren 16an, Baiona zeharkatu duen "Stop-Mines-EH"k deitutako urre meategien kontrako manifestaldi aldarrikatzaileak.

Parte hartzaileek argi utzi dute SudMine eta Vallier jaundari, haren lehendakariari, Euskal Herriaren altxorra amalurra dela eta urre meategien proiektu zentzu gabearen kontra herritarrak, elkarteak eta hautetsiak mobilizaturik jarraitzeko prest direla. (...)


Bestak, aldarrikapenak eta alternatibak

Aurtengo Baionako Bestetan ere euskaraz eta euskotan arizaiteko, elkartasun giro herrikoi eta parekidearen gozatzeko… hainbat parada ukanen ditugu.

Hara zonbait gune eta xehetasun lagungarrri... ahantzi gabe, Bakegileek antolatzen duten Argazki Erraldoiaren hitzordua, uztailaren 30ean, igandez 12:30tan San Andres Plazan! (...)


Paix en Pays Basque : et maintenant les prisonnier-e-s

Une grande mobilisation pour la paix au Pays Basque aura lieu le samedi 9 décembre à Paris sous le thème "Et maintenant, les prisonniers !". Les Artisans de la Paix nous invitent à réserver d'ores et déjà cette date sur notre agenda pour nous donner rendez-vous par milliers ce jour là à Paris. Il s'agit de gagner des choses très concrètes, dans les mois qui viennent : rapprochement des prisonniers basques, libération des prisonniers malades, application des bénéfices pénitentiaires et remises de peines de droit commun. Bref, la fin immédiate du régime d'exception dans une perspective de résolution globale de la question des prisonniers basques.

Les Artisans de la Paix soulignent que nous devons faire un second pas dans la foulée du 8 avril pour continuer d'avancer dans la direction d'une paix juste et durable en Pays Basque. C'est avec cette perspective qu'une délégation composée d'élu.e.s et de représentant.e.s de la société civile s'est rendue à Paris le 10 juillet dans le but d'interpeller le nouveau gouvernement sur le processus de paix et que du 8 au 22 juillet un jeûne en faveur des droits des prisonniers basques se déroule à Saint-Pierre d'Irube.(...)


“Euskara osoki berreskuratzeko oraino anitz bada egiteko”

Euskal Konfederazioak VI. Inkesta soziolinguistikoaren Ipar Euskal Herriko emaitza nagusien berri izan du. Euskal Konfederazioaren ustez, datu itxaropentsuak badira. Nahiz eta ipar Euskal Herrian euskara osoki berreskuratzeko oraino anitz baden egiteko, inkestaren emaitzek etorkizunari buruz itxaropentsu izaten ahal garela erakusten dute, baldin eta eskura ditugun neurri egokiak hartzen badira.

"Hizkuntza bat erabili ala ez erabili erabakitzeko momentuan faktore anitz bada ere, argi da euskararen erabilera bultzatzeko euskaraz aritzeko gune gehiago garatu behar direla: euskara ezin da bakarrik irakaskuntza, seinaletika eta kultur arloetara mugatu, beste arloetan ere presentzia areagotu behar da, eremu publikoko administrazio eta zerbitzu publiko bezalako erakunde publikoetan besteak beste." (...)


Un écrivain aux côtés des damnés de la terre

C'est lorsqu'il revient pour la première fois à l'île Maurice en 1980, afin de rendre visite à sa tante, que Jean-Marie Gustave Le Clézio prend toute la mesure de la tragédie du peuple chagossien : l'exode forcé, l'exil organisé, la déportation méthodique d'une population de 4000 habitants, celle des habitants de l'archipel des Chagos, situé au coeur de l'océan-Indien, entre l'Afrique et l'Indonésie. Chassés de leurs îles, depuis la décision des Britanniques, prise en 1965, de permettre aux Etats-Unis d’installer une base militaire sur l’atoll de Diego Garcia, les Chagossiens furent contraints de partir pour Maurice et les Seychelles.

Issu d’une famille bretonne immigrée de l’Ile Maurice, écrivain dont l’oeuvre est traversée par le souci des populations minoritaire, J. M. G. Le Clézio mène depuis quelques années un combat pour le droit au retour de ce « peuple pacifique », dit-il, issu d’anciens esclaves venus d’Afrique de l’Est et qui, depuis le début des années 1970, errent dans les marges des villes mauriciennes. Une résolution portée par les Mauriciens et les Chagossiens, adoptée à l’Assemblée générales des Nations unies le 22 juin 2017, malgré l’opposition britannique et américaine —sans oublier «l’incompréhensible et scandaleuse» abstention de la France, regrette-t-il, relance la possibilité d’une reconnaissance du droit et de l’identité de ce peuple. (...)