Egilearen artxiboak: Ellande Duny-Pétré


Bouleversement politique en Espagne et au Pays Basque

Le nouveau parti de gauche Podemos arrive en tête en Hegoalde au détriment des indépendantistes qui voient fondre leur représentation. Paradoxe : la représentation abertzale baisse, mais augmente le nombre des députés prônant une consultation référendaire sur l’avenir du Pays Basque.

Le quadri-partisme qui divise l’Espagne rend le pays difficilement gouvernable. On parle déjà de nouvelles élections.


Podemos et ses quatre groupes parlementaires

Le succès de Podemos qui se confirme à chaque élection ne semble pas être un feu de paille lié à la crise ou à la corruption. Comme le FN en France, il s’agit d’une lame de fond qui traverse le corps social tout entier et risque de s’enraciner durablement.

Demeure entière la question de ses alliances pour parvenir au pouvoir et faire ses preuves.


Les abertzale à la tête de la Corse

Le 13 décembre, la Corse a donné la victoire à l'union des deux partis abertzale qui sont arrivés en tête, avec 35 % des voix, soit 24 élus, à deux voix de la majorité absolue. Gilles Simeoni, maire de Bastia, dirigera l'exécutif, quant à Jean Guy Talamoni, il présidera l'assemblée d'une région dotée depuis 1991 et 2002 d'un statut particulier.

Pour nous, l'évènement du 13 décembre n'est pas celui que tout le monde ressasse. C'est plutôt l'arrivée aux commandes des abertzale corses sur leur île.


L’Etat français face à un défi : que faire des cadavres des «terroristes»

Que faire des dépouilles des «terroristes» djihadistes morts au cours des derniers attentats ? Faut-il leur accorder un rite d’enterrement, une sépulture et si oui, laquelle et comment ? N'est-ce pas leur accorder une légitimité ? Peut-on leur refuser le droit d'être inhumés comme tout être humain, dignement ?

Voir dans cette affaire le fameux Etat laïc obligé de se mêler, de trancher des questions qui relèvent éminemment du religieux, ne manque pas de sel.


Législatives à Madrid, fin du bipartisme

Le 20 décembre, l’Espagne élira les députés aux Cortes et les sénateurs. Les deux partis PP et PSOE qui dirigent le pays en alternance depuis les années 80, sont débordés par deux nouvelles formations, Ciudadanos à droite et Podemos à gauche.

Le scrutin est marqué par une crise institutionnelle grave, le parti au pouvoir peine à apporter une réponse politique au souverainisme catalan.


En Catalogne l’heure de vérité

Pour ou contre l’indépendance de la Catalogne? La question a totalement dominé l’élection du parlement régional le 27 septembre. Les Catalans ont élu une majorité absolue de députés indépendantistes (72 sur 135), mais ceux-ci représentent 47,8% des voix.

Le président Artur Mas est affaibli par une affaire de financement illicite de son parti.


Les sanglots de l’aigle pêcheur

Comment le dominé doit-il écrire sa propre histoire, écrire sa version face à celle du vainqueur? Comment élaborer une “histoire équitable” qui “paye le juste prix au point de vue” des perdants toujours engagés, avec d'autres moyens, dans leur combat de libération nationale.

Telle est la question présentée par un livre magistral consacré à l'émancipation des Kanak. Il éveille un singulier écho chez le lecteur abertzale.


Catalogne : le scrutin

Les abertzale catalans se sont mis d’accord pour organiser des élections anticipées moins d’un an après le référendum parallèle du 9 novembre 2014. Ils espèrent obtenir une majorité absolue au moyen d’une liste unitaire originale qui transcende les partis et mettent à profit ce temps pour préparer l’indépendance du pays.

Cette échéance bouleverse la carte politique catalane. L’Espagne se tient en embuscade.


Carton plein abertzale

Après les élections du 24 mai, les abertzale sont désormais à la tête des institutions du Pays Basque Sud, capitales de provinces, députations et la plupart des villes. Les partis espagnolistes PSOE et PP sont marginalisés et le visage politique de Hegoalde est largement modifié, en particulier en Araba et surtout en Navarre où EH Bildu conquiert Iruñea et Geroa Bai le gouvernement foral.

L'effet politique de l’arrêt de la lutte armée est sensible dans cette province, il permet des alliances impensables il y a peu. Une nouvelle génération arrive au pouvoir. A charge pour elle de durer et d'écrire une nouvelle page de l'histoire de notre peuple.

  • Berripapera



  • Enbata sostengatu

    Kioskoetan

    Enbata sostengatu ! 40€-tarik goiti hilabete guziz zuen gutun ontzian Enbata aldizkaria lortuko duzue.

    Harpide zaitezte / Sostenga gaitzazue

  • Gaika

  • Hitz-gakoak

  • Bideoak

    bideoak