Egilearen artxiboak: Courrier des Lecteurs


Quel 8 mai?

Xipri Arbelbide - C'est en grandes pompes que la France a célébré le 8 mai, la fin de la guerre la plus sanglante de l'histoire : plus de 60 millions de morts. Parmi eux, Hiroshima et son record de 100.000 morts en une seconde, exploit de grands scientifiques du monde moderne. Rappelons pour mémoire que le 27 mars 1944, à 14h22, une vague de 44 bombardiers américains lâcha 45 tonnes de bombes sur l'aérodrome de Parme. Celles qui manquèrent leur cible laissèrent en 7-8 minutes, environ 250 morts Biarrots et Allemands.

Mais le 8 mai est aussi l'anniversaire des massacres de Sétif : 8 à 45.000 morts


A la louche

C'est une drôle de garbure que nous préparent les opposants à l'EPCI unique ces jours-ci.

Les légumes locales y baignent dans un jus pas très appétissant. La carotte biarrotte qui s'y était plongée refuse à présent de s'y fondre. Fanes trop fanées? L'olive angloye se récrie: sa place est avec les amuse-gueule, pas dans ce brouet que peu de tables veulent au menu. Le navet de Luxe s'y voit bien, pourvu que ses lasagnes l'accompagnent. Les pois chiches sans goût qui ne sont là que pour épaissir un peu le consommé, eux, flottent.


Rafraîchir la mémoire

C’était sans doute l’intention de Monsieur G. d’Alençon (haut fonctionnaire de l’évêché de Bayonne) lorsqu’il annonça dans Notre Eglise n° 24 de mars 2012 p. 33, la réédition du «best-seller», Pour qu’Il règne , du théoricien de l’extrême droite, Jean Ousset.

Aucun doute, l’extrême droite était bien dans la place, je veux dire au palais épiscopal de Bayonne. Je n’avais pas manqué de dénoncer cette publicité de l’organe officiel de l’Eglise de Bayonne.


TAFTA or not TAFTA

Martxa - Les descendants de la célèbre Dolly seraient-ils dans nos assiettes?

La commission européenne et les chefs d’Etat ferment les yeux, et pourtant certains scientifiques dont Christophe Then se posent des questions, avertissent.


Racines, origines

Mikel Dalbret, Ciboure / Ziburu - Un voyage récent m’ayant conduit sur les rives de l’Ardèche au sud est du Massif Central, je sais désormais que nos origines directes remontent à -36.000 ans, plus précisément que nous sommes inconsciemment porteurs d’un héritage des plus précieux venu de la nuit des temps.

En voici les raisons exposées aussi schématiquement et clairement que possible, ce qui n’est pas une mince affaire vu l’épaisseur du sujet.


Baionatik Tolosara, bide luuuuuuzea!

Baionako geltokiko txartel saltokian, 2015ko goiz batez.

Mixel Etxekopar : "Egun on!, Langilea:".....Bonjour !", M.E. : "Je voudrais un billet pour Tolosa, en Gipuzkoa", L.:"……………. ? (silence). Vous pouvez épeler ?"...


Prochaine étape, la concurrence fiscale à la baisse avec l’Allemagne ?

Jean-Joël Ferrand - Dans sa chronique économique d’Enbata n°2297 de mai dernier, Pantxoa Bimboire désigne à plusieurs reprises Xavier Fontanet comme “économiste”. Dans une de ses précédentes chroniques, j’avais découvert avec intérêt Michel Godet, économiste original. Du coup je me suis renseigné sur la formation et les ouvrages de Xavier Fontanet dont la lecture nous est chaleureusement recommandée dans cet article d’Enbata.

Ce que j’ai trouvé m’amène à faire quelques commentaires (mais les "idées reçues” citées dans l’article permettaient déjà de pressentir le problème).


Arizmendiarrieta (1915/1976) eta Simone Weil (1909/1943)

Beñat Castorene - Jose Maria Arizmendiarrietaren sortzearen ehungarren urteurrenaren karietara, Simone Weil filosofoaren lanaren kontzeptzioak eta Don Jose Mariarena Arrasaten aipagai izan dira berriki.

Nekez aurki dezakegu Arizmendiarrieta eta Simone Weil baino pertsona diferenteagorik, bai jatorriz, bai ibilbidez, bainan hauteman behar dugu bien filosofian lanak bazaukala kokagune bat zentrala.


Coup de txapela aux pionniers

Periko Légasse - Le succès croissant et constant des candidats abertzale aux élections territoriales depuis une dizaine d’années conduisent régulièrement les observateurs à remonter jusqu’aux prémices du mouvement patriotique en Euskadi Nord pour décrypter l’évolution de la sociologie électorale basque.

Je constate que ces retours au passé s’arrêtent généralement aux années 1960, notamment à cet Aberri Eguna d’Itsasu de 1963 (où je me trouvais, tenant la main de mon père et dont je me souviens avec fierté), que l’on considère, à juste titre, comme l’instant fondateur de l’abertzalisme en Iparralde.