Un référendum d’autodétermination sans les kanak

KanakyUne

Le dernier référendum d’autodétermination en Kanaky a été boycotté par les partis indépendantistes qui en avaient demandé le report en raison des conditions sanitaires et d’un deuil coutumier d’une année. La syndicaliste Mina Kherfi  (représentante de l’USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités)  – Collectif Solidarité Kanaky) retrace pour Enbata les enjeux de ce rendez-vous raté.

Ce 12 décembre 2021, dans les quartiers, les tribus ou les villages, les kanak sont restés chez eux. Ils ont respecté le mot d’ordre des leaders indépendantistes de ne pas participer à ce referendum. C’est le troisième et dernière consultation prévue par les accords de Nouméa, processus de décolonisation progressif signé en 1998. Cette journée avait été placée sous haute tension par le gouvernement français, craignant (injustement) des débordements de la jeunesse kanak ; un dispositif exceptionnel de l’État avait été déployé, 2000 miliaires, gendarmes et GIGN, avaient été appelé en renfort de métropole. On pouvait voir des camions de gendarmes à chaque rond-point de la ville ; alors que le calme et le respect du vote était exemplaire, toutes les organisations indépendantistes avaient appelé notamment la jeunesse à ne pas sortir et à respecter ce scrutin.

Deuil kanak : pas de vote

C’est le mot d’ordre affiché sur les banderoles à travers les villes et les villages. “Deuil kanak, ne votons pas”. Les raisons : la pandémie de covid qui a lourdement touchée la population kanak, a empêché les familles d’enterrer leurs morts dignement. La coutume du deuil est vraiment cruciale pour le peuple kanak, le sénat coutumier avait décrété un an de deuil national kanak. Le confinement adapté (couvre- feu, interdiction de rassemblement, de meeting, etc.) n’ayant pas permis de faire une campagne référendaire sereine, les kanak avaient demandé le report de ce référendum, mais n’ont pas été entendu ; le gouvernement Macron a maintenu la date qu’il avait déjà unilatéralement choisie : le 12 décembre, histoire de ne pas interférer avec les élections présidentielles d’avril prochain et de se débarrasser au plus vite de cet épineux dossier. Alors que l’ancien premier ministre Edouard Philippe s’était engagé, le 10 octobre 2019, à ce que cette consultation se passe après août 2022. Devant ce mépris, ce manque de compréhension et de respect, les indépendantistes avaient lancé leur mot d’ordre de non-participation. L’enjeu de ce dernier référendum était bien trop important pour le brader, les indépendantistes étaient en progression sur les deux referendums précédents, 43 % pour le oui à l’indépendance en 2018, 47% en 2020, il leur manquait un peu plus de 5.000 voix pour accéder à la victoire ; chacun savait que les indépendantistes étaient à deux doigts de l’emporter… La droite et l’État français ont mis un frein à cet enthousiasme.

Kanaky (5)

L’abstention a gagné

Ce 12 décembre, sur les 180.000 électeurs appelés à se prononcer pour ou contre l’indépendance, 103.000 se sont abstenus. De plus, le non à l’indépendance a reculé dans toutes les communes du territoire, moins 5.000 voix. Bien sûr, le soir des résultats, les médias et les partis de droite se sont réjouis d’une victoire du non à l’indépendance à plus de 96 % contre à peine 4% pour le oui, résultats qui ne reflètent en rien la réalité du pays. Et le président Macron de faire un discours le soir même en félicitant le peuple calédonien d’avoir choisi la France. “La France est désormais plus belle avec la Calédonie”, a-t- il lancé, en omettant d’évoquer l’abstention record de 56% ; alors que la participation au référendum de 2020 était de 85 %. Quel mépris encore une fois pour la population kanak ! Les partis indépendantistes ont aussitôt indiqué, par communiqué, qu’ils ne reconnaissaient pas les résultats de ce troisième vote qui leur a été confisqué, jugeant ce scrutin illégitime et invalide. Le président du congrès, l’indépendantiste Rock Wamytan, a même qualifié ce référendum de “bidon” et de “mascarade” : “ceci n’est pas le troisième référendum, c’est celui de l’état français et de ses soutiens en Nouvelle Calédonie, pas le nôtre”.

Énorme gâchis

Après 30 ans d’accords et de négociations pour faire avancer ce processus de décolonisation, le dialogue est désormais complétement rompu avec l’état. Les indépendantistes ont affirmé qu’ils ne discuteront plus avec ce gouvernement et attendront le renouvellement du gouvernement français lors des prochaines élections présidentielles, pour engager de véritables discussions sur l’accession du pays à sa pleine souveraineté ; Ils vont cependant continuer à travailler sur un projet d’indépendance avec les Nations-Unies, la Nouvelle Calédonie étant inscrite sur la liste des pays à décoloniser. Mais ils l’ont dit et répété : jamais ils n’abandonneront leur droit légitime à l’indépendance. Une question de sens de l’histoire, mais qui prendra du temps. 

Kanaky (3)

Kanaky (4)

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).