Quel avenir agricole?

Itsasu-GereziakDe notre coin de territoire, on peut souhaiter un renforcement de la loi sur la protection du foncier agricole, plus de moyens pour aider les paysans à travailler dans le respect de la nature et des consommateurs, une mise au rebut du projet de prospection de mines d’or, aussi. Quelles seront les options d’Emmanuel Macron pour l’avenir de l’agriculture française ? Telle est la question qui se pose, tant le nouveau président de la République est resté discret sur ses choix en matière agricole.

C’est avec trois semaines d’avance que nous avons récolté les cerises d’Itxassou cette année. Si la météo nous a plutôt été favorable et la récolte a été globalement tout à fait correcte, on doit déplorer l’attaque de nos fruits par la mouche de la cerise au mois de mai cette année, fait assez exceptionnel si tôt en saison, sur des variétés précoces habituellement préservées. Or, les producteurs de cerisiers d’Itxassou ne font pas de traitement chimique contre les insectes. C’est un engagement pris au sein de l’association des producteurs qui privilégie, si besoin de soins, des traitements autorisés en agriculture biologique. Ainsi donc, nous devrons dans les années qui viennent nous pencher sur cette problématique de la mouche de la cerise et sa copine asiatique (drosophila suzukii) qui a déjà décimé beaucoup de vergers en France.

Deux modèles antagonistes

L’enjeu : chercher des solutions alternatives pour éviter le recours au traitement chimique. Au-delà d’Itxassou, la question du traitement des fruits en France est un véritable enjeu de société.

L’ère Macron nous apportera-t-elle son lot de solutions ? Rien n’est acquis à ce jour, et peu de promesses ont été faites à vrai dire. Macron ne veut pas choisir entre deux modèles agricoles, et s’est finalement assez peu exprimé sur ces questions, comme, d’ailleurs, la plupart des candidats aux présidentielles.

Il a déclaré cependant vouloir financer la recherche d’alternatives aux pesticides et vouloir séparer le conseil et la vente de ces derniers. Il a évoqué plus globalement un Grenelle de l’alimentation.

Des déclarations à l’action il y a parfois un grand pas qui n’est jamais franchi. On verra bien sur ces sujets bien concrets qui intéressent la santé de tous, comment les choses évolueront.

Les premières journées caniculaires sont arrivées dès la mi-juin cette année, au lendemain d’un second tour des législatives qui a peu mobilisé les électeurs qui auront préféré rester à l’ombre.

Désintérêt ou protestation, chacun y va de son analyse.

Ouvriers et paysans absents

De la soirée électorale qui a suivi et des analyses des journalistes politiques celle de Natacha Polony a retenu mon attention. Si tout le monde notait le rajeunissement du parlement, l’augmentation conséquente du nombre de femmes, notamment dans le camp Macron, l’augmentation des personnes issues du secteur privé, la journaliste, elle, soulignait que ce parlement compterait peu de députés issus du monde ouvrier ou agricole.

Selon le magazine agricole France agricole “Au lendemain du second tour, malgré une déferlante de nouvelles têtes (424 nouveaux députés sur 577 sièges), seuls 17 candidats agricoles accèdent au Palais Bourbon. Soit deux de plus qu’il y a cinq ans. 7 agriculteurs En Marche, et 8 agriculteurs élus du côté des Républicains”.

Comme je ne sais pas lire dans la boule de cristal, je ne sais pas ce que le gouvernement et le parlement produiront les prochains mois.

Tous promettent de vouloir travailler, d’être constructifs (évidemment tout dépend de ce que l’on veut construire). On verra bien !

De notre coin de territoire, on peut souhaiter par exemple un renforcement de la loi sur la protection du foncier agricole, plus de moyens pour aider les paysans à travailler dans le respect de la nature et des consommateurs, une mise au rebut du projet de prospection de mines d’or, aussi.

Est-ce beaucoup demander? Je dirais que c’est le minimum nécessaire pour continuer à avoir un avenir agricole et alimentaire acceptable.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).