Objectif Terre

BidoDivVSPandémie
Au moment, où les plus grandes préoccupations des Terriens devraient se concentrer sur l’évolution de notre planète percutée par une pandémie dont on ne perçoit sans doute que les prémisses… au moment où notre civilisation affronte des modifications climatiques inconnues jusqu’ici… au moment où l’appauvrissement de milliards d’Humains crée des conditions redoutables à leur simple survie… Au même moment il paraît judicieux de dépenser des sommes astronomiques pour savoir s’il y a de l’eau sur la planète Mars !

Cette quête commencée au siècle dernier se justifie par le nécessaire progrès de la science dans tous ses états. Pour l’astrophysicien Sylvestre Maurice, il s’agit de satisfaire des ambitions géopolitiques “les grandes puissances spatiales veulent prouver qu’elles peuvent y aller car c’est le défi le plus complexe à ce jour” ! Fort bien ! Mais on peut tout de même questionner cet ordre des priorités qui conduit les Terriens à engloutir savoir, financement dispendieux dans une aventure risquée en laissant de côté la résolution de problèmes urgents qui menacent la survie de la planète Terre et de ses habitant.es !

Sens des priorités

Rabat-joie une fois de plus, je m’interroge au risque de prêter le flanc à la critique, et à être accusée de vouloir empêcher les enfants de rêver… Mais peuvent-ils vraiment rêver les enfants dans un monde de plus en plus fragilisé, dans un contexte où se projeter dans l’avenir devient une gageure ! Greta Thunberg et bien d’autres jeunes militants écologistes, nous disent que si nous ne changeons pas immédiatement nous ne maintiendrons pas notre civilisation ! La mission “Perseverance” des Etats-Unis, les ambitions spatiales de la Chine ou des Emirats Arabes Unis seront dès lors à ranger dans la case des folies les plus pernicieuses de notre Histoire !

Peu enclins à prendre à bras le corps, les vrais problèmes qui nous assaillent, les décideurs en tout genre se contentent de discours enflammés et persistent dans un laisser-faire, pas seulement coupable mais, au fil du temps, tout simplement criminel !

Le GIEC de la biodiversité révèle les liens plus que possibles entre la dégradation de la nature et les les pandémies. Il démontre que les pandémies seront plus fréquentes, qu’elles seront plus meurtrières et qu’elles impacteront encore plus l’économie mondiale… “Les mêmes activités humaines qui sont à l’origine du changement climatique et de la perte de la biodiversité entraînent également le risque de pandémie par leurs impacts sur notre environnement” alerte Pierre Daszak président de la PIBES. (Plateforme intergouvernementale de la biodiversité et des services écosystémiques) Le changement des usages de la terre —déforestation, agriculture intensive, élevage, urbanisation— a favorisé l’émergence de plus de 30% des nouvelles maladies apparues depuis les années 60. (HIV, Ebola, SRAS, Covid 19 ). Or, l’action curative comme médicaments et vaccins se révèlera selon les auteurs de ce rapport “comme une voie lente et coûteuse”… Prévenir, insiste le rapport reviendrait à économiser des sommes importantes mais aussi des vies humaines.

Biodiversité versus pandémies

Le déni dans lequel nous nous complaisons a fait table rase de dizaines de rapports qui ont servi principalement à caler des armoires! Selon Annie Larigauderie (secrétaire exécutive du PIBES) “Les scientifiques alertent sur cette question depuis bien avant le Sommet de la Terre de Rio (1992) et la recherche sur le lien entre pandémies et biodiversité a fait l’objet de publications depuis une vingtaine d’année”.

Les alertes ont ceci de particulier qu’elles n’intéressent qu’une partie de la communauté scientifique et tous les “Amish de la Terre” et qu’elles ne suscitent que sourires et commisération pour le reste du monde ! Encore à ce jour, plaider pour que soit pris systématiquement en compte le lien Santé-Environnement, me rend toujours aussi suspecte d’idéologie verdissante, voire de personne atteinte de troubles obsessionnels compulsifs! Pour Hélène Soubelet (directrice de La Fondation pour la recherche sur la biodiversité) “il y a de plus en plus de preuves qu’une biodiversité élevée peut diminuer le risque infectieux”.

Il s’agit donc d’enjeux politiques et de priorités environnementales, économiques, sanitaires et sociales ! Mais dans les grands plans qui se dessinent actuellement, les aides filent vers la relance économique version XXe siècle et force est de constater que l’on a rien appris de la terrible pandémie qui nous frappe! Quand viendra-t-il à nos esprits, que l’urgence n’est pas à la rencontre avec nos cousins martiens, mais bien à la réparation d’une planète saccagée, et cela dans le seul intérêt de notre humanité ! “Actuellement l’humain mène une guerre contre la nature. S’il gagne, il est perdu” (Hubert Reeves).

Sources : Rapport du 29 octobre 20 – Plateforme intergouvernementale pour la biodiversité – Revue Reporterre – Actu-Environnement.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

5 thoughts on “Objectif Terre

  1. Voila un discours qui est trés joyeux !
    Nous allons vers la fin du monde , l’Apocalypse de Jean , avec les cris , les pleurs , et les cadavres qui pourrissent , les flammes de l’enfer et tous se qui suit . Et maintenant les écologistes s’attaquent a un robot posé sur la planéte Mars qui est tout petit et mignon comme tout !
    Donc si j’ai bien compris , le jour ou Mrs Jadot ou Mrs Piolle seront élu Président de la République ils vont supprimer le budget de l’ ESA ( Agence Spatiale Européenne ) , de l’archéologie , paléontologie , océanographie , géologie , astrophysique et de toute ses choses qui au final de servent a rien ???
    Assez ridicules tout sa !!!

    1. Voilà un commentaire bien caricatural et à côté de la plaque. Ça fait des décennies que les tenants de l’industrie, du capital et du pétrole caricaturent les alertes environnementalistes en les taxant de millénaristes irrationnels prêchant l’apocalypse. Pendant ce temps ça fait des décennies que le climat se dérègle en accélérant dans la mauvaise direction, en prenant de court les modèles aux scénarios de réchauffement les plus élevés. En tout juste trois mois on a pu voir du gel tardif foutant en l’air bon nombre de grandes cultures dans l’hexagone (dont nous dépendons encore malheureusement) et en Basse Navarre, les vignes d’Araba ravagées par la grêle et les inondations, le maïs du sud du Brésil touché par le gel tandis que l’Ouest du Canada a connu quatre jours d’affilée des températures supérieures à 47 qui ont causé des centaines de morts d’hyperthermie et des incendies massifs qui ont rayé plusieurs villes de la carte, le Japon qui vient de connaître des pluies de 800mm en trois jours (en trois jours plus de pluie qu’il n’en tombe en un an à Gasteiz) et des torrents de boue ravageant tout.
      Mais apparemment il faudrait qu’on continue à fermer les yeux, et à croire que tous ces événement malheureux ne sont que coincidence improbable pas du tout en lien avec le réchauffement du climat. Soyons réalistes.

      De même vous extrapolez sans fondement sur la suppression imaginaire de la recherche, au contraire nous en avons besoin plus que jamais, mais nous avons surtout besoin que les citoyens s’emparent de ses conclusions avant que les catastrophes météo s’accumulent au point de ne plus nous laisser le temps de réfléchir.

      1. Il est vrai que je fait partie des tenants de l’industrie et du capital . Me voila démasqué ! Et dans ta liste de catastrophe naturelle tu as oublier la pluie de grenouille en Egypte !
        Pour étre un peu plus sérieux , le climat mondial a plutot tendance a faire le yoyo . Si on regarde les 2000 derniers ans , autour de 500 aprés JC , refroidissement du climat qui provoque en partie les invasions barbares . Ensuite vers l’an 1000 , réchauffemment du climat avec l’optimum climatique médieval et ensuite autour de 1300 a 1850 refroidissement avec le petit age glaciaire ou l’ont voit les glaciers avançais et des villages qui s’abandonnent dans les Alpes . Et depuis 150 ans sa se réchauffe .
        Alors oui il faut supprimer le charbon et le pétrole comme source d’énergie , et le remplaçer avec du photovoltaique , de l’éolien , le nucléaire non radioactif ( Helium 3 a la place de l’Uranium ) et autres . Mais jouer au Gourou et plonger les gens en dépréssion avec une liste interminable de malheur ne fait pas avançer l’écologie !

        1. Tous les événements météo que j’ai mentionnés sont avérés, ont détruit des centaines de vies et se sont produits cette année depuis avril. Les assimiler à une affabulation biblique ne fait pas avancer le débat, même si on le fait sur le ton de la plaisanterie peut-être pour “dédramatiser”. Le problème est justement que “dédramatiser” glisse dans la grande majorité des cas vers “relativiser”, soit tout le contraire de ce dont on a besoin.

          Par ailleurs, il ne faut pas confondre l’évolution du climat de certaines régions du monde avec l’évolution globale. L’optimum médiéval et le petit âge glaciaire ont concerné surtout l’Europe de l’Ouest, et ne sont pas comparables avec l’évolution globale du climat, qui touche l’ensemble du globe avec une vitesse non connue depuis les débuts de l’agriculture il y a 12000 ans. Pour en avoir un bon aperçu voir ici https://en.wikipedia.org/wiki/Little_Ice_Age#/media/File:2000+_year_global_temperature_including_Medieval_Warm_Period_and_Little_Ice_Age_-_Ed_Hawkins.svg
          Ce n’est pas du tout les mêmes échelles de temps, ni les mêmes ordres de grandeur de réchauffement que ce que nos ancêtres ont connu sur les siècles passés.
          On peut voir par ailleurs que la période qui a été un optimum thermique chez nous a été le début d’un refroidissement au niveau global.

          Garder la tête froide oui c’est indispensable, mais minimiser la gravité de ce qui est en jeu n’est pas une option, c’est cela que j’exprimais.

  2. Cette tribune rappelant l’urgence d’agir en cohérence avec l’ampleur du danger aurait un autre écho si le PCAET que vous avez soutenu à l’agglo avait lui-même cette cohérence. Sachant sa perte de substance, notamment quant aux objectifs de séquestration et de neutralité carbone, cette tribune pleine de belles intentions est d’autant plus malvenue. Dit en termes plus crus, ça la fout mal.

Comments are closed.