D’un scrutin à l’autre

NouveauSouffle

L’Édito du mensuel Enbata

100% des votants. Non ce n’est pas une élection à la soviétique, mais le premier tour des municipales du 15 mars à Arbonne, en Pays Basque. Tel était le résultat officiel paru dans la presse le soir du scrutin déclaré par la maire sortante Mme Marie-José Mialocq. Une véritable “mise en scène de théâtre” dénonce l’opposant, Beñat Arla, tête de la liste “Un nouveau souffle pour Arbonne”. En effet, le scénario est publiquement dévoilé par la maire sortante dès le début du dépouillement des bulletins de vote, forte de la lecture à haute voix, par son premier adjoint, d’un article du code électoral rendant nuls les bulletins ne mentionnant pas la nationalité espagnole du candidat en cinquième position sur la liste. “Tu ne peux pas faire ça, tu vas mettre le feu au village”, l’interpelle Beñat Arla. Et d’appeler, tous les deux, la préfecture, qui exige d’aller au bout du dépouillement. C’est ainsi que les 439 voix acquises à la liste basquiste, conduite par Beñat Arla, sont décomptées nulles, d’où l’élection à 100% de la maire sortante contre 0 à son opposant. D’où la réélection pour un troisième mandat de Marie-José Mialocq, 69 ans, retraitée de la Direction départementale de l’Equipement.

Ce dépouillement arbonar s’inscrira sûrement dans un manuel de gags démocratiques. En effet, sur chaque enveloppe contenant un bulletin de la liste Arla, les quatre scrutateurs de chaque table apposent leur signature et l’inscrivent sur la feuille d’émargement dans la colonne “nul”.

Contrairement à l’affichage officiel, les 19 candidats de la liste de Beñat Arla ne sont pas nuls. Leur bonne foi est totale et aujourd’hui reconnue par le tribunal administratif de Pau. Lors de leur déclaration de candidature en préfecture, ils avaient bien mentionné que le cinquième, Zigor Goieaskoetxea, était de nationalité espagnole et avait pour cela rempli une attestation spécifique. On sait que l’Union Européenne offre à tous ses citoyens la faculté de se présenter aux élections locales dans le pays étranger où ils vivent. La France, seule, y met une restriction: ne pas occuper une fonction d’exécutif, maire ou adjoint, afin de ne pas participer à l’élection des sénateurs qui élaborent la loi de la nation française. L’Europe nous affranchit, dans ce domaine éminemment politique, de la frontière étatique qui écartèle le Pays Basque. Hélas, l’imprimeur commet une faute en oubliant de mentionner la nationalité espagnole de Zigor sur les bulletins de vote. Comme dans les communes de moins de 2.500 habitants il n’y a pas de commission de contrôle électoral et que les bulletins ont été directement livrés à la mairie, personne ne s’est rendu compte de l’erreur de l’imprimeur. Sauf, sûrement, la municipalité sortante qui les a réceptionnés et a laissé se dérouler le scrutin jusqu’au dépouillement, quand tout était bouclé, créant à ce moment-là, “une irrégularité”, dira le tribunal.

Le recours introduit par Beñat Arla avec le soutien de l’avocate Dorothée Mandile, a trouvé son épilogue le mardi 12 septembre par le verdict du tribunal administratif déclarant “l’annulation de l’ensemble des opérations électorales du 15 mars” sur la base “de l’altération de la sincérité du scrutin” imputée à Mme Mialocq qui a désormais un mois pour faire appel de ce jugement auprès du Conseil d’Etat qui devrait convoquer un nouveau scrutin dans les mois qui viennent.

Nous resterons attentifs à cette nouvelle donne électorale qui, nous l’espérons, viendra gonfler la récente vague abertzale des municipales d’Iparralde et capitaliser le long engagement démocratique local de nos amis où, au scrutin précédent de 2014, la liste abertzale ouverte de Xabi Aphesteguy échouait au second tour à 30 voix.

Paulu Santu Parigi (Sénateur de la Haute-Corse) et de sa suppléante Livia Ceccaldi Volpei.
Paulu Santu Parigi (Sénateur de la Haute-Corse) et de sa suppléante Livia Ceccaldi Volpei.
Comme pour l’élection législative de juin 2017, c’est la première fois que l’élection Sénatoriale du 27 septembre ouvrait
les enjeux réellement sur les besoins de la Corse.

Cliquer sur l’image pour lire la suite de l’interview sur l’hebdomdaire Corse Arritti.

Dimanche 27 septembre, 87.000 “grands électeurs”, dont 95% issus des conseils municipaux élus le 28 juin, élisaient 172 sénateurs dans la moitié des départements français. On sait que le Sénat se renouvelle par moitié tous les trois ans pour un mandat de six ans. Ce type d’élection au suffrage universel indirect est l’assurance d’un immobilisme politique au point que Lionel Jospin, alors Premier ministre, l’avait qualifié d’“anomalie démocratique”. Dans ce marais stagnant il est très difficile pour une minorité nationale d’obtenir un élu. C’est pourtant ce qu’ont réussi les nationalistes corses dimanche dernier en élisant un des leurs, Paulu Santu Parigi, maire de Santa Lucia di Mercurio, avec le soutien affiché de Gilles Simeoni, président de la Communauté territoriale de Corse. Cela est le reflet de l’avancée spectaculaire des abertzale corses dans les différents scrutins de l’île, notamment lors des dernières municipales. Ainsi, le nouveau sénateur, patriote corse, a été remarquablement élu par 328 des 558 “grands électeurs”. Il s’inscrira au nouveau groupe que les Verts peuvent constituer au Sénat. La représentation parlementaire du nationalisme corse s’élargit et compte déjà trois députés à l’Assemblée nationale et un eurodéputé à Strasbourg. Coïncidence heureuse, une délégation corse, conduite par l’eurodéputé François Alfonsi, s’est rendue en Iparralde les 12, 13 et 14 septembre, afin de consolider les relations avec notamment Seaska, AEK, Laborantza Ganbara, Bizi, l’Eusko et Enbata. Cette victoire corse aux sénatoriales nous emplit de joie.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).