Aupa, l’autopartage, en complément des mobilités douces

Emeline Robillard, Directrice et Marion Pichery, Présidente de la coopérative AUPA.


Aupa, la Société coopérative d’autopartage, débutera dès cet été la mise en place d’un réseau de véhicules partagés en Iparralde. Créée en décembre 2022, Aupa est une société coopérative d’intérêt collectif et compte parmi ses sociétaires fondateurs des structures comme Enargia, Bizi!, le Comité ouvrier du logement (COL) ou Sokoa. Marion Pichery, présidente d’Aupa et Emeline Robillard, sa directrice générale répondent aux questions d’Enbata en précisant les objectifs écologiques et sociaux de ce nouveau service de mobilité, complémentaire aux mobilités douces en place et à venir, sur le territoire.

Quelles sont les origines du projet Aupa ?
Marion Pichery : J’étais animatrice du groupe Alternative au tout voiture dans l’association Bizi!. Après avoir bataillé pour obtenir des aménagements et rendre efficaces ces alternatives (site propre pour les bus, pistes cyclables…), la question de la possession d’une voiture restait pour beaucoup un frein à la transition : comment se débarrasser complètement de sa propre voiture alors qu’elle nous sert quand même ponctuellement ? Le vélo, le bus, le train, ne répondent pas à tous les besoins de mobilité (transport de grosses courses, destinations inaccessibles…). En regardant ailleurs dans l’Hexagone, on a vu que l’autopartage était la solution à ce besoin, et qu’il n’y avait encore aucun service développé au Pays Basque. C’est comme ça qu’a démarré le projet Aupa, avec un petit groupe d’usagers très, très motivés pour se débarrasser de leur voiture (qu’ils n’utilisaient pas tous les jours), et d’autres qui cherchaient régulièrement à emprunter la voiture des autres !

Comment fonctionne l’autopartage ?
Emeline Robillard : L’autopartage, c’est  simplement le fait d’être plusieurs à utiliser le même véhicule. Pour le service d’autopartage Aupa, chacun pourra, une fois inscrit au service via le site web, réserver le véhicule pour une heure, une journée ou même une semaine. Il suffira de se rendre à l’emplacement du véhicule, de le déverrouiller, rouler, et le ramener au même endroit une fois la course terminée. Aupa s’occupera de tout le reste : assurance, entretien, carburant… et le stationnement sera aussi assuré.
Il n’y a pas de limite de durée ou distance à l’usage mais une autre possibilité est de réaliser son trajet en train puis de réserver un véhicule en sortie de gare dans la ville d’arrivée via le réseau Citiz dont Aupa fait partie, et qui regroupe des coopératives d’autopartage de 16 villes et territoires en France. Ce réseau nous permet de mutualiser certains outils, de bénéficier d’une expérience de plus de 20 ans, et de partager des valeurs coopératives.

Quel est l’objectif visé par l’autopartage ?
Marion Pichery : L’objectif est à la fois écologique et social. L’autopartage permet de réduire la place de la voiture (un véhicule en autopartage remplace cinq à huit véhicules particuliers !), mais permet aussi à ceux qui n’ont pas les moyens de posséder une voiture, d’y avoir accès. Il faut le voir comme un service de mobilité complémentaire aux alternatives de mobilité douce en place et à venir sur le territoire.

A qui s’adresse ce type de service ?
Emeline Robillard : Bien sûr, ce service ne s’adresse pas à tout le monde. Ceux qui ont encore besoin d’utiliser la voiture matin et soir pour aller travailler et n’ont pas d’alternatives adaptées ne pourront pas passer à l’autopartage. Mais pour ceux qui peuvent régulièrement utiliser le bus, le vélo, la marche, l’autopartage leur permet de se débarrasser définitivement de leur voiture et de toutes ses contraintes ! Le plus intéressant, c’est qu’une fois sans véhicule personnel, on observe chez tous les utilisateurs un usage croissant des transports en commun et du vélo. C’est comme un cercle vertueux !

Qu’est-ce que la Société coopérative d’intérêt collectif Aupa ?
Marion Pichery : La structure juridique SCIC permet de rassembler toutes les parties prenantes d’un projet pour le déployer sur le territoire. Aupa est un service de mobilité, et les usagers de ce service (comme les collectivités, les acteurs locaux, les associations ou les entreprises engagé.e.s) peuvent entrer au capital et orienter ensemble le projet. La coopérative Aupa a été créée en décembre 2022, grâce à une dizaine d’usagers ainsi que des structures qui portent le projet : Enargia, Bizi!, le Comité ouvrier du logement, Sokoa, Herkide. Cette création a permis le recrutement d’Emeline Robillard, qui travaille maintenant au développement du projet. L’idée est de se dire que nous sommes tous acteurs du développement du service en devenant sociétaires de la SCIC. Mais qu’on prenne une ou dix parts sociales, on représente une voix lors des assemblées générales. La gouvernance est partagée et démocratique.

Quel est le calendrier de développement du projet ?
Emeline Robillard : Nous travaillons en ce moment à la mise en place opérationnelle du service avec les communes pour préparer l’arrivée des six premières voitures sur le BAB dès juin 2023. En parallèle, nous réalisons une levée de fonds avec l’objectif d’atteindre 75.000€ d’ici la fin mai afin de couvrir les frais d’investissement de la flotte de véhicules mais aussi d’obtenir une subvention de la région Nouvelle-Aquitaine (200€ souscrits au capital de la SCIC c’est 200€ versés par la région) ce qui apportera une structure financière solide pour le développement du service. En parallèle, des partenariats sont en train de s’amorcer avec différentes structures qui sont très intéressées par le service pour leurs employés, ou encore par des bailleurs sociaux pour intégrer des véhicules en autopartage dans les projets immobiliers en cours.

Voitures en autopartage


A moyen et long terme, quels sont les objectifs visés ?

Marion Pichery : Le développement se fera dans un premier temps là où l’autopartage fonctionne le mieux (c’est-à-dire là où il est facile de se passer de sa voiture : en centre-ville). Dans un second temps, nous expérimenterons sur des villes moins denses voire des petits bourgs lorsqu’une dynamique locale se créera. On invite d’ailleurs les communes intéressées par l’installation d’un véhicule autopartagé à nous contacter pour étudier ensemble leur besoin.

Comment peut-on contribuer à la bonne marche du projet Aupa ?
Emeline Robillard : On peut agir à différents niveaux ! On peut parler d’Aupa, relayer les informations sur le développement du projet, s’inscrire à la newsletter*. Cela nous aide à rassembler de plus en plus de futurs usagers. Si l’on est vraiment sensible au projet et que l’on souhaite y contribuer, on peut devenir coopérateur et souscrire une ou plusieurs parts sociales** (une part s’élève à 200€). Plus nous serons de coopérateurs au démarrage du service, plus nous renforcerons la structure financière de la coopérative et plus nous assurerons de la visibilité au service et un déploiement au plus proche des besoins du territoire. Enfin, on peut aussi prêter main forte et amener des compétences pour certaines actions pendant cette phase de développement.

*Newsletter : www.framaforms.org/aupa-berri-laburra-newsletter-1681982716

**Devenir sociétaire : https://framaforms.org/aupa-je-souscris-harpidetzen-naiz-1678106629

Contact : [email protected]

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).