À qui le tour ?

Fresque réalisée ce mois de juillet 2023 à Bayonne par l’artiste Xab Xab pour la plateforme Se loger au Pays – Herrian bizi

Spéculation immobilière, crise du logement… Loin de concepts abstraits, une réalité quotidienne venant bouleverser la vie de plus en plus de familles au Pays Basque. Une simple lettre recommandée peut du jour au lendemain détruire les rêves et projets de tout un chacun.

L’épée de Damoclès En 2020, sur 311 127 personnes habitant en Iparralde, 109 174 étaient locataires dont 32 514 en HLM (1). 76 660 personnes vivaient donc dans le parc locatif privé. Jeunes ou âgées, invalides ou en bonne santé, habitant seules ou en famille, ces 76 660 personnes ont toutes une épée de Damoclès sur la tête. Du jour au lendemain, elles peuvent recevoir un congé pour vente ou pour reprise qui leur laissera 3 ou 6 mois selon les cas pour quitter leur logement, dans lequel elles vivent parfois depuis plus de 20 ans. Pour elles, c’est un coup dur, parfois pire. Elles doivent quitter le quartier ou la commune dans lesquels elles ont leurs attaches, références, relations. Au vu de l’explosion des loyers ces dernières années, elles vont connaître une amputation nette et brutale de leur pouvoir d’achat car pour se reloger dans le même T3 ou T4, elles devront souvent payer 3 ou 400 euros de plus. Et cela, quand elles retrouvent quelque chose d’accessible en Pays Basque. Sinon, elles devront quitter ce territoire sur lequel elles ont toujours vécu. Parfois elles tomberont en dépression, souvent elles connaîtront divers troubles ou problèmes liés au stress, à la perte d’opportunités sociales et à leur nouvelle situation financière.

Ces personnes n’ont aucune responsabilité particulière dans ce qui leur arrive. Elles n’avaient pas d’impayés de loyer ni de problèmes avec leur voisinage. Comme le dit un courrier collectif signé par de nombreuses personnes et familles du Pays Basque sous le coup de tels congés : « Nous sommes victimes d’un problème global, public, collectif. À l’instar des personnes qui doivent déménager suite à des catastrophes naturelles, nous nous retrouvons aujourd’hui délogés par une vague, un tsunami, celui de la spéculation immobilière, de la crise du logement. »

Proportions inquiétantes en Pays Basque

On ne sait pas combien elles sont au juste puisqu’il n’existe aucun recensement prévu de ces congés délivrés par huissier, ou par simple lettre recommandée, voire en mains propres. Grâce à Alda, nous savons juste que leur nombre augmente année après année en Iparralde et qu’il atteint ici des proportions anormales. En mars dernier, l’association a rendu publics des chiffres provenant du Ministère de la justice, établis entre 2016 et 2019 (depuis, la réforme des tribunaux ne permet plus d’accéder aux mêmes statistiques). Les procédures pour validité de congé (procédures d’expulsion suite à un congé locatif) devant le tribunal de Bayonne augmentent chaque année, et surtout représentent pour 2019 plus que le total des mêmes procédures sur Marseille, Lyon, Bordeaux Toulouse et Nice, soit les 5 villes les plus peuplées de France, hors Paris ! Alda a demandé des explications au Ministère de la justice sur cette situation incroyable mais la réponse se contente de confirmer la validité de ces chiffres. Cela interpelle, d’autant plus que le nombre des autres procédures, pour impayés par exemple, respecte lui les proportions du nombre d’habitants de chaque ville ou territoire !

Délogé à 92 ans pour laisser la place à une résidence secondaire supplémentaire

Près de 80 000 habitants d’Iparralde sont donc aujourd’hui menacés par cette prolifération de congés locatifs. En théorie pourtant, les personnes de plus de 65 ans ET en dessous d’un certain plafond de ressources disposent du statut de locataires protégés : le propriétaire doit alors leur trouver une solution de relogement, correspondant à leurs besoins et possibilités financières, et devant être située dans le voisinage (communes limitrophes, dans la limite de 5 kilomètres de distance). Sauf si le propriétaire est lui-même en dessous du plafond de ressources en question OU s’il a lui-même plus de 65 ans. En Pays Basque, cette unicité de la condition pour le propriétaire permet en pratique de contourner la clause du locataire protégé. Comment ?

Les jeunes propriétaires vendent ce logement à un propriétaire âgé de plus de 65 ans qui, lui, pourra mettre dehors les locataires qui se croyaient protégés (deux ans après la vente). Et comme en Pays Basque la moitié des propriétaires de résidences secondaires a plus de 65 ans, les acheteurs ne manquent pas, loin s’en faut ! Résultat : les permanences d’Alda voient défiler les personnes ou les couples ayant entre 70 et 92 ans qui se retrouvent du jour au lendemain à devoir quitter leur appartement, quartier et commune ; ne sachant pas où aller, en conditions de stress extrême pour que de riches retraités de Nice ou de Versailles fassent de leur logement un pied-à-terre qui restera vide la majorité de l’année !

Alda a élaboré un certain nombre de propositions pour encadrer ces congés locatifs et pour limiter les dégâts qu’ils causent (voir encart ci-joint). L’association de défense des locataires du Pays Basque a entamé, de Bayonne à Paris, un travail de plaidoyer basé sur ces propositions. Au niveau local, afin que soient prises des dispositions immédiates pour faire face à ce fléau. Au niveau hexagonal, pour faire évoluer la loi sur les congés locatifs. Là également, un certain nombre de nouveaux outils sont indispensables pour protéger le droit individuel à un logement décent et accessible, et le droit collectif des populations locales à vivre et se loger au Pays.

(1) D’après le dossier INSEE concernant la CAPB, paru le 27/06/2023 et basé sur des statistiques de 2020.

Aldaren 9 proposamenak


1) Salmentarako kanporatzeak kontatu

Fenomenoaren neurria kontuan hartuko duen aterabidea aurkitzeko, Ipar Euskal Herrian urtero etxebizitzaren salmenta edo berreskuratzearen biktimen kopurua ebaluatzen hasi behar da. Kanporatzearen jakinarazteak balioduna izan beharko luke bakarrik Prefekturari emaniko abisuarekin batean badator.
2) Herstura ezagutzen duten eremuetan mugatze baimenduak
Arrandan emaileak bere etxebizitzaren saltzeko bertan den alokatzearen gelditzea behartzeko printzipioak mugak eta kuadro zehatzak ukan behar ditu herstura ezagutzen duten eremuetan, bertan berriz aloitzeko diren zailtasunen errealitatea aintzat hartzeko. (…)

3) Etxebizitza sozialen parkerako sarbidea

Estatuak, elkargoek eta arlo sozialeko arrandan emaileek Ipar Euskal Herriko etxebizitza sozialen zati bat beren alokatzearen gelditzera behartuak diren alokatzaileei nola bideratu aztertu behar dute, eta kasu horientzat bereziki atxikiak diren etxebizitza multzoak gorde. Kanporatze gero eta gehiago diren lurralde batean, etxebizitza sozialen ekoizpenak horren arabera handitu behar du. Emandako kanporatze aginduen inbentario baitezpadakoak behar gehigarri horien baloratzeko parada emanen du.

4) DALO-aren egokitzapena

DALO errekurtsoa etxebizitza saltzeko kanporatze agindua gertatu aurretik egiteko aukera izan behar da, hots auzitegiak kanporatze erabakia hartu aitzin. Hori egin ezean zentzugabeak diren egoerak sortzen baititu. Alokatzen duenak normala den bezala nahiago du etxebizitzan gelditu kanporatze agindua ukan bitartean horrela egiten ahalko baitu zuzenean DALO errekurtsoa.

5) Berriz aloitzerik gabe, kanporatzerik ez.
Etxebizitzaren salmentarako alokatze gelditzeen kasuan, kanporatze prozedurarik ez izatea galdatzen dugu alokatzaileek berriz aloitzerik ez duteno aurkitu. Lekualdatzea bilatzeko lana ez da horrela kanporatua den alokatzailearen ardura bakarra izan behar, baizik eta jakinarazpenak egiten dituzten agentzia edo jabeen eta botere publikoen ardura. Etxebizitzarentzat aterabiderik ez egotea erantzukizun kolektiboa da eta ez du kanporatzearen biktima den alokatzaile bakarraren arazoa izan behar.

6) Babesen zabaltzea

Gaur egun, 65 urte baino gehiago ETA legeak finkatu soldata maila gainditzen ez duten pertsonek “alokatzaile babestuaren” estatutua dute. Baina estatutu horri loturiko kanporatua izateko babes hori desagertzen ikusten dute alokatzaileek etxebizitzaren jabeak ere legeak finkatu soldata maila berdina EDO 65 urte baino gehiago dituelarik. Praktikan, arau horrek babes hori desbideratzea ahalbidetzen du. Jabe gazteek 65 urte baino gehiago dituztenei saltzen diete etxebizitza eta, azken horiek, ondorioz ahalko dituzte adineko alokatzaileak kanporatu (beraien etxebizitza bigarren etxea bilakatzeko bada ere egin dezakete. Lapurdi kostaldeko bigarren etxeen jabeetan erdia baino gehiagok 65 urte dituzte). ALDAk jabeari dagokionez, adinari loturiko baldintza kentzea eskatzen du soldatarena soilik atxikitzeko.

7) Babesen zabaltzea
Ezinduak ezagutuak diren pertsonek 65 urtez goitikoek dituzten babes berberak izan beharko lituzkete salmentarako kanporatze kasuetan.

8) Bigarren etxebizitzentzat salmentarako alokatze gelditze baimenik ez
Legegileari eskatzen diogu saltzeko alokatze gelditze baimena debekatzea salduriko etxebizitza bigarren etxebizitza bilakarazi nahi denean, erosleak asmo aitorpen faltsua egiten badu. Etxebizitza baten ukaiteko eskubidea, bi etxebizitza ukaiteko eskubideari lehenetsi behar zaio! Horrez gain, Aldak legegileei eskatzen die konpentsazio- printzipio bat ezar dezatela plantan etxebizitza nagusi bat bigarren etxebizitza bihurtzeko edozein eraldaketaren karietara, mublatu turistikoentzat egiten den bezala, tokiko biztanleentzat den etxebizitza multzoa segurtatzeko.

9) Iruzurrezko berreskuratze galdeen jarraipena
Legegileari eskatzen diogu berreskuratze galdearen ondotik iragan kanporatzetik 6 hilabetera familia-instalaziorik ez denean, hauek iruzurrezkotzat kontsideratuak izan daitezen eta besterik gabe ezeztatu dezan, urte osoan alokatua izateko gisan ezarria izateko betebeharrarekin, ordu arteko alokatzaileak lehentasuna duelarik etxebizitza horrentzat. (…)

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

One thought on “À qui le tour ?

  1. Malheureusement à bien trop de personnes locataires dans le parc privé.Cette épée de Damoclès est tristement la réalité pour ces locataires des zones d’habitation dites “tendues”… dit autrement où l’attrait touristique est au taquet et où la spéculation sévit 😥😥😥 Merci à Alda de se battre pour que cet état de fait soit rectifié et qu’il redevienne possible aux habitants d’Iparralde de vivre chez eux.

Comments are closed.