A bout de souffle !

Aboutdesouffle
“Ainsi on peut faire campagne en “ennemi de la finance” et terminer 4 ans plus tard avec un ministre de l’Economie qui en est le plus grand thuriféraire ! Ainsi on peut s’engager pour le vote des étrangers aux élections locales et mettre le feu au pays avec la déchéance nationale !”

Le système politique est à bout de souffle dans l’état français et la période troublée que nous traversons, démontre que la démocratie est en danger et que nous pouvons tout imaginer lors des prochaines échéances. Perte de légitimité, perte de confiance, certitude que la République n’est plus “le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple”, le quinquennat de François Hollande nous aura ôté nos dernières illusions !

L’épisode dernier de l’utilisation de l’article 49-3, pourtant mainte fois utilisé par le passé résonne comme l’acte de rupture du pacte représentatif qui nous lie depuis 1958.

Fallait-il en arriver là ? Quand un gouvernement “de gauche” touche à l’essentiel tout en étant totalement incapable d’en faire comprendre les raisons, il y a fort à parier que le pays se révolte et fasse barrage à des dispositions qui remettent en question le fondement du contrat social hérité du Conseil de la Résistance.

Nous avons en ce moment au pouvoir, une cohorte de maladroits aux idées incertaines qui se persuadent qu’en faisant la politique du pire, ils parviendront  à réformer pour le meilleur.

Quand le pouvoir n’est plus qu’un sentiment de toute puissance déconnecté de toutes les réalités, il est vécu comme insupportable par ceux-là même qui l’ont conféré.

Le pouvoir doit avoir des limites sinon la démocratie n’est qu’un leurre.

Par la disposition des choses le pouvoir  doit arrêter le pouvoir…” écrivait Montesquieu, phrase qui ne doit pas être connue du locataire de Matignon qui confond volontiers autorité et autoritarisme !

La Ve République a vécu et son acte de mort résulte de l’inversion du calendrier électoral imaginé par Lionel Jospin. Dès ce moment, le parlement est devenu l’appendice de l’élection présidentielle privant la représentation nationale de toute autonomie, fondant ainsi une sorte de monarchie républicaine. Le débat s’est étiolé, jusqu’à disparaître totalement en transformant  des député-e-s en soldats de l’exécutif.

Ainsi on peut faire campagne en “ennemi de la finance” et terminer 4 ans plus tard avec un ministre de l’Economie qui en est le plus grand thuriféraire ! Ainsi on peut s’ériger en grand prêtre de la COP21 et réduire comme peau de chagrin tous les acquis du Grenelle de l’environnement ! Ainsi on peut s’engager  pour le vote des étrangers aux élections locales et mettre le feu au pays avec la déchéance nationale ! Ainsi on peut vouloir mettre un terme aux “contrôle au faciès” et finir avec une surveillance policière de masse ! Ainsi on peut tout et surtout n’importe quoi !

On peut même devenir le président d’une république sombrant dans les excès les plus divers, où les plus grands scandales sont ceux des fraudes les plus retentissantes, où une oligarchie bien en place s’accapare richesse et bien commun !

Certes le système n’est pas nouveau, il s’est mis en place lentement et les deux quinquennats précédents ont largement contribué à l’appauvrissement du pacte républicain. Mais en votant en 2012, nous avions pour beaucoup d’entre nous fait le choix du  rafraichissement des institutions, de la justice sociale, de l’écologie et nous sommes très loin du compte !

Il est évident que dans quelques mois, on nous suppliera d’éviter le pire, on nous invitera à faire barrage à la droite, on nous expliquera que gauche et droite c’est forcément différent….

Je crains qu’à toutes ces criailleries la réponse ne soit une somptueuse indifférence tant j’imagine peu que puisse se lever le moindre espoir !

D’ici là nous aurons connu la pantomime des primaires à gauche, où le casting  envisagé  prête plus à rire qu’à espérer.

Car si on peut comprendre la nécessité à droite de les organiser, il est totalement surréaliste d’en souhaiter le pendant à l’autre bout de l’échiquier. En effet, comment imaginer qu’un président en exercice puisse aller se confronter publiquement à quelques camarades issus des mêmes rangs, et le lendemain représenter la France dans les plus hautes institutions internationales ? On touche le fond !

Refonder le pacte républicain serait sans doute une véritable nécessité, mais cela nécessite un large consensus.

Or le personnel politique actuel n’en n’est tout simplement pas capable, tellement il est empêtré dans des intérêts de caste, de partis, de chapelles diverses et variées.

Et ce faisant ils prennent de sacrés risques pour l’avenir.

Le pouvoir confisqué génère des réactions dont il est difficile à l’avance de mesurer l’ampleur, et que cela se traduise dans les urnes ou dans la rue, il en sort rarement le schéma d’une démocratie apaisée.!

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).