Communiqué de Presse


L’Eusko projet leader de l’innovation pour la Transition écologique

Le vote en ligne pour sélectionner les projets de transition écologique à financer dans le cadre du programme ministériel « Mon projet pour la planète » s'est terminé vendredi 11 mai, à minuit. Le vote a duré quatre semaines et a été un beau succès, avec 139 860 participants. Grâce au vote du public, le projet de l'Eusko, monnaie locale écologique, euskaldun et solidaire du Pays Basque, est arrivé largement en tête des 420 propositions de toute la France, avec 2716 votes. L'Eusko est donc le projet de transition écologique le plus soutenu sur tout l'État français.

C'est un élan très fort pour notre projet, qui nous porte. C'est aussi un message clair de soutien face à la volonté du Préfet et de Bercy de bloquer les paiements en eusko des subventions et marchés publics par les collectivités locales comme la Ville de Bayonne. À l'heure où les dérèglements climatiques menacent notre planète, l'État ne peut pas d’un côté reconnaître l'Eusko, au sein du ministère de la Transition écologique, comme une initiative exemplaire et, de l’autre côté, tenter de le bloquer du côté du ministère des Finances. (...)


Une victoire importante… et on continue !

Euskal Moneta - Une mairie a bien le droit de verser en eusko des subventions, des indemnités d’élus ou le règlement de factures à des entreprises : c’est ce que vient de confirmer, jeudi, le Tribunal administratif de Pau. Le Préfet des Pyrénées-Atlantiques l’avait saisi pour tenter de bloquer la convention liant la Mairie de Bayonne et l’Eusko, en alignant 10 arguments divers et variés. Ces 10 arguments ont été balayés par la juge, qui a considéré qu’ils n’étaient pas « de nature à créer un doute sérieux quant à la légalité de la convention » entre l’Eusko et la Ville de Bayonne.

C’est une victoire importante pour l’Eusko et la Ville de Bayonne, mais aussi pour le Pays Basque car elle permet de renforcer un outil important pour son développement économique, pour sa transition écologique, et pour la sauvegarde de la langue basque. (...)


L’UPPA baffoue l’expression démocratique

Le 27 mars 2018 avaient lieu les élections générales de l’UPPA en vue de renouveler les sièges des différents conseils décisionnels. Première force à l’UPPA il y a deux ans, nous avons de nouveau présenté la liste M22M, coalition entre le syndicat Solidaires Etudiant·e·s, le Med’Oc et Uluka (collectif des étudiant·e·s de Bayonne).

A l’issue des votes, le M22M est arrivé gagnant avec une large majorité dans chacune des urnes dépouillées : 69% des suffrages exprimés pour le conseil local et 57,4% pour lesdits conseils d’administration. Toutefois, concernant la répartition des sièges étudiants du conseil local, le M22M a eu la désagréable surprise de constater que sur les quatre sièges à pourvoir, il n’en avait obtenu qu’un seul. Le M22M dénonce fermement ce bafouement de l’expression démocratique des étudiant·e·s du campus de Bayonne. Nous invitons toutes et tous les étudiant·e·s, personnels, enseignant·e·s-chercheur·e·s de l’UPPA mais aussi les élus et habitant·e·s de ce territoire, attaché·e·s au respect des droits démocratiques, à soutenir notre légitime revendication. (...)


Aberri Eguna 2018

Aurtengo Aberri Egunaren harira, ELAk borroka sindikal eta sozialen balioa goraipatu nahi ditu nazio burujabe eta euskaldunaren eraikuntzan. Ildo beretik, ezinbestekotzat jotzen du prozesuaren erdigunean genero-ekitatea eta pertsona guztientzako eskubide guztien aitortza egotea. Bada halako borrokak iraungi direla esaten duenik, edota aurrera egiteko oztopotzat jotzen dituztenak ere. ELAk argi dauka sindikalgintza erresistentziarako funtsezko tresna dela, baita demokratizaziorako eta justiziarako faktorea ere.

Azken urtean hainbat borroka gidatu izan dugu –eta gehienak arrakastaz amaitu dira–; bada, borroka haiei enpresek eta gobernuek nolako grinaz aurre egin dieten ikusteak gure iritzia indartu besterik ez du egiten: sindikalismoa oraindik ere tresna erabilgarria da nazio eta klase ikuspegitik kaltegarria zaigun sistema ekonomiko eta sozialari aurre egiteko. (...)


Portes ouvertes à l’euskara

Le samedi 10 mars, en matinée, comme chaque année à la même époque, les 31 ikastola maternelles du réseau Seaska ouvrent leurs portes et invitent les familles intéressées à venir visiter les locaux, et rencontrer les enseignant(e)s et les parents d’élèves.

Ce sera pour tou(te)s celles et ceux qui souhaitent que leur enfant apprenne en basque, (ou qui ne se sont simplement pas encore décidé(e)s), l’opportunité rêvée d’obtenir tous les renseignements relatifs à la scolarité en ikastola : la pédagogie utilisée, les effectifs à taille humaine, le suivi éducatif, les frais de scolarité, l’intégration des parents non bascophones, le service de garderie du matin et du soir, le retour à la semaine des quatre jours (votée en assemblée générale en janvier dernier). (...)


Euskaraldiaz, hizkuntz ohituretan eragin eta euskararen erabilera bultzatu

Euskaltzaindiak, 2018rako aintzin ikusia den 'Euskaraldia–11 egun euskaraz' jardueran parte hartzeko deia egiten die euskal herritarrei.

Euskaltzaindiaren 2017ko urteko azken Osoko bilkuran Eusko Jaurlaritzak eta Euskaltzaleen Topaguneak euskal hiztunak aktibatzea helburu duen Euskaraldia ekimena, 2018ko azaroaren 23tik abenduaren 3ra egingo dena, "11 egun euskaraz" lelopean aurkeztu dute. (...)


11 000 personnes manifestent à Paris pour la Paix en Pays Basque !

ARTISANS DE LA PAIX - L’objectif initial des organisateurs de réunir 5 000 personnes à Paris pour demander la fin du régime d’exception qui affecte les prisonniers basques et leurs familles, a été largement dépassé. Ce sont finalement 11 000 personnes qui ont manifesté ce samedi 9 décembre à Paris à l’appel des Artisans de la Paix et de Bake Bidea (« Le chemin de la paix »), pour demander au gouvernement français de contribuer à son tour au processus de paix en Pays Basque, après l’épisode marquant du désarmement total de l’organisation E.T.A. en début d’année.

Une banderole « Paix en Pays Basque : maintenant les prisonnier.e.s ! », portée par la totalité des parlementaires du Pays Basque, le président du Biltzar (Assemblée regroupant la totalité des municipalités) des maires du Pays Basque et la délégation menant depuis juillet dernier les discussions avec le ministère de la justice (*), a ouvert la manifestation dès 12H30. (....)


Au risque de la paix

Communiqué des Artisans de la paix, de Bake Bidea et de la LDH. Plus de 100 personnalités et 40 organisations soutiennent le rassemblement pour la paix au Pays basque prévu le 9 décembre à Paris.

Voici l'appel "Au risque de la paix" en faveur de la mobilisation massive et déterminée intitulée « Paix au Pays basque : maintenant les prisonniers ! » et organisée par les Artisans de la paix, le 9 décembre prochain, à Paris, ainsi que les différentes façons de contribuer à la réussite de ce rendez-vous extraordinaire. (...)


L’abandon des LGV pourrait permettre d’investir sur l’existant

Le PDG de la SNCF Guillaume Pépy aurait annoncé au maire de Bayonne et président de l'agglo Pays Basque, Jean-René Etchegaray, que le projet, controversé au Pays Basque, ne verrait pas le jour. A la place, la SNCF engagerait un investissement de 20 millions d'euros pour rénover la ligne Bayonne-Hendaye déjà existante, a indiqué Jean-René Etchegaray.

Voici la réaction du Cade à cette annonce. (...)