Communiqué de Presse


Seaskako sartzea

Iazko ikasturte bukaera gatazkatsuaren ondoren, ikasturte berri eder bat abiatu dugu. Eta ezin ginuen hobeki hasi, 37 garren ikastolaren berri emanez baino. Euskara etxean, karrikan, eskolan eta lanean nahi dugulako, ezinbestekoa da ikastolak etxetik hurbil, herritarrengandik hurbil izan daitezen, eskura dagoen egiazko hautu bat izan dadin.

Azken urteetan sortze tasak tipituz ari badira ere, Seaskan kopuruak handituz doaz etengabe. Astelehenean 4 001 ikaslek egin dute sartzea, ama ikastolatik lizeorat. Ondoko egunetan 2 urteko 73 ikaslek eginen dute sartzea, bakoitzak bere erritmoan, 4 070 ikasleen heina gainditzeko. (2 648 ikasle izanen dira lehen hezkuntzan, 1 353 ikasle bigarren hezkuntzan). Historikoa da sekulakoa! (...)


G7 Kontragailurraren deia

Larunbatean, agorrilaren 24an, 15.000 pertsona bildu dira Hendaia eta Irun artean G7Ez! eta Alternatives G7-k deitutako manifestazioan. ‘G7ez! Euskal Herritik beste mundu bat sortzen’ izeneko pankartaren aitzinean joaldunak joan dira eta nabarmentzekoa izan da manifestazioaren izaera alaia, aldarrikatzailea, koloretsua eta anitza. Tartean zuzeneko musika eskaini duen kamioia, eragileen ikur eta norbanakoen aldarrikapen ugariak, euskarazko eta frantsesezko leloak... izan dira.

Manifestaldia Ficobaren aitzinean bukatu da ekitaldi batekin. Bertan, bozeramaileek bezperan asanbladan adostu adierazpena irakurri dute euskaraz, frantsesez eta gaztelaniaz. Jarraian atxemanen duzue "G7 Kontragailurraren deia" osorik. (...)


Pétition contre le G7 à Biarritz

Zones entières interdites, plages et gares fermées, routes et boulevards interdits à la circulation, climat de peur, marchés paysans et évènements divers annulés, commerces invités à fermer, personnels de soin ne sachant pas comment accéder à leurs patients... tout cela pour que des responsables politiques payés avec l'argent public puissent se réunir en ayant vue sur la mer.

1000 personnes ont signé en 3 jours une pétition citoyenne dénonçant cette "prise d'otage de la Côte Basque par le G7". (...)


FDSEA bazter nahasten, Euskal Herriko kondaketa errefusatu ondoan

ELB - 1267 bozekin, bozken %48,6a biltzen du ELBk Euskal Herrian, 2013an baino hobeki. Hauteskunde hauetan aurkezten girenaz geroz, gure emaitza hoberena egin dugu ere departamendu mailan (%24,21).

Hau guziari esker, hain segur Ipar Euskal Herriko lehen sindikata girela aipatzen ahal da. Alderantzizkoaren erraiteko eta bereziki Euskal Herrian gehiengoa duela aintzinatzeko, FDSEAk dio Coordination Rurale sindikatak boz bat ere ez duela egin Euskal Herrian, alta 451 boz egin dituelarik departamendu osoan. (...)


Les lycéen·ne·s, ensemble maintenant pour vivre demain

La biodiversité s'effondre, les catastrophes liées au climat sont de plus en plus nombreuses, des millions de personnes sont obligées de migrer vers d'autres territoires... L'humanité court à sa perte. Les scientifiques nous alertent depuis plus de 50 ans sur l'effondrement qui nous guette mais nous continuons à agir comme si le problème climatique ne concernait que les prochaines générations. Les mots de Greta Thunberg sont significatifs : « Puisque nos leaders se comportent comme des enfants, nous sommes obligés d'assumer la responsabilité qu'ils auraient dû endosser il y a bien longtemps ».

Nous, lycéen·ne·s avons notre mot à dire face à l'inaction de la majorité de nos aînés. C'est notre avenir qui est en jeu. Un appel a été lancé par tous ces mouvements de la jeunesse à une grève internationale pour le climat le vendredi 15 mars. Nous nous devons de répondre à cet appel. (...)


Marche pour le climat : 150 000 personnes dans les rues

Collectif - Ce samedi, dans toute la France plus de 150 000 personnes ont pris part à la journée mondiale d’action pour le climat « Dans nos rues pour le climat ». Elles ont rejoint les centaines de milliers de citoyens qui, de Auckland (Nouvelle-Zélande) à San Francisco (Californie), en passant par Abuja (Nigeria), Ho-Chi-Min Ville (Vietnam), Bangkok (Thaïlande) ou encore Berlin (Allemagne), se sont mobilisés pour affirmer qu’il n’est pas trop tard pour agir et exiger des comptes aux décideurs et décideuses qui nous entourent.

Prochaines échéances entre autres, les 6 et 7 octobre prochains, plus de 30 000 personnes sont attendues à Bayonne pour l’arrivée du tour Alternatiba. (...).


L’Eusko projet leader de l’innovation pour la Transition écologique

Le vote en ligne pour sélectionner les projets de transition écologique à financer dans le cadre du programme ministériel « Mon projet pour la planète » s'est terminé vendredi 11 mai, à minuit. Le vote a duré quatre semaines et a été un beau succès, avec 139 860 participants. Grâce au vote du public, le projet de l'Eusko, monnaie locale écologique, euskaldun et solidaire du Pays Basque, est arrivé largement en tête des 420 propositions de toute la France, avec 2716 votes. L'Eusko est donc le projet de transition écologique le plus soutenu sur tout l'État français.

C'est un élan très fort pour notre projet, qui nous porte. C'est aussi un message clair de soutien face à la volonté du Préfet et de Bercy de bloquer les paiements en eusko des subventions et marchés publics par les collectivités locales comme la Ville de Bayonne. À l'heure où les dérèglements climatiques menacent notre planète, l'État ne peut pas d’un côté reconnaître l'Eusko, au sein du ministère de la Transition écologique, comme une initiative exemplaire et, de l’autre côté, tenter de le bloquer du côté du ministère des Finances. (...)


Une victoire importante… et on continue !

Euskal Moneta - Une mairie a bien le droit de verser en eusko des subventions, des indemnités d’élus ou le règlement de factures à des entreprises : c’est ce que vient de confirmer, jeudi, le Tribunal administratif de Pau. Le Préfet des Pyrénées-Atlantiques l’avait saisi pour tenter de bloquer la convention liant la Mairie de Bayonne et l’Eusko, en alignant 10 arguments divers et variés. Ces 10 arguments ont été balayés par la juge, qui a considéré qu’ils n’étaient pas « de nature à créer un doute sérieux quant à la légalité de la convention » entre l’Eusko et la Ville de Bayonne.

C’est une victoire importante pour l’Eusko et la Ville de Bayonne, mais aussi pour le Pays Basque car elle permet de renforcer un outil important pour son développement économique, pour sa transition écologique, et pour la sauvegarde de la langue basque. (...)


L’UPPA baffoue l’expression démocratique

Le 27 mars 2018 avaient lieu les élections générales de l’UPPA en vue de renouveler les sièges des différents conseils décisionnels. Première force à l’UPPA il y a deux ans, nous avons de nouveau présenté la liste M22M, coalition entre le syndicat Solidaires Etudiant·e·s, le Med’Oc et Uluka (collectif des étudiant·e·s de Bayonne).

A l’issue des votes, le M22M est arrivé gagnant avec une large majorité dans chacune des urnes dépouillées : 69% des suffrages exprimés pour le conseil local et 57,4% pour lesdits conseils d’administration. Toutefois, concernant la répartition des sièges étudiants du conseil local, le M22M a eu la désagréable surprise de constater que sur les quatre sièges à pourvoir, il n’en avait obtenu qu’un seul. Le M22M dénonce fermement ce bafouement de l’expression démocratique des étudiant·e·s du campus de Bayonne. Nous invitons toutes et tous les étudiant·e·s, personnels, enseignant·e·s-chercheur·e·s de l’UPPA mais aussi les élus et habitant·e·s de ce territoire, attaché·e·s au respect des droits démocratiques, à soutenir notre légitime revendication. (...)