Olympe, nous voilà !

PrintFriendly and PDF
Martine Bisauta
Martine Bisauta
Ekologista, Herritar Parte Hartzeaz eta Garapen Iraunkorraz arduradun, Baionako auzapez-orde gisa.
Beste artikulu batzu
Marie Gouze, dite Olympe de Gouges Écouter, née le 7 mai 1748 à Montauban et morte guillotinée le 3 novembre 1793 à Paris, est une femme de lettres française, devenue femme politique. Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme français.

Marie Gouze, dite Olympe de Gouges Écouter, née le 7 mai 1748 à Montauban et morte guillotinée le 3 novembre 1793 à Paris, est une femme de lettres française, devenue femme politique. Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme français.

Est-ce le mont qu’il nous reste à grimper et le dénivelé est conséquent ou bien un clin d’oeil à la révolutionnaire la plus célèbre et visionnaire qui affirmait au prix de sa vie que la “femme naît libre et demeure égale en droits” ! Selon les travaux de Maité Lafourcade, juriste et historienne, il existait “une égalité totale entre la femme et l’homme dans le droit basque”. Le regard qu’elle porte sur le droit basque est celui “d’un modèle de société” sous l’ancien régime… mais ça c’était avant ! Aujourd’hui, le Pays Basque ne se distingue guère des autres régions de l’hexagone et dans toutes les sphères qu’elles soient privées ou publiques, la place de 52% de la population est toujours autant discriminée. La Communauté d’Agglomération Pays Basque a voté le 21 juillet 2018, la Charte européenne pour l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, très solennellement et à l’unanimité ! Elle vient de concrétiser cet engagement le 29 juin en adoptant un plan d’actions ambitieux qui devrait permettre des évolutions concrètes sur le plan local dans les années à venir.

La Communauté d’Agglomération Pays Basque
a voté la Charte européenne pour l’Egalité entre les Femmes et les Hommes à l’unanimité !
Elle vient de concrétiser cet engagement en adoptant
un plan d’action ambitieux
qui devrait permettre des évolutions concrètes au plan local.

Acceptons-en l’augure sans trop de naïveté quand même car sans volonté politique vraiment affirmée rien n’est jamais possible ! Faire de l’Egalité un primat, avoir un regard constant pour détecter les freins pouvant exister dans le fonctionnement interne en ce qui concerne le personnel mais aussi les élu.es, instaurer des indicateurs et en assurer le suivi là est le défi.

Cela implique d’être attentif lors des recrutements dans les différents métiers, de veiller à l’articulation vie professionnelle/vie personnelle mais aussi de favoriser l’équilibre de la représentation de la Communauté Pays Basque. Dans le groupe Egalité, qui a travaillé au plan d’actions la présence d’élu.es mais aussi d’organisations syndicales devrait pouvoir permettre d’avancer dans ce sens. L’enjeu est tout aussi fondamental dans la mise en oeuvre des politiques publiques mais assurément plus difficile à faire respecter. Cela consiste à recueillir des données sexuées sur le territoire, à analyser séparément qui en sont les bénéficiaires. Prenons par exemple le sport, aussitôt cela fait apparaître de forts décalages entre les unes et les autres et ce n’est pas évident que de renverser la vapeur !

Sensibiliser les communes à ce même objectif mais aussi l’entreprise pour que l’effort porte dans toutes les dimensions de la vie sociale, c’est le rôle déterminant que peut jouer la CAPB.

La lutte contre les stéréotypes de genre qui véhiculent des images contribuant au maintien inconscient de l’inégalité entre les Femmes et les Hommes est aussi d’une absolue nécessité. Cela passe par une discrimination positive dans la communication de la collectivité, favorisant la mise en lumière de parcours de femmes afin de permettre un bouleversement total des repères convenus qui ignorent de façon quasi systématique ces réalités. Cela n’est pas neutre et cela permettra aux petites filles d’avoir des possibilités d’identification pour se construire et s’imaginer autrement que dans des cases toujours dédiées à “l’éternel féminin” !

Cela vaut pour les métiers, les sports, la politique et toutes les activités possibles où les filles et plus tard les femmes ont tendance à se censurer car elles ne sentent jamais à leur place ! L’actualité avec la Coupe du monde féminine de football en est un exemple parlant et il faut souhaiter qu’une fois les projecteurs éteints, il en restera quelque chose de positif… Cette revendication égalitaire plonge ses racines dans l’Histoire et rien n’est jamais acquis, pourtant un équilibre juste serait profitable à l’ensemble des humains et il est encore extrêmement pénible aux femmes de devoir plaider la cause !

Le combat pour l’égalité est celui de notre dignité écrit le Président de la CAPB…. ce message doit être entendu car oeuvrer pour qu’enfin cela devienne la normalité est le premier défi à relever en ce début de XXIe siècle ! Il faut ensemble refuser cette fatalité, il faut ensemble décider que rien ne sera plus comme avant, il faut ensemble le vouloir, il faut ensemble d’une certaine façon revenir aux fors basques… et cet engagement de l’assemblée communautaire nous en donne l’espoir !

Plus jamais de MAIS derrière le mot EGALITE, ces quatre lettres sempiternelles et fatales : “Je suis pour la parité mais…”, “Bien sûr qu’à compétences égales une femme doit gagner autant qu’un homme mais…”, “Je voudrais bien des élues dans mon équipe municipale mais…” ! Abrogeons le “mais” ! Nous aurons franchi notre mont Olympe et rendu un vibrant hommage à Olympe de Gouges !! “Dans ce siècle qui a pour loi d’achever la révolution française et de commencer la révolution humaine, l’égalité des sexes faisant partie de l’égalité des Hommes…” scandait Victor Hugo il y a près de 150 ans. On a que trop attendu… Le plan d’action pour l’égalité est disponible sur le site www.communaute-paysbasque.fr Olympe, nous voilà !