L’euskara, dans et par les Mairies

PrintFriendly and PDF
Initiative en faveur de l'euskara dans les Mairies, présentées à la CCI de Bayonne le jeudi 6 février 2020.

Initiative en faveur de l’euskara dans les Mairies, présentées à la CCI de Bayonne le jeudi 6 février 2020.

En cette vielle d’élections, municipales, Kontseilua (le Conseil des organismes sociaux de la langue basque de l’ensemble du Pays Basque nord et sud) et Euskal Konfederazioa (la Confédération des acteurs de la langue basque en Pays Basque nord) ont pris l’initiative de créer une boîte à outils destinées aux communes.  La présentation publique  a eu lieu à la CCI de Bayonne en présence de  candidat·e·s de sensibilités politiques différentes de plus de 20 communes. Les organisateurs espèrent que l’initiative connaîtra un franc succès et demandent aux candidat·e·s souhaitant développer l’euskara dans leurs communes de signer le document.

Les associations Kontseilua et Euskal Konfederazioa ont demandé aux futur-e-s élu-e-s municipaux de mettre en place des politiques linguistiques planifiée et efficaces en faveur de la langue basque.
Elles ont souligné que les conditions actuelles étaient on ne peut plus favorables et se sont montrées disposées à apporter leur aide.

Les associations Euskararen Gizarte Erakundeen Kontseilua et Euskal Konfederazioa ont présenté le document Protocole de Garantie des Droits Linguistiques : déclinaison au niveau communal aux candidat-e-s ayant répondu à l’invitation.

Parmi celles-ci, candidat-e-s aux futures municipales et maires actuels venus de l’ensemble du Pays Basque nord, et notamment des communes d’Ahetze, Hendaye, Hasparren, Anglet, Espelette, Itxassou, Bayonne, Bidart, Bardos, Saint-Palais, Cambo, Saint-Pée sur Nivelle, Ciboure ou Urrugne, Mauleon, Saint Jean de Luz.

Le secrétaire général de Kontseilua Paul Bilbao a tout d’abord présenté le document, rappelé le contexte dans lequel s’inscrit cette présentation et précisé que l’accompagnement des communes par l’Office Public de la Langue Basque et la Communauté d’Agglomération Pays Basque favorisait la mise en place de politiques linguistiques audacieuses.

Il a ensuite précisé que ce document est une déclinaison du Protocole de Garantie des Droits Linguistiques, document qui a été “élaboré avec les contributions de plus de cent acteurs sociaux oeuvrant en faveur des langues minorisées à travers toute l’Europe” et qui a vu le jour fin 2016. Parmi ces acteurs, des associations de défense des langues alsacienne, catalane, bretonne, gallo, occitane, corse, d’oïl, et, bien évidemment, basque.

Puis il a procédé à une présentation plus en détails, précisé que ce document “liste les décisions politiques à adopter, les critères et les domaines à prendre en compte afin que la politique linguistique communale mise en place respecte les droits linguistiques des administrés bascophones” et rappelé “que l’utilisation du document pouvait différer d’une municipalité à l’autre, qu’il était adaptable selon leur degré actuel de développement des mesures en faveur de la langue basque.

Il a terminé son intervention en rappelant que l’initiative avait déjà suscité l’intérêt d’autres communautés linguistiques comme par exemple en Bretagne, en Corse, en Occitanie, ces derniers ayant adapté ce Protocole à leur propre réalité linguistique.

Maddi Etxekopar, membre d’AEK, a ensuite pris la parole pour rappeler que “de nombreuses communes avaient déjà adopté des mesures en faveur de la langue basque” et pour souligner “le rôle primordial des communes dans le développement des politiques linguistiques”.

Elle a rappelé les clefs de la réussite de toute politique linguistique : “La prise de délibérations audacieuses au moment de préciser la politique linguistique, puis la mise en place de moyens humains et financiers nécessaires à son développement.” Elle a précisé qu’une politique linguistique efficace permettait “d’assurer une communication et les services à destination des administrés également en langue basque, et d’offrir la possibilité aux agents de se former puis d’utiliser la langue basque dans leur travail au quotidien”.

Elle a conclu en précisant que la mise en place de telles politiques est possible et nécessaire quelle que soit la commune “peuplée ou moins peuplée, grande ville côtière ou petit village rural”. Elle a précisé que le mouvement associatif sera toujours disposé à proposer son aide.

La soirée s’est terminée avec l’appel aux candidat-e-s formulé par Peio Jorajuria, membre de Euskal Konfederazioa et Président de la fédération Seaska. Il a souligné que “les prochaines élections municipales étaient propices à une avancée qualitative et quantitative dans le développement de langue basque à l’échelle communale” et a demandé aux candidat-e-s de “s’engager à mettre en place des politiques répondant aux enjeux de la langue basque”.
Il a expliqué que lors de ces dernières décennies les avancées obtenues l’ont été principalement dans le domaine de l’enseignement et que grâce à celles-ci “de plus en plus de jeunes ont accès à un enseignement en basque et que la chute du nombre de locuteurs a pu être enrayée.
Il a rappelé le besoin d’impulser des campagnes pour inciter les gens à apprendre la langue basque ainsi que la nécessité “de créer les conditions favorables à son utilisation”.
S’il a souligné que la non officialité de la langue basque ne facilitait pas les choses, il a rappelé que l’absence de cadre juridique adéquat “ne devait pas être un prétexte pour renoncer à avancer”.

Enfin, il a présenté la demande d’engagement rédigée par Kontseilua et Euskal Konfederazioa à destination de tou-te-s les candidat-e-s (voir ci-dessous). Il a rappelé que dès aujourd’hui il leur sera demandé de se positionner et que début mars les deux associations feront un point sur le nombre d’adhésion à la démarche. Il est certain que celle-ci “connaîtra un franc succès” et que “cet engagement représentera le point de départ de six années fortes pour le développement de l’euskara”.

HAUTAGAIEN ENGAIAMENDUA / ENGAGEMENT DES CANDIDAT-E-S

Ipar Euskal Herrian euskararen berreskurapen-prozesua eta garapena lurralde kolektibitate guziek martxan ezarriko dituzten hizkuntza politika publikoei hertsiki lotuak dira. Hain zuzen, 2015eko abuztuaren 7ko NOTRe legearen 104. artikuluak zera zehazten du: “lurralde hizkuntzen promozioaren ardura herrien, departamenduen, eskualdeen eta estatutu bereziko kolektibitateen artean partekatua da”.

Bada hogei urte herriko etxe batzuek euskararen aldeko politika garatzeko engaiamendua hartu zutela, izan Euskal Konfederazioarekin hitzarmen bidez engaiatuz, izan berrikiago, Euskararen Erakunde Publikoarekin hobekuntza-kontratuak izenpetuz. Halere, aitzinapenak ez dira izan nahi beste.

2018an Euskara Jalgi Hadi Plazara dokumentua bozkatu zen eta Euskal Hirigune Elkargoaren hizkuntza-politika finkatu zen. Dudarik gabe, parada ezin hobea dugu Herriko Etxeetan euskarari bultzada azkarra emateko, herriko etxeak euskararen garapenean estrategikoak direlako. Ondoko sei urteei begira baldintza egokiak ikusten ditugu gure herriko etxean, hizkuntza-politika planifikatuak abian jarri eta neurri zehatzak bideratzeko.

Zentzu horretan Kontseiluak eta Euskal Konfederazioak Hizkuntza Eskubideak Bermatzeko Protokoloa: Garapena Herriko Etxeetan dokumentua gure esku jartzen dute tresna gisa, eta erreferentzia gisa erabiliko dugu. Dokumentu horretan herri mailako hizkuntza-politikan sakontzeko neurriak zehazten dira, hala nola, herritarrei euskarazko zerbitzua eskaintzeko eta herriko langileei euskaraz lan egiteko aukera emateko ere.

Dokumentu hau izenpetzen dugun hautagaiok aitortzen dugu:
• Euskararen garapenerako hizkuntza-politika arloan herriko etxeak duen erantzukizuna-
• Hizkuntza-politikaren gauzapenean gizarte eragileek egiten dituzten ekarpenak.

Horregatik, honako engaiamendu hau hartzen dugu:

Hautetsi izango garen herrietan, ondoko sei urteetan, euskararen garapenaren aldeko hizkuntza-politika planifikatuak abian ezartzea eta garatzea.
—————————————————————————————————————————–
La sauvegarde et la promotion de la langue basque au Pays Basque nord passent par la mise en place de politiques linguistiques publiques ambitieuses impliquant l’ensemble des collectivités territoriales présentes sur le territoire. L’article 104 de la loi NOTRe du 7 août 2015 précise par ailleurs que « Les compétences en matière (…) de promotion des langues régionales (…) sont partagées entre les communes, les départements, les régions et les collectivités à statut particulier »..

Depuis une vingtaine d’années des mairies se sont engagées, via la signature de conventions avec Euskal Konfederazioa ou, ces dernières années, par le biais de contrats de progrès signés avec l’Office Public de la Langue Basque, à développer la visibilité et l’utilisation de la langue basque dans leurs services. Mais il reste encore beaucoup à faire en la matière..

En 2018 la Communauté d’Agglomération Pays Basque adoptait le document Euskara Jalgi Hadi Plazara précisant ainsi son projet de politique linguistique. Les conditions actuelles sont donc on ne peut plus favorables pour la mise en place de politiques linguistiques communales efficientes, planifiées dans le temps et s’appuyant sur des mesures concrètes, dès le début de notre prochaine mandature..

Les associations Kontseilua et Euskal Konfederazioa mettent à notre disposition le document référent Protocole pour la Garantie des Droits Linguistiques : déclinaison communale dont nous tiendrons compte au moment de préciser les mesures concrètes que nous prendrons en faveur de la langue basque afin notamment de proposer un service aux administrés également en basque ou encore d’assurer la présence et l’usage de la langue basque dans le fonctionnement interne de la mairie..

Nous, signataires de ce document, reconnaissons:
• La responsabilité de la commune en matière de développement de la langue basque
• Les contributions des acteurs sociaux dans le développement des politiques linguistiques.

En ce sens, nous nous engageons:

A planifier et à développer ces six prochaines années des politiques linguistiques en faveur de la langue basque dans les communes où nous serons élu-e-s.