Supprimons Noël

Enbata.qxdJe suis plus que surpris par cette campagne contre les crèches. Il parait qu’il faut les supprimer parce qu’elles sont l’expression de la foi des chrétiens et d’eux seuls. Mais pourquoi s’arrêter à mi-chemin? Oui les crèches sont l’expression de leur foi en la naissance du Christ à Noël. Au nom de la laïcité, ce ne sont pas les crèches qu’il faut supprimer mais Noël. De quel droit les chrétiens imposent-ils aux athées, agnostiques, bouddhistes et autres libres penseurs d’en faire un jour férié ? La crèche n’est qu’un aspect tout à fait anodin de cette foi. Si l’on est vraiment laïc, allons à la racine du mal, supprimons Noël. Et aussi Toussaint, 15 août, Ascension, lundis de Pâques et de Pentecôte. C’est le dictateur Napoléon qui nous a imposé ce calendrier chrétien.

Ne nous arrêtons pas là. Le travail du dimanche est de plus en plus préconisé par l’avant garde de la post-modernité. Le dimanche a été institué par les chrétiens pour célébrer la Résurrection du Christ. De quel droit l’imposeraient-ils à ceux qui n’y croient pas. Et ce repos dominical (pardon ! hebdomadaire) vient de la Bible qui interdit même à l’âne et au boeuf de travailler ce jour-là. On n’est tout de même plus au temps de Mathusalem !

La semaine elle-même est rattachée à cette croyance obscurantiste que Dieu a créé le monde en six jours et s’est reposé le septième. Est-ce que les juifs nous imposent l’année 5576 parce que ce serait l’âge de la terre selon la Genèse ? Les musulmans nous imposent-ils l’an 1437 de l’Hégire? Pourquoi compterions-nous les ans à partir du premier Noël ? Il faut bien commencer quelque part me direz-vous. Ne sommes-nous pas en République ? N’y a-t-il pas le calendrier républicain avec Fabre d’Eglantine? N’en déplaise à la droite nous ne sommes pas en l’an 2015 P.C.. Nous sommes en l’an 223 de la République. Arrêtons de nommer nos jours de la semaine par des noms de divinité romaines et adoptons les noms poétiques de notre poète avec le decadi (marguna). Voilà qui règlera automatiquement le problème du repos dominical : au lieu de 52 dimanches, nous aurions 30 décadis, ce qui ferait sauter non 12 mais 22 jours de repos sans obstruction des députés! Et chaque année nous aurions six sans-culottides où les femens pourraient s’exhiber sans crainte des tribunaux.

Allons-y pour les frimaires (izozte) et nivoses (elurte) qui rappelleront à nos descendants qu’il y a eu une période de l’histoire de l’humanité où il neigeait sans canon. Et puis, ce Manuel Valls, gardien de la laïcité, ne nous rappelle-t-il pas la naissance du Christ chaque fois que nous prononçons son nom ? Et ce président de la République qui a le même prénom que le pape, celui du poverello ou celui de Jaxu, peu importe!
Jusques à quand des prénoms chrétiens vont-ils polluer tous les document publics de la République, laïque, une et indivisible ? Mais où va-t-on ? Réagissons !

Né le 5 frimaire (izozte) appelez-vous Cochon (Zerria), nom très approprié au pays du jambon. Banquier dénommez Oseille votre enfant né le 24 frimaire. Quant à tous ceux qui nous filent des PV, le seul nom qui leur convienne est celui de Fumier célébré le 8 nivose (elurkor). Leur victime ne manquera pas d’appeler son enfant Pigeon ou Dindon, célébrés le 25 germinal (sapadun) et le 15 brumaire (lanote).

Surtout n’achetez pas de parfum à la boutique Vesse (Putza) ! Quand à Pissenlit célébré le 26 ventôse (aizekor) il est connu pour préserver de l’anurie son protégé: il n’a pas de générique. Et que le maire de Saint-Etienne-de-Baigorri ne refuse pas de changer le nom de sa commune en Thermopyles sous prétexte que ce mot n’existe pas en euskara. Qu’il sache que l’ENA assure une permanence à Bayonne et que l’une des promotions de cette prestigieuse école a été baptisée (sic) Robespierre, du nom du fondateur du terrorisme, (Terreur et Grande Terreur), celui qui n’hésita pas à faire appel aux colonnes infernales et aux déportations, aux Foucher, Carrier et autres Cavaignac pour que force reste à la loi. Homme fort pieux, il institua même le Culte de la Raison qui permettra sans doute de remplir à nouveau nos églises. Sans Noël bien sûr !

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

3 thoughts on “Supprimons Noël

  1. Je ne pense pas qu’il s’agit d’une campagne contre les crêches.
    Il s’agit d’un refus d’occupation d’un lieu public, siège de la démocratie locale(représentative), pour les mairies, par un objet de culte. (Ce serait la même position vis à vis d’un crucifix, d’une sourate du Coran, d’une statue de Krishna, un chandelier à sept branches…etc, lors de leurs fêtes respectives)
    Chacun est parfaitement libre de les utiliser dans les lieux privés , d’en faire des expositions …
    Noel n’appartient à aucune religion*,fête du solstice d’hiver, il existait sous d’autres noms bien avant les monothéismes.
    *Ni même à la religion de la consommation!

    1. Les lieux publics sont pleins de calvaires, d’églises, de cimetières contenant des tombes avec ou sans croix. Ces églises et ces cimetières sont eux-mêmes des lieux publics appartenant à la commune ou à l’état. Il n’existe pas de musée public sans tableau représentant des scènes de la Bible ou de la religion
      La statue du cardinal Lavigerie trône au milieu de la place du Réduit à Bayonne.
      Nous sommes en présence d’une notion nouvelle de la laïcité qui ne serait plus respect de la croyance ou non croyance de l’autre, mais intolérance devant elle. On ne peut tolérer que ce que l’on voit. Ce que l’on ne voit pas… pas besoin de tolérance. Si on ne veut pas voir quelque chose, c’est qu’on ne le tolère pas.
      Je me rappelle avoir été suivre des cours de linguistique à l’université publique de Lyon en soutane, en compagnie d’une trentaine de copains, tous en soutane, Personne n ‘y trouvait rien à redire. Essaie de faire la même chose aujourd’hui. Peut-on imaginer un aumonier en soutane au lycée où il exerce? Dans ma jeunesse, oui. Et il y avait des laïcs virulents. Les curés en soutane se faisaient croasser sur la rue.
      Etant gosse j’ai été à l’hôpital de Bayonne qui était plein de soeurs de St Vincent de Paul avec de larges cornettes. Et leur voile cachait cou et cheveux. Aucun franc maçon n’a jamais protesté. Si aujourd’hui une infirmière musulmane se ramène avec son voile….
      Pendant plus d’un siècle personne n’a trouvé rien à redire contre les médailles ou les croix portées par collégiens et collégiennes. C’est afin de pouvoir interdire les mains de fatma ou les croissants sans être accusé d’anti-islamiste ou de racisme que l’on a tout interdit.
      Par contre tu peux te pointer sans problème avec un tee-shirt aux couleurs de l’OM ou du PSG alors que cela peut effectivement troubler l’ordre :il faut 3.000 policiers quand un match oppose les deux équipes.

      XIPRI

Comments are closed.