Quand Alain Duzert votait contre la création de l’Agglo Pays Basque

Cliquer sur l'image pour entendre l'intervention complète d'Alain Duzert, lors du débat du conseil municipal de Bayonne qui eut lieu le 24 mars 2016,
Cliquer sur l’image pour entendre l’intervention complète d’Alain Duzert, lors du débat du conseil municipal de Bayonne qui eut lieu le 24 mars 2016.

Le conseiller municipal communiste, aujourd’hui en 7e position sur la liste conduite par Henri Etcheto, a voté contre la création de la Communauté d’Agglomération Pays Basque. Lors du débat du conseil municipal de Bayonne qui eut lieu le 24 mars 2016, il expliqua pourquoi.

Aux yeux du leader communiste local «la création de cet établissement public de coopération intercommunale EPCI dit basque» est marquée par le péché originel : la loi NOTRe et ses «effets dévastateurs», concoctée par une coalition de députés de droite et PS. Cette loi est d’abord un «élément d’accompagnement de la baisse des dotations publique pour nos collectivités», loi «anti-démocratique, assassinat de la démocratie en bande organisée» auquel les communistes s’opposent.

«Le gigantisme anti-démocratique» de la Région Nouvelle-Aquitaine est critiqué par ceux vantent l’EPCI XXL. «Cette superstructure éloignerait nos concitoyens des lieux de décisions. Les communes seraient les pièces d’un puzzle où les décisions stratégiques et financières seraient prises par une nouvelle instance élargie où leurs élus ne seraient plus ou pas décideurs», soit «une perte de démocratie de proximité».

Alain Duzert poursuit: «La gouvernance de ce machin mériterait de passer par un vote de toutes et tous les citoyens par une proportionnelle et le respect de la parité». En somme, il réclame un référendum. Les seuls sondages que nous ayons, ceux de 1999, donnaient une large majorité en faveur de la création d’un département Pays Basque, alors chiche! camarade.

Mais le militant de gauche a une autre idée en tête. Il réclame «une alternative de 6 EPCI correspondant à la vraie vie de nos concitoyens» ou encore la création d’un «EPTR, pôle d’équilibre territorial et rural, la mise en place de syndicats mixtes et ouverts». Ses «camarades communistes de Soule s’opposent à ce machin, ils pointent ses remises en cause démocratiques». L’EPCI «dit basque» n’a pour but que de «satisfaire les organisations qui militent pour un Pays Basque indépendant». On «nous dit, donnez votre avis, mais sur un non-choix et certains parlent même de solidarité! (…) Pour nous, cette nouvelle structure va plomber définitivement notre Pays Basque». L’EPCI va avoir des conséquences néfastes pour les «agents publics, les services publics, les collectivités territoriales. (…) La création des maisons de services sera destructrice d’emplois publics et de la qualité, de la neutralité, pour basculer dans le secteur marchand privé». Une «nouvelle casse» s’annonce.

«Dans la rue, dans les cités, personne ne nous parle de cet EPCI», poursuit Alain Duzert. «Les bassins de vie et d’emploi définis par l’INSEE», les Schémas de cohérence territoriale (SCOT) montrent qu’on ne peut laisser de côté «le Sud des Landes, le Seignanx». «Pourquoi intégrer d’office les territoires autour de Mauléon à la Côte basque, alors qu’ils sont naturellement tournés vers les bassins de vie et d’emploi d’Oloron et de Pau, certains maires et élus souletins étant salariés d’entreprises métallurgiques du bassin oloronais. Et parlons de St-Palais tourné d’autant plus vers le cœur du Béarn»…

La convergence entre un communiste et un Barthélémy Aguerre… émouvante ouverture d’esprit, nouvelle mouture du «compromis historique» à l’Italienne?

«Sur les questions de la langue et de la culture, mais plus largement des langues et cultures de France», Alain Duzert remonte à 1946 et 1951, au moment où le PCF défendait la loi Deixonne. Et il se dit favorable à la ratification par la France de la Charte européenne des langues, «contrairement à la droite, au gouvernement et aux élus du PS». «Ces questions auraient dû être posées auprès des citoyens et débattues publiquement (…) et pas seulement à charge, comme certains l’ont fait». Poser ces questions aux citoyens au travers d’un référendum ? Il ne le précise pas.

On l’aura compris, Alain Duzert votera «contre cet EPCI, issue de la loi NOTRe qui brisera nos territoires ».

Nota : Nous ne mettons pas tous les militants communistes dans le même panier. Citons ici «l’abertzale compatible» Yvette Debardieux, élue communiste de la ville de Saint-Jean-de-Luz qui a rejoint la liste abertzale et en fait aujourd’hui partie, également militante active de Bake Bidea.

Cliquer sur l’image pour entendre l’intervention complète d’Alain Duzert, lors du débat du conseil municipal de Bayonne qui eut lieu le 24 mars 2016.
Cliquer sur l’image pour entendre l’intervention complète d’Alain Duzert, lors du débat du conseil municipal de Bayonne qui eut lieu le 24 mars 2016.
Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

7 thoughts on “Quand Alain Duzert votait contre la création de l’Agglo Pays Basque

  1. Ellande, as-tu jamais essayé de faire quoi que ce soit avec Alain Duzert, ou même seulement de discuter en direct ? Moi cela fait 20 ans que je ferraille contre lui, mais aussi AVEC lui. Comme tu le fais toi-même remarquer, à Donibane, une communiste a rejoint les abertzale. T’es-tu demandé pourquoi ? Grâce à quelle configuration politique particulière ce rapprochement tout d’abord, puis cette alliance ont-ils été possibles ? Tu ferais bien de te renseigner, ça t’aiderait peut-être à raisonner. 🙂

    1. Xan,
      Je me suis effectivement renseigné auprès des abertzale luziens et de Peio Etcheverry-Ainchart ce qu’il en était de leur alliance avec la conseillère municipale communiste. Tout m’a été expliqué en détail.
      Si cela fait 20 ans que tu ferrailles AVEC Alain Duzert, lorsque je lis ou entends les déclarations de ce conseiller municipal communiste au sujet du processus de paix ou de la CAPB, le moins que l’on puisse dire est que tu ne l’as guère fait évoluer. Il reste figé dans ses a priori et ses certitudes. Contrairement à sa camarade luzienne.

  2. Egun on,

    Arrunt galdua … Quel est le but recherché, suivons la logique … Il fallait donc imposer l’EPCI sans débat démocratique par un vote à l’unanimité comme chez les soviétiques et on montre du doigt les opposants?

    Ze garaia … Qu’elle époque bravo à vous Monsieur Duzert pour votre position que je ne partage pas entièrement, mais très respectable !

  3. Merci Enbata de toutes ces infos sur ce qui se trame dans BVS. D’un coté certains prêts à vendre leur âme pour un poste d’adjoint et en face des militants qui pensent à leur pays ! J’ai fait mon choix : je vote le Pays Basque

  4. On est plus dans les années 1980; le PCF pése plus rien, au niveau français . le PS pas grand chose, reste, la CGT qui peu a peu reconnait les abertzale. Duzert le cheminot jogueur, n’est pas un obstacle car la ligne PCF existe plus, ni celle du PS. On est dans une relecture de histoire alors qu’il faut aller de l’avant. on aurra un nouveau niveau de decentralisation, et il faut revenir sur le plan ideologique, la défiance vis a vis de l’etat français n’a jamais été aussi forte. On est en capacité, d’assumer la gestion de la ville . Etxeto le propose, a ses conditions, Etxegarray ne propose rien de satisfaisant en matiére de gestion de la ville, ni de l’agglo. Donc le choix est facile, sur la base d’une ville plus ecolo, avec des militants impliqués sur le terrain, sur ce terrain ni Duzert ni Etxeto sont contre, le bilan Biseauta est maigre. donc le choix est évident..Changer de maire…

    1. Que propose exactement Etcheto ? A part une place d’élus municipaux pour quelques membres de BVS ? C’est du vent ! Il va garder la majorité absolue et au moindre désaccord, les BVS se retrouveront dans l’opposition, “gros Jean comme devant !”.
      Etchegaray ne propose rien ?
      Il fait.
      Si, à la mandature précédente, ça avait été Etcheto et pas Etchegaray, on n’aurait pas de CAPB, tout simplement.

      1. Le tableau suivant indique où travailler maintenant : Saint Étienne et Saint Esprit en priorité. Puis le Polo, Arroussets.


        .N|Bureau.....................|BTTA|BVO.|BVS.|BB..|BP..|
        .1|Hotel de ville Gd Salon....|47 %|22 %|16 %|11 %|05 %|
        .2|Hotel de ville RDC.........|34 %|28 %|19 %|14 %|04 %|
        .3|Salle Gramont..............|31 %|27 %|20 %|18 %|04 %|
        .4|Ecole Mat Petit Bay........|37 %|25 %|19 %|17 %|02 %|
        .5|Ecole Mat J Ferry..........|38 %|23 %|19 %|16 %|04 %|
        .6|Ecole Primaire J Ferry.....|36 %|27 %|15 %|16 %|07 %|
        .7|Réfectoir primaire J Ferry.|31 %|28 %|19 %|17 %|05 %|
        .8|Ecole Mat Lahubiague.......|40 %|26 %|13 %|14 %|06 %|
        .9|Lahubiague salle de jeu....|36 %|32 %|14 %|11 %|07 %|
        10|Ecole mat Ohana............|41 %|23 %|13 %|15 %|08 %|
        11|Classe école Ohana.........|41 %|25 %|13 %|13 %|09 %|
        12|Ecole mat J Moulin.........|43 %|29 %|12 %|10 %|04 %|
        13|Classe J Moulin............|35 %|39 %|12 %|11 %|04 %|
        14|Ecole prim J Moulin........|45 %|22 %|14 %|13 %|06 %|
        15|Maison des asso Glain......|44 %|32 %|13 %|05 %|05 %|
        16|Ecole mat Petit Bayonne....|31 %|33 %|20 %|13 %|03 %|
        17|Ecole prim Arènes..........|40 %|34 %|10 %|12 %|05 %|
        18|Ecole Arènes Réfectoire....|54 %|19 %|10 %|10 %|07 %|
        19|Ecole mat Arènes...........|58 %|18 %|08 %|08 %|08 %|
        20|Classe mat Arènes..........|55 %|19 %|10 %|10 %|06 %|
        21|Ecole Marie Curie..........|41 %|30 %|12 %|08 %|09 %|
        22|Citadelle mat..............|34 %|33 %|13 %|12 %|08 %|
        23|Aristide Briand............|37 %|35 %|11 %|10 %|06 %|
        24|Aristide Briand réf 1......|37 %|41 %|10 %|06 %|05 %|
        25|Aristide Briand réf 2......|35 %|42 %|09 %|10 %|04 %|
        26|Albizzia...................|40 %|40 %|09 %|07 %|03 %|
        27|Place des Gascons CCAS.....|31 %|49 %|07 %|07 %|05 %|
        28|Ecole mat Malégarie........|35 %|50 %|05 %|05 %|04 %|
        29|Arrousset 1................|37 %|34 %|16 %|09 %|05 %|
        30|Arrousset 2................|49 %|27 %|11 %|06 %|06 %|

        BTTA : Etxeragai
        BVO : Etxetto
        BVS : Bayonne Verte et Solidaire
        BB : Bihar Baiona

Comments are closed.