Prendre ses responsabilités

16 mars 2024, plus de 200 élus et représentants de la société civile du Pays Basque demandent la relaxe des Artisans de la Paix devant la maison de Louhossoa où se sont produites leurs arrestations en décembre 2016.

Les 2 et 3 avril, le procès de Louhossoa verra Béatrice Molle-Haran et Txetx Etcheverry comparaître devant la 16ème chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Paris, en charge des affaires de terrorisme. En théorie, ils risquent jusqu’à dix ans de prison.

Décembre 2016 : cela faisait plus de cinq ans qu’ETA avait annoncé sa décision de mettre définitivement fin à la lutte armée lancée six décennies plus tôt, en pleine dictature franquiste. Et les deux États concernés n’avaient rien fait depuis pour accompagner cette décision, bien au contraire. Ils maintenaient la répression et les politiques d’exception et d’éloignement pour les prisonniers basques, refusaient tout dialogue avec l’organisation armée, etc.

Les souffrances continuaient pour les prisonniers et leurs familles et proches dont 16 avaient déjà payé de leur vie les longs et épuisants trajets pour rendre visite aux militants incarcérés. La société basque et l’opinion publique espagnole continuaient d’être alimentées par un feuilleton anti-terroriste fait de découvertes de caches d’armes ou de planques de militants, d’arrestations et de condamnations, d’interdictions, de provocations et de manipulations. C’était bien pratique pour détourner le regard des énormes scandales de corruption qui éclaboussaient les deux principaux partis et notamment le PP au pouvoir, les turpitudes du Roi Juan-Carlos et la terrible situation sociale et économique qu’avait provoquée en Espagne la crise des subprimes. Les premières dissidences publiques apparaissaient dans le camp indépendantiste, marginales mais préoccupantes et tentant de convaincre les bases du mouvement que l’arrêt de la lutte armée était une erreur stratégique. 2015 avait été ensanglantée par les attentats de Charlie-Hebdo et du Bataclan. Qui pouvait tomber demain sur une des réserves d’armes et d’explosifs d’ETA cachées dans telle forêt ou telle maison ?

Prendre ses responsabilités

Bref, pourquoi les deux États ne prenaient pas leurs responsabilités et n’aidaient-ils pas ETA – qui voulait désarmer – à le faire, prolongeant de manière inutile ce jeu malsain et risqué du chat et de la souris ?

C’est dans ce contexte que Michel Berhocoirigoin, Michel Bergouignan, Michel Tubiana, Stéphane Etchegaray, Béatrice Molle-Haran, moi-même et bien d’autres personnes qui n’ont pas été arrêtées mais ont préparé avec nous l’action de Louhossoa avons décidé d’agir. Notre objectif était clair : mettre fin à cette situation et permettre au plus vite le désarmement total d’ETA, qui amènerait lui-même d’autres pas sur le chemin d’une paix juste et durable en Pays Basque. L’action de Louhossoa a rempli tous ses objectifs, sans drames ni accidents, pour le bien de toutes et de tous. Les risques que comportait le contexte pré-Louhossoa ont été désamorcés et le temps s’est accéléré, dans le bon sens.

« Notre objectif était clair : permettre au plus vite le désarmement total d’ETA, qui amènerait lui-même d’autres pas sur le chemin d’une paix juste et durable en Pays Basque. »

C’est pourquoi les 2 et 3 avril prochain, Béatrice et moi-même comparaîtront sereins devant la 16ème chambre du Tribunal de Paris. Si c’était à refaire, nous le referions. Sereins mais déterminés, et nous comptons bien nous défendre avec énergie pour demander notre relaxe. En effet, on a du mal à croire que les juges aient refusé de proclamer un non-lieu pour ensuite nous accorder cette relaxe.

Artisans de la Paix ou terroristes ?

Or, quelle que soit la sanction que le tribunal prévoit de nous infliger, au vu des chefs d’inculpation que les magistrats ont choisis, il s’agira d’une condamnation pour faits de terrorisme, avec inscription au fichier anti-terroriste et toutes les conséquences qui vont avec. Tant pour le signal politique que cela enverrait au Pays Basque, qu’en mémoire et par respect du sens de l’engagement de Mizel Bergouignan, Mixel Berhocoirigoin, Michel Tubiana et tous ceux et celles qui ont oeuvré à Louhossoa ou le jour du 8 avril, nous ne pouvons l’accepter. Nous ne pouvons nous résigner à ce que les actes que nous avons collectivement posés soient qualifiés de terroristes. Notre objectif était de permettre une paix juste et durable, et nous avons pris nos responsabilités. Serons-nous condamnés pour cela ?

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

Utzi erantzuna

Zure e-posta helbidea ez da argitaratuko. Beharrezko eremuak * markatuta daude