Ouvrir sa porte

OuvrirsaporteLes regards perspicaces se sont rendus compte qu’il s’agit de francs et non d’euros. Eh oui! Ces deux communiqués concernent, non les réfugiés du Moyen Orient ou d’Afrique, mais ceux de mai 1940, de cette débâcle dont nous avons déjà parlé 2 à 3 millions de Français fuyaient le nord du pays devant l’avancée des troupes nazies. S’y joignaient des centaines de milliers de Belges, Luxembourgeois et Hollandais. Une partie vint jusqu’ici. Combien? Nous l’ignorons. Voici quelques chiffres pris dans les journaux et qui donnent une idée de la situation.

Ouvrirsaporte1Eskualduna nous dit qu’il en vint “trumilka”, (en foule), que les villes de la côte sont pleines “mukurru” (à ras-bord). On parle à St-Jean-de- Luz, de “l’arrivée massive et inopinée de nombreux évacués provenant de Belgique et même des Pays Bas, s’ajoutant aux nombreux Espagnols déjà réfugiés parmi nous,… une affluence considérable” : la population locale était de 8.000 habitants. Le retour était bien amorcé quand , “il en restait encore 2.000”. Il en venait par trains, en auto, en charrette, à cheval, à bicyclette et… en tandem pour ce qui est d’un couple monté de Paris à Izturitz. Un Belge raconte qu’il lui a fallu 50 heures de train pour venir à Biarritz ! Sur les 149.000 écoliers de Paris 76.000 avaient quitté la ville, 107.000 sur les 230.000 de la banlieue. A Biarritz qui comptait à l’époque 20.000 habitants, le Centre d’accueil de la Maison Basque s’occupait de 8 à 10.000 Belges et de presque 40.000 Français! Au total 80.000 personnes ont été secourues. Tous les jours 500 repas étaient servis. La municipalité trouvait les logements. Nous lisons pour Biarritz : “Fidèle à ses généreuses traditions, la population de Biarritz a réservé un accueil ému et affectueux aux réfugiés Français et Belges venus lui demander l’hospitalité. Malgré leur nombre élevé, tous ces malheureux ont été restaurés et logés dès leur arrivée et ont reçu les plus réconfortants témoignages de la sollicitude des autorités officielles et des particuliers.” A St-Jean-Pied-de- Port, “toutes les dispositions sont prises pour recevoir nos hôtes.” Sur la Soule, Eskualduna nous dit : “Agertzen direlarik, gogo hounez batzarri houna eginen deregu, zerbeit ikhusirik beitirade”. Les gens répondirent généreusement aux appels d’argent : on trouve de nombreux dons de 100 F et même certains de 500 ou 1.000 : le kilo de gigot de mouton coûtait 28,50 F. Certains profitèrent des circonstances pour réclamer des locations “exhorbitantes”, augmenter le prix des aliments, ou faire des stocks. Deux Biarrots furent jugés pour avoir caché 100.000 oeufs pour les vendre plus cher. D’autres achetaient les bijoux à des “prix dérisoires”. C’est après l’arrivée des Allemands ici, début juin, qu’il leur fut demandé de rejoindre leurs communes d’origine : trains gratuits pour les indigents, essence pour les propriétaires de véhicule: l’essence était une denrée rare. Entre le 15 juillet et le 30 août, sur l’ensemble du sud de la France, 30 trains quotidiens assureront le retour de 1,6 million de personnes dont 390.000 Belges et Luxembourgeois.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).