Nous sommes Grecs

SyrizaLa crise, l’austérité, le chômage, ne frappent pas tout le monde. Des pauvres et des sans-emplois de plus en plus démunis, des détenteurs du capital de plus en plus fortunés, voilà la réalité de la dérive de deux mondes qui ont bien peu de choses en commun qui illustrent l’accroissement des inégalités en Europe.

Chaque semaine ou presque apporte son nouveau “scandale”.

4 millions versés à O. Bridancourt pour le remercier de bien vouloir devenir PDG de Sanofi.

Révélation du système d’évasion fiscale à grande échelle organisé auprès des fortunés par la filiale suisse de la banque britanique HSBC.

Un peu plus tôt Apple annonçait des profits records pour l’année 2014 avec des impôts rachitiques payés par son siège social basé en Irlande.

On a presque oublié l’affaire Junker, nouveau président de la commission européenne qui s’engageait à faire de la fraude fiscale en Europe une de ses priorités alors que la presse révélait que durant ses 19 années à la tête du gouvernement luxembourgeois il n’avait cessé d’oeuvrer pour attirer les sièges des multinationales dans son pays dépouillant les autres États européens de centaines de milliards de recettes fiscales.

Comptes cachés de Cahuzac, affaire Clearstream, emprunts toxiques vendus par Dexia aux Collectivités, hôpitaux, Offices HLM dont les intérêts explosent…

Avidité sans bornes, morgue, impunité des classes possédantes, la plupart du temps en symbiose avec les classes dirigeantes, qui font les lois mais sont au-dessus d’elles.

Comment cela peut-il durer? On sait, mais il ne se passe rien… ou presque : l’abstention atteint des records, le FN est annoncé à 30%.

Capitalisme triomphant?

Ainsi va la vie sous le capitalisme triomphant. Triomphant ? Ne sommes-nous pas plongés dans une grave crise économique au nom de laquelle partout en Europe on impose des politiques d’austérité, la remise en cause du droit du travail, le recul du départ à la retraite, le travail du dimanche et autres “réformes”?

Entre 2008 et 2011 le seuil de revenu des 10 % les plus pauvres a diminué en France de 4,3 % (après impôts et prestations sociales), quand celui des 10 % les plus riches a progressé de 3,2 %. Une perte de 360 euros annuels d’un côté et un gain minimum de 1.800 euros de l’autre. Derrière les chiffres, le vécu de gens et le ressentiment face aux exemples cités ci-dessus. Exemples qui dévoilent la logique du système. Ces politiques d’austérité, sources de récession grave dont même le FMI s’inquiète ont pourtant leur propre rationalité comme l’explique l’économiste Michel Husson : “A travers la montée du chômage et l’austérité salariale, elles permettent aussi de rétablir le taux de marge des entreprises, autrement dit la part du profit dans leur valeur ajoutée. Les pays qui ont subi l’austérité budgétaire (et salariale) la plus forte sont aussi ceux où les profits se sont le plus nettement rétablis. Et il est frappant de constater que les pays de la périphérie (Grèce, Espagne, Portugal et Irlande) ont vu le taux de marge se rétablir malgré l’effondrement de leur économie et l’explosion du chômage. (…) Les politiques menées en Europe ne doivent donc pas être analysées comme des politiques ‘absurdes’ ou déficientes, mais comme une thérapie de choc, qui, au-delà de ses effets collatéraux négatifs, vise clairement trois objectifs combinés : rétablir la profitabilité, liquider autant que possible les acquis sociaux, et protéger les institutions financières et bancaires d’une dévalorisation de leurs actifs”.

Entre 2008 et 2011
le seuil de revenu
des 10 % les plus pauvres
a diminué en France de 4,3 %
(après impôts et prestations sociales),
quand celui des 10 % les plus riches
a progressé de 3,2 %.

Lutte pour la survie

C’est ça que le peuple grec, cobaye éreinté par la Troïka (UE, BCE et FMI) a remis en cause en portant Syrisa au pouvoir. On mesure la dure mission du gouvernement Tsipras confronté, d’une part, aux 27 gouvernements de l’UE et, d’autre part, à sa propre oligarchie, évadée fiscale à vie, responsable de décennies de corruption généralisée. Ce n’est pas l’alternative au capitalisme qui se joue aujourd’hui en Grèce. En voulant desserrer l’étau de la Troïka, le peuple grec se bat d’abord pour sa survie. Mais en refusant les diktats du capitalisme néolibéral il se bat aussi pour nous.

La ligne de partage n’est pas entre la Grèce et les autres pays qui devraient “payer pour son irresponsabilité” mais entre ceux qui profitent de la thérapie de choc et ceux qui se battent pour rendre possible une politique favorable aux classes populaires.

Nous avons besoin des moindres victoires du peuple grec mais ce dernier a un besoin urgent de notre solidarité.

1. Revenus, niveau de vie, patrimoine février 2015 : www.inegalites.fr
2. Les limites du keynésianisme  : http://hussonet.free.fr

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

One thought on “Nous sommes Grecs

  1. Excellent, mais vraiment excellent article de Jakes et de plus, à mon humble avis, très bonne analyse de la situation, mais pour moi, ce n’est pas nouveau, il y a longtemps que je sais de quoi il est capable. Nous sommes exactement sur la même longueur d’onde. Serge Nogués

Comments are closed.