Ne pas désarmer

Constructions

L’Édito du mensuel Enbata

La guerre du logement en Iparralde bat son plein. Lurzaindia et le syndicat agricole ELB, comme tous ceux qui les confortent, ont gagné la première manche à la bataille d’Arbona. Nous fêterons Lurrama sur place le 24 octobre. Après Bayonne et Urrugne, Alda, infatigable poursuit sa campagne de dénonciation contre les meublés saisonniers de courte durée, cette fois-ci à Biarritz. Il est en passe d’obtenir gain de cause auprès de la CAPB. Un nouveau front s’ouvre à Baigorri avec la mise en vente d’une ferme à un prix exorbitant. Le “la” est donné, les enjeux posés. Mais des forces contraires sont à l’oeuvre.

Promoteurs immobiliers et leurs lobbies jouent toujours les “visiteurs du soir” auprès des élus pour obtenir les précieux permis de construire. Les agences immobilières anticipent l’arrivée du TGV et multiplient leurs succursales, elles battent la campagne pour susciter les transactions dans un Pays Basque Nord nouvel Eldorado. Les acheteurs fortunés brandissent leurs chéquiers mirobolants.

Allons-nous ainsi “accueillir toute la richesse du monde” et son cortège spéculatif ? Les propriétaires basques et non basques vacillent, tant l’or de ces sirènes est séduisant.

Certains élus ne veulent pas se mettre des électeurs à dos en refusant les certificats d’urbanisme, ils pensent aux futures ressources fiscales qui augmenteront avec l’arrivée de résidents fortunés.

Pendant ce temps-là, se désespèrent les paysans, les locataires ou les primo-accédants qui s’éloignent ou disparaissent. Ils sont condamnés à voir leur vie se dégrader. Car c’est bien de cela dont il s’agit: de conflits d’intérêts entre différentes catégories de populations, de résistance au pouvoir de l’argent et sa dictature, de vision du Pays Basque à courte vue ou à moyen et long terme, d’avenir maîtrisé ou de politique du chien crevé au fil de l’eau, de renard libre dans le poulailler libre ou d’amélioration de l’État de droit au nom de l’égalité et de la fraternité, du droit d’habiter sur notre terre, ou d’en être exclu. Dans ce combat, revendication nationale et lutte des classes sont intimement liées.

La bataille de l’opinion publique est en passe d’être gagnée. Quelques grands élus de droite ne s’y trompent pas, ils montent au créneau(1). Le maire d’Anglet se dit “soumis à une obligation de construire”. Donc il se soumet et jure la main sur le coeur qu’il fait de gros efforts. Au passage, il jette la pierre à ceux qui “crient avec les loups” —c’est nous!— et se décharge sur son prédécesseur PS : ce n’est pas moi, c’est lui. Quid de sa volonté maintenue de bétonisation ? A ce train-là, il pourra prendre pour devise celle attribuée au sapeur Camembert: “Lorsqu’on on dépasse les bornes, il n’y a plus de limites”.

Quant à Jean-Jacques Lasserre, président du Conseil départemental, il se pare de toutes les vertus, mais passe aux aveux. Il se dit inquiet par les “crispations que ce sujet alimente”. Il veut prendre des mesures, bienvenue à l’ouvrier de la vingt-cinquième heure. Si tous les Basques d’origine ou d’adoption ne se mobilisaient pas, le grand élu se contenterait de gérer plan-plan, au coup par coup. Le patron du Département ajoute que “nous ne sommes pas assez bien desservis, ni par l’avion, ni par le train”. Pour Jean-Jacques, y a bon l’arrivée par air et par TGV des riches Parisiens assoiffés de résidences secondaires ou des touristes moins argentés, locataires de Airbnb!

Nous sommes au milieu du gué, le PLH (Plan local de l’habitat) sera voté par l’Agglo le 2 octobre, mais le projet actuel qui, déjà, fait débat, sera-t-il appliqué correctement ? Pour ce faire, la manifestation prévue le 20 novembre sera décisive. L’appel sera signé par un nombre impressionnant de personnalités, d’organismes et de formations venues de tous les horizons. Nous parlions dans ces colonnes d’un Batera du logement, il est en passe d’atteindre ses objectifs, au moins dans l’expression de nos demandes et leurs futures prises en compte.

Aujourd’hui, rien n’est gagné d’avance. Les abertzale sont le fer de lance, mais nous ne sommes en rien propriétaires de ce combat qui dépasse nos organisations. A nous de rassembler les “forces qui n’ont pas encore donné”, de fédérer, de convaincre pour vaincre, de susciter l’élan et l’adhésion, de redoubler de pédagogie.

Pas d’illusion tout de même, nous ne gagnerons pas partout et dans toutes les communes, mais chaque avancée sera bonne à prendre. D’autant qu’il n’y a pas que le vote du PLH, s’enchaînent ensuite la mise en oeuvre des quatre PLUi (Plan local d’urbanisme intercommunal) et du SCOT (Schéma de cohérence territoriale) dans deux ans. Ce combat est aussi une guerre d’usure, il se situe dans la durée.

(1) Sud Ouest des 18 et 20 septembre.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).