L’épistolier mitrailleur

EpistoliermitrailleurAlors que la plupart des commentaires d’articles sur Internet deviennent des défouloirs, bien loin des idéaux des premiers journaux en ligne, les chroniqueurs d’Enbata interagissent de plus en plus souvent avec leurs  lecteurs par ce biais là. Au prix d’une sévère modération.

C’était le temps heureux où les médias se lançaient sur le web avec gourmandise et ne juraient que par un concept qui allait tout bouleverser : le média participatif. Le citoyen était bombardé journaliste et son avis était même sollicité, presque en direct, pour interagir à chaque publication. Une vision scotomisée de la modernité, qui dessinait déjà les contours prometteurs d’une salle de rédaction infinie, se nourrissant de la richesse de chaque lecteur, sans même percevoir la menace d’une discussion de comptoir qui serait désossée de son zinc. Près d’une vingtaine d’années plus tard, les commentaires qui accompagnent les articles en ligne sont l’emblème ballot de la défaite des idées et de la médiocrité triomphante, de la lâcheté anonyme et de la bêtise proclamée. Certains journaux ferment leurs forums, d’autres se repaissent encore de cette confiture aux cochons dans leur boulimie d’audience. Combien de commentaires faut-il lire pour perdre foi en ses lecteurs ? En général, le premier suffit, tranchait un analyste américain. Sauf lorsque de petites mains trient méticuleusement le bon grain de l’ivraie, en un précieux reliquat, presque miraculeux, toujours encourageant.

Fait à la main

C’est le pari d’Enbata et d’un travail fait main qui valide, une par une, les contributions des  lecteurs. Et se passe de commentaires. Les snipers embusqués, qui, sous des pseudos clinquants, anéantissent toute tentative de débats sous le feu nourri de leur rage, sont tenus hors de portée de tir. D’anti-basques notoires, saccageurs de forums, n’ont plus que les réseaux sociaux pour sucer les os d’un festin hors duquel les maintiennent leurs ricanements de hyènes. Et tout commentaire impropre à la consommation du débat est systématiquement rejeté.

Pour autant, Enbata accueille aussi quelques pistoleros qui, à la fréquence d’une arme automatique, ne manquent jamais de contester un point de vue ou d’en affirmer un autre. Des épistoliers mitrailleurs, en somme,  en embuscade derrière chaque article pour relever une opinion ou susciter le débat, contredire, enrichir, élargir. Contribuer. Dans cet aréopage bigarré, Iban raconte la radicalisation de l’islam au Maroc, Xipri rétorque que les basques parlent en français, Alexandre rappelle que l’antiquité mésopotamienne fait partie de notre patrimoine historique et culturel et Antton se demande si nous ne pourrions pas tirer leçon de l’évolution du PKK Kurde. Et c’est bien sûr la politique qui nourrit le feu.

Cette politique intransigeante,
qui filtre plus de réactions qu’elle n’en autorise,
devient vertueuse dès lors
qu’elle écarte l’agressivité,
responsabilise le propos
et anéantit cette moralité douteuse
du tireur embusqué.

Feu croisé

Txomin cogne sur le PNB en racontant l’expérience d’Urrugne, Pierre “ne supporte plus” cette guéguerre entre les abertzale, en sourit dans un commentaire et défend le PNB dans un autre. Un membre du Front de gauche s’indigne qu’on égratigne le PCF au passage d’un édito qui en évoque les “reliques”. Le score des abertzale aux élections est pris dans un feu croisé où l’idée règne enfin, au prix, il est vrai, de nombreux  commentaires qui ne passeront jamais les mailles fines des modérateurs d’Enbata pour leur manque de tenue, c’est à-dire d’arguments.

Les commentaires sont libres si les faits sont sacrés”  pourrait être la devise du journal historique des abertzale, si d’aventure elle devait détourner celle d’un grand quotidien régional. Cette politique intransigeante, qui filtre plus de réactions qu’elle n’en autorise, devient vertueuse dès lors qu’elle écarte l’agressivité, responsabilise le propos et anéantit cette moralité douteuse du tireur embusqué. Elle ouvre un espace de liberté, qui autorise désormais un critique culinaire bien connu au Pays Basque à renforcer le propos d’un éditorial par un long historique du mouvement abertzale ou un journaliste basque à rebondir sur un article d’Enbata en ouvrant librement une tribune.

Surtout, cet échange sain invite les auteurs à engager une discussion sous leurs propres articles publiés en ligne, où carrément dans l’hebdomadaire papier dont le présent numéro est un pendant de ces débats. Peio Etcheverry Ainchart a trouvé l’inspiration dans un commentaire, pourtant peu indulgent. De même que Jean-Marc Abadie qui répond ici à ses mails. Ou Pantxoa Bimboire qui signait son précédent billet par une  mise au point propre à calmer les turbulences des réactions. C’est d’ailleurs justement l’interaction désirée.

Quand le lecteur participe au contenu, il devient participatif.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).