Face au djihad

"L’Arabie Saoudite ne se limite pas à distiller et à répandre cette essence hyper inflammable, elle contribue aussi à son allumage par certains de ses féodaux qui financent des groupes djihadistes à travers des fondations pieuses."
“L’Arabie Saoudite ne se limite pas à distiller et à répandre cette essence hyper inflammable, elle contribue aussi à son allumage par certains de ses féodaux qui financent des groupes djihadistes à travers des fondations pieuses.”

Quelle politique mener face au djihadisme ? L’opinion publique est partagée sur cette question, même si la grande majorité voit rouge dès qu’il s’agit d’islamisme, et même d’islam tout court. D’abord nous ne sommes pas tous du même avis sur ses causes. Pour les uns les djihadistes se défendent contre une agression néo-coloniale dictée par les intérêts économiques des Etats occidentaux. Pour les autres, le djihadisme est un danger totalitaire pour le monde, car il prétendrait le soumettre à la Charia par une croisade à l’envers.

En tout cas le pétrole ne me paraît pas être le but fondamental de l’intervention française en Syrie : celle- ci n’en a guère, et la France achète le sien, pour l’essentiel, à l’Arabie Saoudite et aux émirats arabes.

N’y a-t-il pas à la base de cette expédition comme un esprit de croisade républicaine ? Je crois que oui, même si d’habitude la quête suit de près le sermon.

Par contre le copinage de la France avec l’Arabie Saoudite et le Quatar est clairement dicté par des intérêts économiques : approvisionnement en pétrole et marché pour “nos” avions.

Tout le reste oppose la République Française laïque et progressiste à ce monde féodal et misogyne, avec ses despotes si mal éclairés par le feu de leur pétrole.

Si la Syrie est aujourd’hui le foyer le plus actif du djihadisme, la péninsule arabique est l’épicentre de ce cancer idéologique qui prédispose des jeunes occidentaux déracinés à la violence purificatrice du djihad, dont les principales victimes sont les musulmans normaux.

L’Arabie Saoudite ne se limite pas à distiller et à répandre cette essence hyper inflammable, elle contribue aussi à son allumage par certains de ses féodaux qui financent des groupes djihadistes à travers des fondations pieuses. Quant à l’Etat saoudien, il semble pratiquer le double jeu dans cette guerre : il n’accueille pas de réfugié syrien, il ne participerait guère aux bombardements des alliés, on le soupçonne même d’avertir les Daech avant les assauts occidentaux…

Pour l’intervention française au Mali, les motifs me semblent mêlés : sans être un expert, l’on peut subodorer qu’elle y défend ses intérêts africains, notamment ses sources proches d’uranium. Mais on peut comprendre aussi que la France ne veuille pas laisser les djihadistes saisir tout le Sahel, ceinturer le Maghreb au sud, et se mettre en position de pouvoir introduire un cheval de Troie dans la nombreuse communauté malienne de la région parisienne.

En tout cas, les faits sont là : globalement nous sommes embarqués malgré nous dans une guerre contre une entreprise follement idéaliste qui prétend régénérer le monde par la force.

Globalement
nous sommes embarqués
malgré nous
dans une guerre
contre une entreprise
follement idéaliste
qui prétend régénérer
le monde par la force

Mais que faire d’autre ?

Si la guerre n’est pas une solution, le combat culturel doit être mené avec vigueur : il s’agit de contrer, avec les musulmans normaux, le fanatisme wahhabite dont la propagation est une menace pour le monde occidental, et d’abord un obstacle majeur aux progrès de la démocratie dans le monde arabo-musulman.

Mais il faudra lui opposer bien plus que l’hédonisme, le “matérialisme vulgaire” et l’idéal consumériste qui sont les valeurs dominantes de l’Europe.

En même temps la France a un problème de fond avec ses propres musulmans.

Problème social ? Finalement oui, sans aucun doute. Mais n’est-il pas d’abord culturel. “Tu t’appelles Mohamed ? En plus tu pries ? Je n’ai pas de place pour toi !” D’autre part l’on ne peut que déplorer l’absence de solidarité européenne face à l’afflux des réfugiés syriens provenant directement de l’agression djihadiste.

La vieille Europe se replie sur ses peurs, ses richesses et ses égoïsmes d’Etat, en oubliant ses idéaux fondateurs.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).