An II de la Communauté

VoeuxPas encore l’âge de raison sans doute mais nous avons vécu douze mois chargés, compliqués où l’enthousiasme a parfois été douché par les lenteurs incontournables d’une organisation gigantesque. Mais la maison se dessine peu à peu, elle édicte ses règles et l’interconnaissance de l’ensemble du territoire devient une réalité.

C’est une aventure que nous partageons avec le bon millier d’agents qui la composent et, au fil du temps, on sent bien que cela prend forme.

La réflexion sur le projet d’agglomération est en cours, elle devra largement s’ouvrir sur l’ensemble de la société car ce nouveau cadre qui nous projette vers le Pays Basque de 2030, concerne l’ensemble des habitant.es.

Ce projet doit prendre en compte les transitions en oeuvre car que ce soit en économie, en agriculture, en aménagement du territoire, en énergie, en ressources, en biodiversité, en mobilités… Il est impératif d’anticiper pour ne pas subir.

La parole citoyenne est indispensable, elle a, par le passé, porté ses fruits et elle doit guider les choix indispensables car nous ne pouvons, ni ne devons construire l’oeil rivé sur le rétroviseur.

Casser les raisonnements habituels trop centrés sur l’attractivité côtière et l’agglutinement des activités sur quelques kilomètres est une nécessité.

Il faut intégrer l’inéluctable montée des eaux, le grignotage des plages, la fragilisation des falaises, l’inaccessibilité des corniches pour imaginer les changements qui nous attendent.

En parallèle, l’accroissement attendu de la population contraindra à de nouvelles infrastructures et à une accentuation de notre empreinte écologique sur un espace restreint où les ressources tendront à diminuer. L’élévation de la température et l’obligation de réduire l’imperméabilisation des sols conduiront à des équations pas faciles à résoudre. En rester à un scénario simplement tendanciel serait une gravissime erreur, il faut résolument faire le choix d’une adaptation “transformationnelle” pour le Pays Basque et ne pas hésiter à calibrer l’ensemble de nos politiques publiques de façon ambitieuse pour répondre à ces défis.

Or, une certaine tendance à préférer la politique de l’autruche pointe un peu son bec, il semble que le passage aux actes ne soit toujours pas d’actualité et que l’on confère à l’obligation de la transition énergétique et écologique une petite place d’estime mais rien de concret.

La résilience doit être appréhendée au regard des événements qui ne manqueront pas de nous frapper mais aussi face à leur répétition, et il y a une suprême urgence à mettre en place une stratégie de développement durable pour en diminuer les effets les plus néfastes et saisir de nouvelles opportunités.

Il faut bifurquer vers de nouvelles activités, favoriser les circuits courts, les filières vertes porteuses d’emplois nouveaux, ne plus les implanter sur la seule bande côtière mais bien au contraire en profiter pour mailler tout le territoire.

Il faut bifurquer
vers de nouvelles activités,
favoriser les circuits courts,
les filières vertes porteuses d’emplois nouveaux,
ne plus les implanter sur la seule bande côtière
mais bien au contraire en profiter
pour mailler tout le territoire.

Cela aura des conséquences positives sur la mobilité en diminuant les besoins de trajets, sur la richesse bien mieux partagée entre les différents pôles, sur l’équilibre des écosystèmes…

Cela implique le renoncement à une vision passéiste du territoire, à des réponses aujourd’hui dépassées. Il est moins important de savoir comment entasser l’écrasante majorité de la population sur quelques kilomètres carrés que d’envisager une meilleure répartition du résidentiel et des activités.

Cela demande du courage politique mais aussi une capacité à dessiner le Pays Basque d’après-demain. En sommes-nous capables ?

Parfois j’en doute en entendant ressasser les vieilles recettes, celles d’un tourisme à tout va qui nous ferait plus riches, d’une croissance fondée sur une économie linéaire, d’un commerce qui ne vise que le consumérisme, d’un aménagement autoroutier digne du siècle dernier.

Ce n’est pas d’une nouvelle autoroute sensée désenclaver les zones les plus excentrées dont nous avons besoin mais bien d’innovation dans les pratiques, d’une gestion repensée de l’espace, d’une agriculture nourrissante, d’une économie circulaire, bref d’une véritable révolution copernicienne.

Nous sommes en transition et c’est un processus qui requiert l’engagement de tous les acteurs y compris ceux de l’action sociale car ces bouleversements, s’ils ne sont pas corrigés, aggraveront les inégalités.

L’An II de la Communauté Pays Basque doit s’affranchir de tous les vieux diktats, emprunter résolument les routes d’un futur soutenable en osant un projet pour un territoire durable et désirable.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).