Miroir aux alouettes !

PrintFriendly and PDF
Martine Bisauta
Martine Bisauta
Ekologista, Herritar Parte Hartzeaz eta Garapen Iraunkorraz arduradun, Baionako auzapez-orde gisa.
Beste artikulu batzu

2020Les élections municipales auront lieu en mars 2020, mais les coups d’envoi semblent bien partis dans les différentes chapelles et le spectacle commence à produire pas mal de saveurs… J’en suis déjà, en quelque sorte une des premières “victimes”, puisqu’on me demande en boucle et sur un ton joliment patelin “et toi tu repars ?” Ben, pour l’instant, je suis encore là, n’en déplaise et à chaque moment de la vie politique suffit sa peine ! Dans le grand manège et un peu partout, on se lance dans la “liste sans tête”, qui veut accréditer l’idée que seul le débat fera surgir un “homme” providentiel (pour les femmes merci de patienter) qui conduira une liste de rassemblement, mais qui pour le moment l’ignore complétement !! Ailleurs on s’est tellement pris les pieds dans le tapis d’un exercice du pouvoir solitaire et plutôt méprisant , que l’affaire est plus compliquée, alors on en reste aux bonnes vieilles pratiques qui consistent à gonfler le corps électoral du parti pour gagner les votes décisifs… ailleurs encore on se dit que les recettes de 2014 pourraient bien faire la tambouille de 2020.

Dans l’ancien monde, les observateurs-trices un peu rompus aux joutes électorales pouvaient imaginer à l’avance la répartition des cartes. Maintenant elles sont totalement brouillées, le big bang national a des répercussions locales et nous sommes entrés dans la période du tout est possible pour peu que l’on s’en donne la peine.

Difficile de percevoir si cela amènera des positionnements intéressants où la cohérence pourrait se frayer un chemin ou si plus sûrement on habillera d’un cortège de bonnes intentions de simples batailles d’égos !

Il va falloir une maîtrise assez exceptionnelle de la boussole pour s’y retrouver.

Cela pose la première question, qui reste celle de l’engagement en politique et de ce qui peut en être le moteur. Le mandat en cours a été significatif pourtant, il a démontré même si cela peut apparaître comme modeste que la bataille des idées avait du sens quand elle portait une volonté sans faille de transformer le paysage local, d’aménager différemment le territoire et de nourrir pour lui une certaine ambition.

J’ai aimé ce moment, il a justifié à lui seul des années d’investissement et même s’il a été suivi du théâtre des ombres, il a été en cela révélateur de cette comédie humaine qui reprend à n’en pas douter du poil de la bête !

Au moins les prochains débats ne pourront ignorer la dimension intercommunale, ce qui était le cas auparavant, et tous les impétrants devront aborder le sujet. Le Pays Basque deviendra l’objet de toute la rhétorique et il sera impossible de passer à côté, tant la Communauté d’agglomération occupe maintenant une place fondamentale dans l’organisation territoriale !

Les prochains débats (municipaux)
ne pourront ignorer
la dimension intercommunale
et tous les impétrants devront aborder le sujet.
Le Pays Basque deviendra l’objet
de toute la rhétorique
et il sera impossible de passer à côté.

Une Communauté dont on attend tout et peut-être même trop, mais qui au bout de deux ans s’inscrit déjà comme un incontournable dans la Nouvelle Aquitaine au point que beaucoup d’autres territoires se posent des questions sur l’éclatement de leurs structures.

Difficile de se déplacer dans la région sans devoir répondre à beaucoup de questions sur le sujet, il faut le savoir nous sommes regardés comme les initiateurs d’un projet d’avenir et ce n’est pas l’organisation toute particulière du nouveau Conseil de Développement qui va calmer la curiosité que le Pays Basque suscite !

Difficile de se déplacer dans la région sans devoir répondre à beaucoup de questions sur le sujet, il faut le savoir nous sommes regardés comme les initiateurs d’un projet d’avenir et ce n’est pas l’organisation toute particulière du nouveau Conseil de Développement qui va calmer la curiosité que le Pays Basque suscite !

Cela dit, il sera important de déceler dans les futurs programmes, le sort qui pourrait être réservé à la “grande maison”, car ce qui a été fait peut-être détricoté de la même façon.

Derrière la mise en place institutionnelle, s’écrit aussi une page politique, une vision pour le Pays Basque avec pour le cas où vous ne l’auriez pas remarqué, un équilibre ingénieux et exceptionnel qui permet au plus grand nombre de s’y retrouver.

Rompre cet équilibre serait le plus mauvais coup porté à ce faire vivre ensemble du territoire ! Je ne suis pas en train d’écrire mon testament politique mais je suis sincèrement convaincue que nous avons là une institution à protéger de tous les revanchards qui sont dans l’attente de la priver de son fondement essentiel, celui d’un objet politique clairement identifié !

Elle parle d’une voix forte la Communauté, elle assume pleinement son identité, elle est au soutien de nombre d’initiatives qui dessinent un Pays Basque en transition énergétique et écologique, un territoire résilient capable d’assurer une adaptation réaliste aux défis que nous devons relever.

Les résistances sont nombreuses, parfois violentes, souvent sournoises… tout recul constituerait un vrai désastre…

Les municipales sont encore loin, et s’il y a une préoccupation importante et plus immédiate c’est bien celles des élections européennes où va se jouer l’avenir de l’Union.

Bizarrement le sujet est peu abordé, il est pourtant existentiel !

Ou bien quand il l’est c’est pour nous gaver avec des incantations souverainistes inquiétantes, autre miroir aux alouettes mais aux conséquences infiniment plus graves !