«Langues régionales» à l’assemblée nationale, entre cynisme et guillotine

PrintFriendly and PDF
Ellande Duny-Pétré
Ellande Duny-Pétré
Hezitzailea. Burgoseko auzitik geroz mugimendu abertzalean engaiatua. Enbatan, Hegoaldeko kronikaren arduraduna.
Beste artikulu batzu
Vous trouverez ici le film enregistré des débats. On y entendra le cynisme éhonté du ministre de l’Education nationale Jean Michel Blanquer qui a fait sabrer l’essentiel du projet, ainsi que le député de la France insoumise Bastien Lachaud qui appelle au développement de l’enseignement... du français.

Vous trouverez ici le film enregistré des débats. On y entendra le cynisme éhonté du ministre de l’Education nationale Jean Michel Blanquer qui a fait sabrer l’essentiel du projet, ainsi que le député de la France insoumise Bastien Lachaud qui appelle au développement de l’enseignement… du français.

Le 13 février dans un hémicycle quasiment vide, l’Assemblée nationale française a débattu et adopté un texte en faveur de la protection patrimoniale des langues régionales et leur promotion. Une alliance contre nature de LREM et de la France Insoumise vide le projet de son contenu.

Le texte initial préparé depuis deux ans par le député breton Paul Molac, avec le soutien de parlementaires alsaciens et corses (1), avait été amputé aux trois-quarts en commission des affaires culturelles, avant qu’il soit soumis à la «représentation nationale». Les articles portant sur la reconnaissance de l’immersion comme outil pédagogique efficace, le financement des collèges bilingues privés et l’intégration de l’enseignement des langues régionales dans les horaires standards, ont tous été supprimés. Seule timide avancée : la loi Toubon-Lamassoure de sinistre mémoire, ne pourra plus être utilisée pour s’opposer aux langues régionales, comme ce fut si souvent le cas.

Vous trouverez ici le film enregistré des débats. On y entendra le cynisme éhonté du ministre de l’Education nationale Jean Michel Blanquer qui a fait sabrer l’essentiel du projet, ainsi que le député de la France insoumise Bastien Lachaud qui appelle au développement de l’enseignement… du français. Pour celui qui se dit «ardent Jacobin partisan de la république une et indivisible», les «langues régionales sont déjà bien protégées». Si elles sont menacées, ce ne sont que pures chimères, et «personne ne réclame vraiment leur enseignement». Au nom du principe de l’égalité des langues, il s’oppose à ce projet de loi. L’intervention du délégué de La France insoumise constitue la synthèse parfaite des arguments qu’on assène aux défenseurs des langues régionales depuis des décennies. Un pur chef d’œuvre.

Bien entendu, tous les intervenants dans ce débat se présentent comme des défenseurs invétérés de nos langues qu’ils adorent… Le texte sera prochainement présenté au Sénat, mais il ne faut pas s’attendre à des grandes améliorations au final. Masqués ou à visage découvert, les chiens de garde de la république une et indivisible ne désarment pas.

(1) Aucun député du Pays Basque n’était présent le jour du débat.

 

One Comment

  1. Alex
    Posted 24/02/2020 at 22:08 | Permalink

    Qu’en disent les soi-disants insoumis du Pays Basque ?