De faillite en faillite

PrintFriendly and PDF

FaillitesLes gilets jaunes sont la faillite de tout notre système. Députés, sénateurs, conseillers économiques, syndicats, chambres consulaires etc. ont été élus par le peuple pour le représenter. Et voilà que surgissent du néant des gilets jaunes ignorant complètement tous ces représentants légitimes. Les uns trouvent l’essence trop chère, d’autres les retraites trop basses, les impôts trop élevés etc. Il s’en est fallu de peu que le CNPF ne demande une diminution des impôts, pour améliorer la compétitivité et créer ces emplois désirés depuis si longtemps. Échec des corps intermédiaires.
On parle de l’avenir de la planète en Pologne et au Brésil. Cri d‘alarme : au lieu de baisser, la pollution a augmenté de 2,5 % en un an, il faut d’urgence prendre des mesures drastiques. Aucune allusion à cela depuis un mois que cela pète de tous les bords. Au lieu d’y aller dans un seul avion, les délégués Européens ont fait le voyage, chacun dans son jet particulier étalant leur souci de l’environnement et des économies.
Aucun de nos représentants, ni la presse ne relève que le chômage est stabilisé entre 8 et 11 % depuis 1982. Il faut remonter à 1975 pour voir un 5 %. 46 ans qu’ils se sont installés dans le chômage de masse ! Pas un de moins ! Deux générations n’ont pas connu une situation normale de l’emploi, avec gouvernements de gauche ou de droite ! Les derniers survivants sont à la veille de leur retraite. Si cela ne s’appelle pas un échec !
Pourtant année après année combien de milliards n’ont-ils pas été distribués pour l’emploi ! Macron a fait cadeau de 40 milliards aux entreprises. De tout autant Hollande, les années précédentes : Le chômage n’a pas baissé d’un poil dans le quinquennat. Qu’en sera-t-il avec Macron ? Encore un échec.
Où sont passé ces dizaines de milliards ? Pas dans nos poches, elles sont trop petites. Ils sont quelque part. Les mauvaises langues prétendent qu’ils sont à l’abri des voleurs dans les paradis fiscaux. A quoi va-t-on les dépenser? Question bien indiscrète que ne posent ni nos « représentants », ni la presse. Imaginez-vous Carlos Gohn emprisonné à Fleury Mérogis ? Nouvel échec.
Nous avons vu la France, les USA, La Russie etc. envoyer des soldats par milliers pour rétablir l’ordre en Irak, Syrie, Lybie, Mali etc. Allez savoir pourquoi ils n’osent toucher les Iles Vierges (505 km, 146.000h), Les îles Caïman (260km2, 62.000 h), Cook (240km2, 22.000 h.), Nauru (21 km2, 10.000h) et autres puissances mondiales qui protègent tous ces billets de banque contre les hold-up pour le bien l’humanité.
Faut-il s’étonner que le peuple ne compte plus sur ses corps intermédiaires ? Il ont largement prouvé leur inefficacité absolue. C’est leur échec.
Ils seraient décidés à corriger tout cela. En êtes-vous bien sûr ? Comment se fait-il qu’ils ont élu à la présidence de l’Europe, le chef d’un paradis fiscal, le Luxembourg ! Lamassoure et Alliot-Marie auraient voté pour lui ? Mais où sont-ils ces deux. Depuis leur élection on ne les voit plus.

L’argent manque

L’argent fait défaut dit-on. J’ai entendu que tous ces Africains qui passent à Bayonne feraient mieux de rester chez eux au lieu d ‘augmenter encore nos dépenses. Savez-vous que c’est aussi l’avis de la plupart d’entre eux ? L’un d‘eux m’a dit : »Au lieu de payer bâteaux, avions, hélicoptères, voitures, policiers etc… à surveiller vos frontières, vous feriez mieux de construire des usines chez nous. » Pauvre innocent ! Il n’a pas fait l’ENA ! Nos ENArques eux, ont calculé que sans les émigrés la main d’oeuvre manquerait dans les usines automobiles et pour balayer le métro. Et surtout, qui remplirait les caisses de retraite sans les prélèvements sur leurs salaires ? Qui irait dans les déserts médicaux ? Des gens peu avertis prétendent qu’il faudrait enlever le « numerus clausus » dans les facultés de médecine et en créer de nouvelles. Cela reviendrait plus cher que d’importer des médecins tout faits, que de les former ici. Voilà une des réussites de nos élites : pomper chez les pauvres.
Je lisais dans SO du 9 le titre Fin du monde, fin du mois, même combat. Absolument pas d‘accord. Pas plus qu’avec le infos télé : 20 minutes sur les casseurs, 3 minutes sur les marches pour le climat. Il y a des priorités, l’avenir de la planète passe avant la feuille de paie.
Tout cela, de la littérature. Le vrai problème c’est qu’il manque d’argent. A coté des investissements pour le climat, on doit aussi financer les vacances de neige. Il faut 3.000€ à une famille de 4 pour une semaine à Gourette, sans compter le déplacement, les skis, les vêtements, le restaurant etc. Il faut aussi financer le voyage de l’homme sur Mars. Il faudra 45 milliards, sans compter toutes les fusées préparatoires et leur matériel ultra-sophistiqué et tous ces chercheurs que l’on ne peut tout de même pas payer au SMIC. Il y a des priorités.
Il manque d’argent bien que le PIB ait doublé en 20 ans en France : il est de 43.600. Il est à 3.600 en Côte d’ivoire, à 2.200 au Mali, à 2.000 en Guinée, pays dont des représentants couchent quai de Lesseps. Et l’on voudrait qu’ils se contentent de se lécher les babines à nous regarder comme Lazare devant les miettes tombées de la table du riche ! Il paraît que nous ne pourrons pas plus arrêter cette immigration que Trump celle des Indiens. Chose curieuse je n’ai encore vu aucun syndicat ou parti de gauche convoquer une manif pour plus de justice et de liberté afin que ces émigrés puissent vivre chez eux.
Les gens semblaient rêver de chocolats, du dernier smartphone sur le sapin de Noël etc… quand ont surgi ces gilets jaunes. D’on ne sait où. Il y a bien eu des signaux d‘alarme. Le Pen est en pleine croissance avec Mélanchon. On a diabolisé l’extrême droite, puis l’extrême gauche. Ils n’arrêtent de croître Et tous ces partis traditionnels qui volent en éclats. Cela signifiait quelque chose non ? Installés dans leurs certitudes, les corps intermédiaires n’ont rien vu venir. Sûrs d’eux, ils ont continué comme avant.
Et maintenant ? J’entends qu’il faut négocier. Avec qui ? Qui représente qui dans cette génération spontanée ?
C’est l‘échec de toutes les merveilles produites depuis un demi siècle par la société de consommation : plus on achète, plus on est heureux. Vive la croissance !. Mais le gâteau est limité. On ne peut indéfiniment en augmenter les parts, même en se limitant au quart de la population mondiale.
Si je me souviens bien, il y a eu un certain Jésus Christ qui avait sorti un jour : “L’homme ne vit pas seulement de pain.” Pas plus que de gâteau. Mais ce monsieur n’a plus le vent en poupe. Il n’est pas coté en bourse. Économiquement, il ne vaut rien pour cette société qui est en train de crever. Vous remarquerez que les pays qui ont mis ce monsieur au rancard sont aussi ceux qui sont en train de tuer la planète. Espérons qu’ils se rendront compte avant qu’il ne soit trop tard, que l’homme a besoin d’autre chose que d’être gavé de neige et de gâteau .
Certains chez nous ont justement un idéal qui ne se limite pas au sea sex and sun. Tels ces jeunes que je vois au quai Lesseps au service des émigrés. Ceux qui s’investissent à Bizi!, Alternatiba, radios Basques, Ikastola, Gau Eskola, ELB et autres institutions au service du peuple. Lorsque notre monde se rendra compte que la solution est là, les gilets jaunes disparaitront. Sans CRS.