L’Université de Corse fruit d’une volonté politique

Enbata: A la lumière du débat auquel vous avez participé au cours de ce colloque organisé par Autonomia Eraiki, en quoi est-ce intéressant de faire une comparaison entre le Pays Basque et la Corse?
Bernard Causse: L’Université de Corse a été créée en 1981 avec 350 étudiants. En 1988 elle en a 1.500 et va rapidement dépasser quantitativement les effectifs du campus Pays Basque. Aujourd’hui elle en accueille 5.000 pour une population de 310.000 habitants. Elle attire les étudiants étrangers. 400 sont issus de 60 nationalités différentes.
L’Université de Corse a développé une offre de formation, de recherche et de services aux étudiants, ancrée dans son territoire et accessible au plus grand nombre, une politique d’insertion professionnelle en synergie avec ces orientations, des liens étroits avec les entreprises, une offre de formation pluridisciplinaire consolidée dans un premier temps, fidèle à la vocation première de l’université comme lieu d’émancipation et de formation des es-prits, une politique de développement global indissociable du fait historique et culturel corse.
L’Université de Corse a su également s’insérer de manière proactive dans son environnement national, européen et mondial. Elle a 8 composantes de formation dont un institut de santé permettant la première année de médecine et une école d’ingénieurs. Elle a 5 composantes de recherche: 2 Unités Mixtes de Recherche (laboratoires) CNRS «Sciences Pour l’Environnement» et «Lieux, Identités, Espaces, Activités», Fédération de Recherche «Environnement et Société», 2 Unités Mixtes de Services «Stella Mare» et «Carghjese». Elle figure parmi les 18 premières Universités autonomes.

Enb.: Après des avancées pionnières dans les années 1980, notamment en énergies renouvelables, langue et culture corses, la politique de recherche, appuyée sur une identité scientifique forte, est articulée aujourd’hui autour de projets pluridisciplinaires labellisés au plus haut niveau par le CNRS?
B. C.: Effectivement huit projets pluridisciplinaires labellisés par le CNRS ont été mis en place à l’Université de Corse: Gestion et valorisation des eaux en Méditerranée, Feux de forêt, Energies renouvelables, Ressources naturelles, Dynamiques des territoires et Dé-veloppement durable, Identités et cultures, Processus de patrimonialisation, Technologies de l’information et de la communication.
L’université a développé des partenariats stratégiques avec le CNRS, l’INRA, l’INSERM, le CEA et l’INES. Un objectif essentiel: transformer la recherche en richesse à partir de projets structurants de valorisation: Myrte/ Paglia Orba, Stella Mare, Médiathèque culturelle de la Corse et des Corses et dépôts de brevets (ENR, Ressources Naturelles,etc).
L’Université de Corse a donc franchi des seuils de qualité importants avec, pour corollaire, des effets sur le territoire, notamment: choix thématiques précurseurs à l’échelon local et international (excellence territoriale d’où reconnaissance internationale), effet sur le niveau de qualification et donc sur le tissu économique, promotion de la langue et culture corses…
L’Université de Corse affirme une maturité qui lui permet aussi de tisser et consolider ses liens avec la société civile: Création d’une université inter-âges (plus de 200 inscrits), Faculté mondiale de l’eau , Universités citoyennes (2003, 2005, 2007, 2009, 2011).
L’impact de l’Université de Corse sur son territoire est aussi fortement lié à sa capacité d’innovation, souvent fondée sur l’identité.

Enb.: Ces initiatives sont la déclinaison d’une une vision de long terme du rôle et de la place des universités dans la société et dans la cité?
B. C.: L’innovation à l’Université de Corse aboutit non seulement à une reconnaissance académique pour l’institution, mais vise aussi à créer les conditions de possibilités d’une reconnaissance territoriale pour la Corse. C’est effectivement une vision de long terme du rôle et de la place des universités dans la société et dans la cité.
Au-delà des classements élitistes des grosses Universités, on voit que des petites Universités comme celle de Corte savent tirer leur épingle du jeu. On peut faire le même constat à La Rochelle ou à Perpignan.

Enb.: Que s’est-il passé au Pays Basque durant ces 25 ans où les choses avançaient considérablement en Corse?
B. C.: On a fait des études, des dossiers, des ateliers, des propositions. Sans succès. Rappelons que, dès 1990, les travaux de l’Agence de développement du Pays Basque préconisaient une université de plein exercice. Puis les travaux du Conseil de développement, l’inscription dans le Contrat territorial de 2008 d’actions pour le développement du campus du Pays Basque allaient dans le même sens. Mais l’action 6.1 du Contrat territorial sur la gouvernance est toujours au point mort.
Il y a eu la possibilité de créer une Université Technologique. Prenant appui sur l’IUT et sur l’ESTIA, elle avait le soutien des autres Universités technologiques, de l’Université de Mondragon, d’universitaires réputés de Toulouse, Clermont Ferrand, Bordeaux, La Ro-chelle.
Tous les efforts ont été bloqués par l’Université de tutelle et par les responsables politiques Palois de droite comme de gauche. Il n’y a pas eu de soutien politique local. Pire même, les universitaires locaux qui s’engageaient étaient menacés de sanctions.

Enb.: Les effectifs étudiants du campus basque stagnent ou baissent ces dernières années. Est-ce la conséquence du manque de gouvernance universitaire autonome que vous soulignez?
B. C.: Les effectifs étudiants n’ont pas beaucoup évolué malgré les efforts de l’IUT et de l’ESTIA pour créer des formations originales dans leurs domaines de compétences. Des équipes de recherche ont vu difficilement le jour en absence de moyens humains et de formations de troisième cycle. Il y a eu cer-tes des constructions de bâtiments mais un éclatement du Campus entre Bayonne et Anglet.
L’Université de Pau est aujourd’hui en crise. Elle n’a pas su profiter des atouts du Pays Basque. Elle n’est plus attractive et des fi-lières sur le site de Pau sont en perdition. Son budget est en déséquilibre. Elle est menacée de mise sous tutelle et si c’est le cas, il y aura de graves conséquences pour le campus du Pays Basque.
Nous avons perdu beaucoup de temps et laissé passer beaucoup d’opportunités. Mais nous avons des atouts comparables à ceux de la Corse, la possibilité de réseaux transfrontaliers, l’ouverture vers l’Amérique Latine…
Il me revient à l’esprit ce que disaient, il y a vingt ans, les thuriféraires de l’Université de Pau: «Vous voulez faire une Université de plein exercice comme à Corte. C’est ridicule et voué à l’échec». L’échec n’est pas là où certains l’attendaient.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).