Notre Monde commun

Plusieurs groupes Alternatiba appelant à  Euskal Herria burujabe aux Résistant-e-s, dans le Larzac, début août


A l’occasion de l’événement Euskal Herria burujabe des 7 et 8 octobre, Bizi! va proposer une version enrichie et actualisée de son projet de territoire de 2018, intitulée “Reprenons la main sur notre monde commun”. Et inviter chacune et chacun à s’emparer de ce document et de ses propositions concrètes, pour construire ensemble un territoire souverain, solidaire et soutenable écologiquement et socialement, pour la maîtrise des conditions de vie des habitant.e.s d’Euskal Herria.

Cinq ans ont passé depuis la publication du précédent projet. Depuis, la situation a évolué ; la prise de conscience globale de la population concernant l’urgence écologique a beaucoup progressé face à la multiplication des épisodes climatiques extrêmes, et les crises se sont accumulées : crise sanitaire, choc géopolitique, énergétique, alimentaire… En Pays Basque Nord, la mise en place de la Communauté d’agglomération a fait bouger les lignes, de nouveaux acteurs ont émergé.

Mais le postulat de base reste le même : la conviction que c’est la souveraineté effective, la maîtrise des conditions de nos vies qui est la seule issue pour sortir des systèmes délétères qui dérèglent le climat, détruisent le vivant et rongent notre humanité ; et la certitude que le territoire est la meilleure échelle d’action pour développer cette souveraineté.

Sept axes pour reprendre la main sur notre souveraineté

Pour construire un territoire souverain, le texte « Reprenons la main sur notre monde commun » avance des propositions concrètes dans sept thématiques interreliées :
– Politiques territoriales : définir les valeurs et développer les outils et institutions favorisant la maîtrise des conditions de leur vie par les habitant.e.s.
– Communs, inclusivité et entraide : remettre l’interdépendance au centre de notre vision, impulser la solidarité, le partage des richesses pour un monde pacifié et équitable.
– Habitat : assurer un logement digne et sain, créer un habitat qui favorise la vie sociale, qui n’aggrave pas la crise climatique tout en y faisant face.
– Agriculture, eau, forêts : construire la souveraineté alimentaire et renforcer la robustesse des écosystèmes qui soutiennent nos vies.
– Mobilités soutenables : réduire la dépendance à la voiture et au fret routier, assurer un transport public soutenable et accessible.
– Énergies renouvelables : réduire nos besoins énergétiques et développer un modèle économique citoyen autour de la production d’énergies renouvelables.
– Relocalisation : replacer au cœur du processus de production un projet territorial, conçu collectivement, et soutenable écologiquement et socialement.

Construisons du commun

Toutes ces propositions concrètes, ces leviers de la métamorphose, nous devons les mettre en œuvre. Le pouvoir est dans notre capacité à nous organiser, dans nos constructions collectives. Nous le savons, l’action individuelle ne suffit pas. Nous le constatons tous les jours, il y a peu à attendre des gouvernements. Pourtant, la métamorphose doit maintenant changer d’échelle. Nous savons ici que des victoires peuvent se gagner grâce aux luttes citoyennes, sans attendre que les solutions viennent d’en haut.

Le pouvoir est dans notre capacité à nous organiser, dans nos constructions collectives.

Nous invitons donc toutes celles et tous ceux qui partagent le constat que le système actuel mène l’humanité à sa perte à s’emparer du document « Reprenons la main sur notre monde commun ». Cela ne signifie pas que nous attendons que toutes et tous y adhèrent sans réserve. A l’image de la monoculture, la mono-pensée stérilise. A l’inverse, lorsqu’il y a des bases de valeurs partagées, qu’il y a un respect de la pensée de l’autre, de son altérité, que l’on accepte que l’on peut s’accorder dans des domaines et profondément diverger dans d’autres, la confrontation des idées et le travail collectif permettent de construire du commun. Ce document s’est d’ailleurs enrichi des échanges qui se sont déroulés lorsque Bizi! a été amené à en présenter la première mouture, invité régulièrement par des structures diverses aux quatre coins d’Euskal Herria. Nous continuerons ce travail avec les acteurs constructifs du territoire.

Changer d’échelle

Face à l’urgence de la situation, il nous faut trouver des leviers d’action pour démultiplier l’action individuelle. C’est pourquoi nous appelons les structures collectives (entreprises, administrations, institutions, organisations, collectifs…) à s’engager dans une trajectoire de métamorphose écologique et sociale du territoire. Une entreprise qui valorise le transport à vélo, un établissement scolaire qui installe des toilettes sèches, une administration qui forme ses salariés aux enjeux de la réduction des déchets, auront plus d’impact au niveau des résultats mais aussi du changement global de comportement. Aujourd’hui, nous ne pouvons plus penser nos activités sans prendre en compte leurs conséquences écologiques et sociales. Reprenons la main sur notre monde commun, à tous les niveaux de nos vies.

La métamorphose doit maintenant changer d’échelle. Nous savons ici que des victoires peuvent se gagner grâce aux luttes citoyennes, sans attendre que les solutions viennent d’en haut.

One thought on “Notre Monde commun

  1. Avec un si joli programme , avec 800 militants de Bizi spécialiste du collage d affiche , un réseaux de groupe Alternatiba un peu partout en France . Bizi et Alternatiba ferai peut étre bien de se présenter aux élections européennes de 2024 , et ainsi présenter leurs idées aux électeurs de gauches et écologistes un peu déboussoler et combattre les discours populistes et d extéme droites .
    Vu que EHBai n ira pas , vous aurai mon soutien pour une fois !!!

    Pour ceux qui aime la politique , les débats en Argentine .
    YOUTUBE : Todo Noticias
    – El debate de los candidatos a vicepresidente en “A dos voces” (Programa emitido el día 20-09-2023)
    – PRIMER DEBATE PRESIDENCIAL I Elecciones Generales 2023

Comments are closed.