Municipale 2014 progrès abertzale

PrintFriendly and PDF

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les élections municipales sont autant d’élections locales. Il est donc délicat d’y discerner de grandes tendances et il y a toujours des exceptions, comme Paris par rapport à l’Hexagone. Cependant, en Pays Basque, on peut discerner une “percée abertzale” au premier tour, une vague bleue au second, sur le BAB, un renforcement des partisans de la Collectivité Spécifique, Dieu merci ! une absence du Front National (sauf à Biarritz avec un petit 5%), le tout avec une abstention significative qui, lorsqu’elle dépasse les 35% comme c’est souvent le cas, devient préoccupante pour la vie démocratique en général.

PREMIER TOUR

“La percée abertzale”. Tel est le titre en première page de Sud Ouest du mardi 25 mars. La veille, notre “Grand Quotidien Régional d’Informations” (à qui on doit de ne plus rien ignorer de ce qui se passe à Biarrotte ou à Biaudos) avait fait très fort dans la présentation des résultats : toutes les communes de notre bien-aimé département étaient classées par ordre alphabétique… Toute autre présentation regroupant les communes basques aurait fait preuve de redoutables relents ethnicistes !

Toujours est-il qu’il y a eu “une percée abertzale”. Cette percée peut s’observer en Labourd avec le score effectivement historique de la liste Baiona 2014 de Jean-Claude Iriart (10,30%) ; elle peut s’observer à Hendaia avec la liste Hendaia Biltzen d’Iker Elizalde (12, 56%) ; à Senpere avec la liste Senpere Bai de Jean-François Béderède (16,55%); à Azkaine avec la liste Ideki d’Anita Dagorret-Lacarra (18,67%) ; à Itsasu avec la liste Herria Bai de Filipe Lascaray (20,27%) ; à Ziburu avec la liste Ziburu Bizi d’Eneko Aldana-Douat (21,09%) qui incarne une nouvelle génération abertzale ; à Hazparne avec la liste Herriarekin de Martine Etcheçaharreta (23,62%) ; à Sara avec la liste Har Hitza de Mixel Guerendiain (24,37%) ; à Zuraide avec la liste Zuraide Indarrean de Marie-Christine Borda Ibarlucia (25,71%) ; à Saint-Jean-de- Luz avec la liste Herri Berri de Paskal Lafitte (25,84%); à Urruña avec la liste Herritarrak de Felipe Aramendi (26,46%) ; à Kanbo avec la liste Nahi Dugun Herria d’Argitxu Hiriart-Urruty (27, 70%). A Arbonne, la liste Xabi Aphesteguy (42,34%); La palme revient à Uztaritze avec la liste Uztaritze Bai de Bruno Carrère (37,94%).

Saluons d’un grand coup de béret les victoires d’Alain Iriart qui n’a pas d’opposant à Hiriburu, de Pierre Guillomotonia à Lehuntze et de Lucien Betbeder à Lekorne. Il faut dire aussi que la liste Hemen Angelu fait un score honorable à Angelu (5,75%), et il faut ajouter qu’à Biarritz, les amis de Michel Poueyts comme ceux de Peio Claverie figuraient sur la liste de Michel Veunac.

En Basse-Navarre, la taille réduite des communes ne permettait que rarement la présence de listes majoritairement composées d’abertzale. Il convient de relever le score à Donibane Garazi de la liste Donibane Erne de Xabi Larre (33,30%) et les victoires des listes d’Arño Gastambide à Aiherra, de Jean-Michel Coscarat à Baigorri, de Jean-Michel Galant à Azkarate, de Daniel Olçomendy à Izura et de Beñat Arrabit (EAJ-PNB) à Arrosa.

Même observation en Soule où il est à noter que la liste Aitzina Maule de Beñat Elkegaray recueille 13,25%. A Muskuldi, Leonie Aguergaray, élue au premier tour avec 87%.

Les grandes tendances

A Baiona, Jean-René Etchegaray (29,98%) arrive second derrière Henri Etcheto (35,26%), Sylvie Durruty étant créditée d’un étonnant 18,54%. Le Front de Gauche avec Serge Noguès a 5,92%. La plus grande différence est enregistrée à Angelu où Claude Olive (44,60%) devance nettement le maire sortant, Jean Espilondo (36,45%).

Eparpillement des votes à Biarritz avec pas moins de huit listes. Max Brisson (22,91%) vire en tête devant les deux autres adjoints de Didier Borotra, Michel Veunac (17,10 %) et Guy Lafitte (16,56%).

A Donibane Lohizune, élection au premier tour pour Peyuco Duhart (54,88%).

Duel au couteau en perspective au second tour à Hendaia où Kote Ezenarro (36,51%) devance Battitte Sallaberry (28,98%), à Ziburu où Guy Poulou ne recueille que 43,69%, à Urruña où Odile de Coral n’a que 35,65%, à Azkaine où Jean-Michel Laduche arrive bon dernier avec seulement 18,60%. On le voit, dans ces quatre communes, les maires sortants éprouvent des difficultés.

MarianoSECOND TOUR

Situations fort diverses

Saluons tout d’abord l’éclatante victoire de Bruno Carrère (45,6%) à Uztaritze ; l’ancienne capitale historique du Labourd aura un maire abertzale : tout un symbole !

Dans un climat nettement moins tendu que sur le BAB, les abertzale avaient conclu des alliances avec les socialistes à Ziburu, Urruña et Hendaia ; seule dans cette dernière ville, l’alliance a permis à Kote Ezenarro de reprendre la mairie à Battitte Sallaberry ; Odile de Coral à Urruña et Guy Poulou à Ziburu opèrent en effet un spectaculaire redressement.
Dans des triangulaires, les victoires sont pour les listes Elissalde à Ahetze, Mialocq à Arbona, Echeverria à Arrangoitze, Fournier à Azkaine, Loustaudaudine à Donapaleu et Sansberro à Zuraide. Regrettons qu’à Senpere, la victoire soit offerte à l’UMP Nousbaum face aux successeurs de l’exemplaire présidente du Biltzar des maires, Christine Bessonart.
La maturité abertzale-pourtant grandissante-a encore ici et là quelques progrès à faire.
Dans des quadrangulaires, Gonzalez met fin à l’hégémonie communiste à Bokale et Michel Etchebest est réélu à Maule.

Renforcement des partisans de la Collectivité Territoriale sur le BAB

Une des conséquences majeures du scrutin réside dans le fait que les trois futurs maires du BAB (Jean-René Etchegaray, Claude Olive et Michel Veunac) sont désormais tous trois des partisans de la Collectivité Territoriale du Pays Basque. Avant, aucun des trois maires ne l’était ! (Jean Grenet, cependant, a voté au Conseil des élus l’institution spéciale en précisant qu’on ne l’obtiendrait jamais).

Une des conséquences majeures du scrutin
réside dans le fait que les trois  futurs maires du BAB
(Jean-René Etchegaray, Claude Olive et Michel Veunac)
sont désormais tout trois des partisans
de la collectivité territoriale Pays Basque.

Qu’on se rappelle (les plus anciens) ou qu’on prenne connaissance (les plus jeunes) de l’arrogance et du mépris dont firent montre —lors de la création en 1980, à l’initiative du groupe abertzale Izan, de l’Association des Elus pour un département Pays Basque— les adversaires de ce projet. Ces derniers traitèrent dédaigneusement les 41 maires qui, courageusement s’étaient lancés dans cette aventure, de “petits maires”. (Il s’agissait pour l’essentiel de maires de l’intérieur). Ces temps sont révolus ! Les partisans du projet peuvent maintenant le porter avec encore plus de force et de pertinence auprès du gouvernement.

Nous ne verserons aucun pleur sur la défaite à Anglet d’Espilondo, balayé par Claude Olive (57,91%).

A Biarritz, dans le plus pur style de Didier Borotra, Michel Veunac réussit son vaste rassemblement qui inclut heureusement les abertzale déjà présents à la mairie. Max Brisson doit se poser de sérieuses questions quant à son propre avenir politique.

A Bayonne, tout le monde sait qu’au final, Etchegaray n’a que 26 voix d’avance sur Etcheto. Ce dernier réalise un remarquable second tour, récupérant l’essentiel des abstentionnistes du premier tour (800 voix exprimées de plus), du vote Front de Gauche et ça et là quelques autres voix éparses, la “fusion sans effusion” des listes Etchegaray-Durruty n’ayant pas fonctionné à plein. On comprend l’amertume d’Henri Etcheto.

Cependant, ses imprécations contre les abertzale ne sont absolument pas de mise. Ceux-ci connaissaient ses positions pro-LGV et son peu d’empressement envers l’euskara. Par ailleurs, il lui a été expliqué en son temps, qu’un jour il paierait au prix fort ses positionnements ultra-jacobins –dont l’origine demeure un mystère- et en particulier son attitude de farouche opposant à la Collectivité Pays Basque. Il n’a pas voulu retenir l’avertissement et a préféré camper sur ses positions. Ce jour est arrivé et au désaveu local, s’est ajouté le désastre de la rue de Solférino. Il ne lui reste donc qu’à se lamenter comme justement l’aveugle de Solférino de la poésie Solferinoko Itsua dont nous célèbrons cette année le 150ème anniversaire : “Zorigaitzean baitut ikusi Solferinoko hegia Alferrikan dut geroztik deitzen iguzkiaren argia”.

Les maires abertzale :

MaianaBruno Carrère : Uztaritze
Alain Iriart : Hiriburu
Pierre Guillemotonia : Lehuntze
Jean-Michel Coscarat : Baigorri
Arño Gastambide : Aiherra
Jean-Michel Galant : Azkarate
Jean-Claude Ibargarai : Lakarra
Joseph Goiheneix : Lekunberri
Xebastian Ihidoi : Mendibe
Christine Erdozainzi : Arantsusi
Daniel Olzomendi : Izura
René Etxemendi : Suhuskune
Michel Ernaga : Urepele
Mizel Oçafrain : Banka
Lucien Betbeder : Lekorne
Chantal Erguy : Aiziritze
Jean-Jacques Prebende : Gabadi
Léonie Agergaray : Muskildi

7 Comments

  1. Senpertar
    Posted 08/04/2014 at 20:02 | Permalink

    Zer eginen zinuen ?
    Tout à fait d’accord pour reconnaître les qualités remarquables d’une femme maire basquisante CTE – BATERA – Laborantxa ganbara etc… un peu moins brillante sur la gestion de l’occupation du foncier créant un déséquilibre certain.
    Vous dites que la liste abertzale de Senpere aurait des progrès à faire en matière de maturité! Assurément, ils sont jeunes, mais à mon humble avis pas si immatures que ça. Voici pourquoi…
    A la demande des abertzale 3 personnes ont rencontré par Dominique Idiart (successeur de Christine Bessonart) pour discuter d’un éventuel 2eme tour en vue d’une alliance. Réponse : «je n’ai pas besoin de vous. Vous êtes trop marqués. Nous, nous sommes apolitiques etc… »
    1er tour. Idiart en tête avec un peu plus de 100 voix d’avance sur le second. Abertzale 16.5% (ce n’est pas rien). A peine le résultat connu, nous entendions Idiart annoncer à la radio qu’il repartait sans alliance pour le second tour. Sûrement espérait-il profiter du vote utile au détriment des abertzale, sans avoir à négocier… On connait le résultat.
    D’après vous, où est le manque de maturité? Qu’auriez-vous fait à leur place ?

    Atea jo dugu behin eta atea etsi digute bietan. Ederki kostata joan gira gure burua alde aintzinetik, bagenakielarik gure boz kopurua jaitsiko zela (12%).
    Beraz, heldutasun eskasa ez da nihundik ere gure eskualdean, heien haurkeri edo harrotasuna baizik.
    Besterik gabe, ongi izan
    Xan

  2. Beste senpertar bat.
    Posted 08/04/2014 at 23:05 | Permalink

    Ce n’est pas très sympathique, M. Larronde de nous reprocher un manque de maturité aux abertzale de Senpere ! Ce n’est pas très respectueux pour les hommes et les femmes qui se sont investis pour faire vivre le groupe abertzale, mais c’est surtout injuste compte tenu du déroulement des événements.
    En réalité nous n’avions pas d’autres choix que de nous maintenir pour le second tour si nous voulions maintenir notre représentativité.
    IDIART s’est opposé dès le départ (premiers contacts au mois d’octobre) à toute entente avec les abertzale (position qu’il a réaffirmé publiquement à Gure irratia), tellement sûr qu’il l’allait l’emporter si ce n’était au premier tour, au moins au deuxième en attirant le vote abertzale. Aujourd’hui encore nous ne comprenons pas les raisons de cet entêtement.
    Nous regrettons comme vous et comme beaucoup d’autres le résultat de cette élection, mais de notre côté nous avons le sentiment d’avoir fait ce que nous avions à faire.
    Sachez par ailleurs qu’en plus du travail militant que suppose de mener une campagne nous devrons tous contribuer financièrement aux frais engendrés par la campagne. Alors si vous voulez vous faire pardonner cette erreur de jugement à notre égard, vous pouvez toujours nous faire parvenir un chèque à l’adresse ci-dessous.
    Voyez, nous ne sommes pas rancuniers !

    Senpere Egun eta bihar
    Herriko etxea
    64310 Senpere

    • beste senpertar bat
      Posted 18/04/2014 at 08:29 | Permalink

      Milesker ainitz Jean Claude!

  3. Etchegoin Laurent
    Posted 08/04/2014 at 23:44 | Permalink

    Iduriz auzapez aberzale gehiago bada Ipar Euskal Herrian edo bakarrik kondatzen dira alderdi politiko baten kide direnak ??
    Ozaze Maite Echeverria
    Iruri Johañe Etxemendi ????
    Monique Elgoyen Lexantzü

    • Gaixo Xiberua
      Posted 10/04/2014 at 23:59 | Permalink

      Ozaze, Iruri ta Lexantzu Baionatik urrunegi dira Lapurtar kazetari eta kronikalarien interesa pizteko!

  4. Gaixo Enbata
    Posted 11/04/2014 at 17:45 | Permalink

    Nik ez dakit Xiberua Lapurditik urrunegi denez. Dakitana da, xuxen baniz bederen, ez Enbatan ez Enbata.info-n ez dela kronikalari edo kazetari pagaturik, dena bolondresek idazten eta argitarazten dutela, beren denbora eta indarrak neurtu gabe. Hortakotzat norbeitek, bozen biharamunean, Xiberutik abisatu balitu Enbatakoak, mailez edo telefonaz, jakinarazteko holako edo halako herrian auzapez abertzale bat hautatua izan zela, segur niz delako zerrenda gogotik osatuko zutela. 14-ko gerla hasi zenean “armons-nous et partez” zioten sahetseko behalari batzuk!

  5. Alexandre
    Posted 14/04/2014 at 18:04 | Permalink

    Kaxu!

    Les élus que l’on dit abertzale ne se disent pas eux-même abertzales: Uztaritzen adibidez…

    Ce sont avant tout des gens qui travaillent sur les dossiers, venus de divers horizons politiques ou géographiques, et qui ont décidé de faire progresser leur ville ensemble!

    A trop chercher à les récupérer, on risque un gros retour de flamme.

  • Berripapera



  • Enbata sostengatu

    Kioskoetan

    Enbata sostengatu ! 40€-tarik goiti hilabete guziz zuen gutun ontzian Enbata aldizkaria lortuko duzue.

    Harpide zaitezte / Sostenga gaitzazue

  • Gaika

  • Hitz-gakoak

  • Bideoak

    bideoak