Leçons de l’affaire Griveaux

Je me suis rappelé ces vacances d'été 68. Revenant de Côte d'Ivoire au Pays Basque, j'avais pris le métro à Paris. Mon regard fut attiré par cette inscription peinte en grand sur un mur :  Il est interdit d'interdire, slogan qui a pris du poids avec les ans. Mais il est passé de mode, c'est une  loi qui interdit aujourd'hui d'étaler la vie privée des autres sur la place publique. Mais la populace, semble-t-il, ne le voit pas ainsi.
Je me suis rappelé ces vacances d’été 68. Revenant de Côte d’Ivoire au Pays Basque, j’avais pris le métro à Paris. Mon regard fut attiré par cette inscription peinte en grand sur un mur : Il est interdit d’interdire, slogan qui a pris du poids avec les ans. Mais il est passé de mode, c’est une loi qui interdit aujourd’hui d’étaler la vie privée des autres sur la place publique. Mais la populace, semble-t-il, ne le voit pas ainsi.

Vendredi 14 février, 7h00, France Inter : ‘Une vidéo intime du candidat LRM à la mairie de Paris circule sur le web’.  J’ai tout de suite pensé à ces paparazzis qui fournissent certaines revues avec photos plutôt dénudées. L’un d’entre eux avait dû surprendre monsieur avec sa dame, au bord de quelque piscine privée de la Côte d’Azur. Il aurait sans doute trouvé acheteur sans problème, malgré toutes les lois sur la vie privée.
8h00 – La vidéo ‘intime‘ devient ‘sexuelle”. Que peut bien cacher ce changement de vocabulaire?

9h00 – La vidéo n’est plus ‘sexuelle‘, elle est ‘pornographique‘; ce qui n’est pas la même chose. On n’en saura pas plus. Je navigue de France Info en Luxembourg, d’Europe en France Inter. J’en resterai là. Par contre les commentaires commencent.

Il est ignoble et contraire à la loi d’étaler ainsi sur la place la vie privée des gens“. Laquelle loi voulait protéger d’abord ces adolescents, rapides à diffuser les photos ‘smartphone’ d’une partenaire quelque peu récalcitrante. Mais pourquoi pas les adultes aussi? La campagne politique doit être propre et traiter des programmes des candidats. C’est le bon sens. Bien que dans le temps, nous ayons déjà vu le prix des pantalons et des caleçons de Fillon prendre le dessus sur le programme.

Je remarque que ce sont les radios (les quotidiens et la télé prendront ensuite le relai) qui répandent la nouvelle à jet continu sans aucune allusion aux programmes. Cela devient un vrai tsunami. Il n’y a que cela. Nous serons des millions à être au mis courant, bon gré mal gré, grâce à à la foule de journalistes mobilisés sur le sujet. Lesquels journalistes sont pourtant des partisans convaincus du secret de la vie privée. La source web ? Seuls quelques quelques milliers d’initiés ont été capables d’y accéder. A noter que Médiapart avait refusé de relayer l’information dont il avait la primeur. Les autres auraient pu faire de même.
Au cours de la journée on apprend que Griveaux, car c’est de lui qu’il s’agit, s’était présenté comme le champion des valeurs traditionnelles familiales sur quatre pages de Paris Match. C’est pour protéger sa femme et sa famille qu’il décide maintenant de renoncer à la candidature. Sa femme a dû apprécier. Sans doute aurait-elle encore plus apprécié que cette vidéo porno n’existat point : elle est le fruit des relations de monsieur avec une élégante, inconnue de la légitime, autre petit secret qui nous sera révélé dans le courant de la journée . Encore un aspect de la vie personnelle qui aurait dû rester dans le secret en vertu de ce respect de la vie privée dont ils se proclament les champions. Seront-ils tous convoqués au tribunal pour avoir enfreint la loi ? Sans eux il n’y aurait point eu de scandale!

Je me suis rappelé ces vacances d’été 68. Revenant de Côte d’Ivoire au Pays Basque, j’avais pris le métro à Paris. Mon regard fut attiré par cette inscription peinte en grand sur un mur : Il est interdit d’interdire, slogan qui a pris du poids avec les ans. Mais il est passé de mode, c’est une loi qui interdit aujourd’hui d’étaler la vie privée des autres sur la place publique. Mais la populace, semble-t-il, ne le voit pas ainsi. M. Griveaux a senti qu’avec cette affaire, les carottes étaient cuites pour la mairie de Paris. Il y a renoncé.

La populace aurait un sens des valeurs familiales traditionnelles autre que celui du candidat. C’est un point de vue, défendable en démocratie. Ce qu’elle attend de ses élus, ce ne serait pas simplement d’être des champions de la croissance économique et de l’augmentation du pouvoir d’achat… avec la mort de notre planète en perspective. Elle attendrait aussi que ses élus soient des hommes et des femmes qui ont une certaine valeur humaine; qui respectent, pas seulement dans leurs déclarations, mais dans leur vie, ces valeurs universelles reconnues depuis des siècles et par tout l’univers. Des gens droits et sincères. Les jeunes de vingt ans interrogés récemment par Sud Ouest étaient unanimes : une infidélité et c’est immédiatement la rupture. Ceux qui auraient changé de bulletin de vote à cause de cette affaire au point d’inverser les résultats, ne seraient pas tous de vieux réactionnaires.

J’ai passé douze ans au milieu des Baulé de Côte d’ivoire. Ils n’avaient aucune estime pour des gens à la vie double. Les adultères passaient devant le tribunal du village. Mais la lapidation de Moise il y a 2500 ans, n’y a jamais eu cours. Le Christ avait déjà tourné cette page en l’an 28 et, depuis, la nouvelle a dû se savoir.
A en croire les journalistes Parisiens, le monde politique serait un désert si tous les adultérins étaient dénoncés. Et la vie privée de ce monde n’a aucun secret pour eux. Les protestations générales de ces jours-ci s’expliqueraient-elles par l’autodéfense? Ils se sont mis à trembler sur leur siège. Je remarque que les Trump, Clinton, Kennedy et autres ont résisté à des tempêtes d’une autre ampleur, dans une Amérique qualifiée pourtant de puritaine.

Il semblerait que malgré l’image qu’en donnent les médias et intelligentsia parisienne, la populace n’a pas la même perception des valeurs, que ces “élites” qui se croient affranchies de toutes les lois de bon sens, dès que le suffrage populaire les range dans une catégorie sociale qui les met, pensent-ils, au dessus de tout. Rappelez-vous les frasques de Strauss-Kahn que l’élite du Parti Socialiste nous avait offert comme candidat à la Présidence de la République, les sorties en scooter d’un Hollande casqué, fossoyeur du PS, les détails, croustillants parait-il, monnayés par l’ex-femme de Sarkozy, Alain Juppé parlant de ses “conquêtes” en se comparant à un papillon incapable de se fixer, et j’en passe, et des meilleures. Grace aux journalistes, tout cela ne fait plus partie de la vie privée. On peut donc en parler.
Non, la populace espère autre chose. Le bon sens existe toujours chez les gens de la base; il est assez enraciné pour faire vaciller les ambitions les plus grandes comme on vient de le voir. Il serait peut-être temps que certains se demandent sérieusement, pourquoi les gens n’ont pas davantage confiance que cela en ceux qu’ils ont pourtant élus.

 

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.


Pour tout soutien de 50€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.


50€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).

2 thoughts on “Leçons de l’affaire Griveaux

  1. Afera honetan nire ustez, oso zozoa izan da Griveaux jauna. Bizitza pribatuari dagokion bideo bat ez da edonori ematen, ekintza sexualaren ekintzaile artean gelditzen da eta kitto. Jendea, baita agintariak ere, askoz zozoago dira afera horri ematen dioten garrantzi handiarengatik, jakinik munduan gauza larriagorik dagoela: etorkinen problemak; Ekialdeko gerlak; planetaren beroketa; erlijioaren fanatismoaren hedapena; eskuin aldeko igotea CORONA birusa… Igande honetan bazkari bat egiten nuen kostaldeko lagun eta lankide batzuekin: askoz mintzatzen ziren Griveaux aferari buruz, baina Zaldibarreko luizia aipatu nuelarik ,ez zekiten ezer, Zaldibar eta Bizkaia beste planeta batean bailiran. Nola gehiago jakin dezake Euskal Herritik 800 kilometrora gertatzen dena, 100 kilometrotara gauza asko inarrosten duena baino? Geure gizartea zentzu txarrean amerikanazatzen ari delakoan nago: gauza pribatuak eta pitokeriak liluragarriago dira benetako arazoak baino alegia.

  2. Si mr Griveaux ne voulait pas que son intimité soit dévoilée, le mieux n’était il pas de ne pas faire ce film ???? Franchement c’est stupide

Comments are closed.