Le nez dans le ruisseau

Ruisseau

L’Édito du mensuel Enbata

Le général Gilbert Diendéré nous a bien fait marrer. En 2015, au Burkina Faso, cette figure emblématique du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP), véritable homme de main du président Blaise Compaoré, déchu en 2014 par un mouvement populaire après 27 ans de “démocrature” bien tassée, a tenté le putsch pour reprendre la main sur un gouvernement de transition. A la télévision d’Etat, un militaire déchiffrait péniblement un communiqué bien trop ardu pour lui, au lieu de résumer l’habituel manuel d’investiture du coup d’Etat qui promet des élections un an après, le temps nécessaire aux putschistes en quête de reconnaissance internationale de “faire le ménage” dans le pays, le rendre pimpant à la démocratie et, promis, sans croiser les doigts sous la vareuse.

Images d’un autre temps que les burkinabés se sont empressés de qualifier de “putsch vintage”, même si la communauté des pays africains, toujours décalée, a amplifié cette bonne vieille marche militaire en reconnaissant implicitement le nouveau régime fort.

Un journaliste du “Pays des hommes intègres”, Chériff Sy, connu en Iparralde pour de nombreuses visites à ses confrères et dont le journal persiste à ressembler à notre défunt Journal du Pays Basque, a tout de même dû jouer à De Gaulle en s’organisant sur une radio rebelle, entrainant la population et le reste de l’armée, isolant les putschistes dans le pays et reprenant nonchalamment les clés du pouvoir usurpé et celle de la prison militaire où croupit depuis le général Diendéré, en attente de plusieurs procès, dont celui de l’assassinat du président Thomas Sankara en 1987.

Dans la rue, les avis étaient unanimes : le mot putsch renvoyait aux années 80 et il était impensable qu’en 2015, un coup de force puisse mener à la présidence.

Et puis ce 24 janvier, l’armée a confisqué le pouvoir au président élu Roch Marc Christian Kaboré, avec un soutien visible —bien que relatif— de la rue et un profond et éloquent soupir d’indifférence de la majorité de la population.

Le coup d’État s’impose à nouveau en Afrique de l’Ouest comme une accession naturelle au pouvoir, non seulement au Burkina Faso, mais également au Mali, où les militaires viennent de prolonger la fameuse année de ménage des institutions jusqu’en 2027, ou encore au Tchad et en Guinée, il y a quelques mois. Le Niger est en sursis.

Les causes profondes de cette résignation rapide des populations sont bien sûr complexes et tiennent à l’état de guerre de ces pays, confrontés à un encerclement djihadiste. Mais plus largement, à un effondrement de l’Etat, qui démissionne sur tous les terrains, à l’image de cette attaque djihadiste qui a coûté la vie à 49 gendarmes burkinabés, en novembre dernier et dont on a appris qu’ils n’étaient même plus ravitaillés en nourriture et affamés depuis des semaines, dans leur caserne du Sahel.

Au concept de corruption, les burkinabés préfèrent celui de “mal gouvernance”, qui englobe les incuries de la santé ou de l’éducation et renvoie le pouvoir à son impasse et à sa perte de sens, qu’il soit national ou international, comme cette Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui menace cette fois d’asphyxier le pays en représailles mais dont les chefs d’Etat, bien mal élus, n’ont plus de légitimité parmi les peuples, ou comme l’ancienne puissance coloniale, la France, engagée militairement dans la région mais que l’on prie de plus en plus clairement de rentrer chez elle, malgré un récent palmarès de chasse satisfaisant.

Cette volte-face doit nous interpeller, à l’heure des élections présidentielles françaises qui confortent, dans le même élan, la montée en puissance du discours de l’extrême droite et la démission de l’État français, incapable de garantir une nécessaire transition écologique ni même de limiter la précarité et les inégalités ou d’éviter le “double échec sanitaire et politique” dans la crise du Covid, nous rappelle, dans ces colonnes, Nicolas Goñi.

Le contrat social a “le nez dans le ruisseau”, pourrait-on s’amuser, si la faute en incombait à Rousseau ou si les mêmes causes ne produisaient, avec le recul historique, les mêmes effets.

Certes, le Pays Basque Nord est un territoire qui reste “peu impacté par la montée des opinions d’extrême droite”, a décortiqué Txomin Poveda, dans une longue réflexion en trois volets. Mais, ajoute le sociologue, “on assiste toutefois à des prises de position parfois inquiétantes qui naissent discrètement dans le brasier des problématiques qui impactent la population du territoire”.

L’antidote du militantisme basque n’exclut pas le discernement. Face à ces 12.000 nouveaux arrivants qui déstabiliseraient chaque année notre territoire, gardons-nous donc, pour l’instant, de crier —avec les loups— au “grand remplacement”, pour ouvrir, résolument, les chantiers les mieux adaptés.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).