La der des ders

Derdesder

C’est l’esprit de la réforme des retraites que prépare le gouvernement : une réforme définitive qui supprime le besoin de toute reforme ultérieure en mettant en place des mécanismes implacables d’ajustement des pensions. “L’élément central [de la réforme proposée par le gouvernement] est de rendre à l’avenir ces réformes [de l’âge ou de la durée] ‘automatiques’ : l’âge ou la durée augmenteraient ainsi continûment à mesure que l’espérance de vie s’élève. De cette façon, la hausse du nombre de retraités serait complètement amortie, à la fois par l’allongement de l’activité, mais aussi par la baisse des pensions.”(1)

La réforme va en effet graver dans le marbre la part octroyée aux retraites dans la richesse produite à 14% du PIB, soit au niveau actuel. Alors que les études prospectives annoncent une augmentation sensible du nombre de retraité·e·s (35% de personnes de plus de 65 ans dans 30 ans), on comprend ce qu’il adviendra : même volume de richesses pour plus de bénéficiaires implique baisse des pensions pour tou·te·s.

Inégalités

Comme à chaque “réforme” néo-libérable, le bien commun est mis en avant. Les ennemis à abattre sont cette fois-ci les multiples régimes de retraites, sources d’inégalités auxquelles le président veut s’attaquer par la mise en place d’un système universel, en apparence plus juste et plus simple (on ignore si le régime de retraite des parlementaires fera partie de la charrette).

Si réduire les inégalités de traitement semble une bonne chose, la réforme fait cependant l’impasse sur la pénibilité ou les situations particulières. Et surtout elle va accroître les inégalités hommes/femmes. Dans le nouveau système, le calcul de la retraite portera sur les points cumulés sur toute la carrière. Il pénalise particulièrement les femmes et les précaires aux carrières morcelées. C’est déjà le cas par exemple avec les régimes complémentaires par points Arrco et Agirc (les pensions des femmes ne représentent que 60% de celles des hommes pour l’Arrco et 41% pour l’Agirc, contre 75% sur l’ensemble des régimes).

La réforme envisagée par le gouvernement sera un coup supplémentaire porté au régime solidaire de Sécurité sociale, géré de façon paritaire au profit d’une épargne individuelle où chacun·e récupère ses cotisations versées, la part réduite de la solidarité étant gérée par l’État. De plus la dégradation déjà entamée et renforcée du niveau des pensions ouvre en grand l’espace pour les retraites complémentaires par capitalisation, pour ceux et celles qui pourront se les payer. Les fonds de pension se frottent les mains.

L’ennemi à abattre est cette fois-ci
les multiples régimes de retraites,
sources d’inégalités auxquelles le président veut s’attaquer
par la mise en place d’un système universel,
en apparence plus juste et plus simple.

Système hybride

Cela correspond bien au projet politique macroniste, bien décrit dans un ouvrage récent (2). Il s’agit de mettre un terme au modèle hybride français où le système néo-libéral n’a pu s’appliquer intégralement comme chez la plupart de ses voisins, à cause de l’attachement de la société aux compromis sociaux hérités de 1945. Le temps est venu d’en finir avec les atermoiements. L’État loin de jouer peu ou prou un rôle d’arbitre entre capital et travail comme dans la période fordiste, doit agir résolument en faveur des intérêts du capital, garantie d’une libération des énergies, de la croissance et de la prospérité par ruissellement de la richesse. Ce discours, idéologique s’il en est, se pense comme vrai, scientifique, malgré sa crise profonde, et donc non susceptible d’être contesté, si ce n’est pour de mauvaises raisons : la “défense des rentes”, des “privilèges corporatistes”, “des demandes catégorielles qui pénalisent le reste de la société”. Pas question non plus de négocier ou d’amender le projet sur le fond. Ce serait trahir la “vérité”. D’où le mépris pour les syndicats ou autres corps intermédiaires et le côté purement formel de la soi-disant concertation proposée. De là aussi la dérive autoritariste constatée et révélée par le mouvement des gilets jaunes : mépris des opposant·e·s, violence policière, répression judiciaire assumée.

Dos au mur

A la veille du 5 décembre nombreuses sont les incertitudes, sur l’ampleur des mobilisations, les secteurs qui entreront en lutte et la suite qui y sera donnée par les directions syndicales et les collectifs de grévistes. Si la colère est répandue dans de nombreux secteurs de la société face aux conséquences de la logique néo-libérale, comme dans les grandes luttes de la décennie écoulée, la bataille se mène une fois de plus “dos au mur” sans réel projet alternatif de réforme du système de retraite favorable au monde du travail à opposer au projet des classes dominantes. Sans même parler de l’absence cruelle d’alternative politique au face à face cauchemardesque Macron-Le Pen, c’est un handicap récurrent des luttes actuelles que le mouvement social devra résoudre pour espérer stopper le rouleau compresseur néo-libéral.

(1)- Michaël Zemmour, enseignant chercheur à l’université Paris 1 dans la revue Alternatives Economiques.

(2)- Romaric Godin La guerre sociale en France, Editions La Découverte.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).