Archives par Jean Hartitschelhar

Il fut un temps où, derrière le mot Archives qu’elles fussent nationales ou départementales se profilaient les rangées de documents essentiellement écrits. “Verba volant, scripta manent”, l’adage latin marquait la permanence de l’écrit par rapport à l’oral, toujours fugace.
Je garde le souvenir du jour ou “Euskaltzaindia / Académie de la langue basque” inaugura la plaque où elle attestait que, dans les “Glosas Emilianenses” du Monastère de San Millàn de la Cogolla dans la Rioja, se trouvaient écrits les premiers mots de bas-que “Izioqui dugu guec ajutu ez dugu”, plaque placée en face de celle apposée par “la Academia de la lengua española” attestant l’existence de mots écrits en castillan. Nous sommes au Xe siècle de notre ère.
Certes, il n’y avait pas que l’écrit puisque, grâce aux peintres, apparaissaient les portraits des rois, reines et autres grands des différents royaumes, les peintures religi-euses, témoignages des grands moments de l’Eglise catholique en particulier, ainsi que, plus tard, des scènes de genre des premiers hollandais ou encore l’étonnante œuvre de Goya avec ses tableaux du 2 et du 3 mai ou les Désastres de la guerre.
Même si l’écrit —manuscrits d’abord, imprimés à partir du XVe siècle— garde la prééminence, d’autres supports viennent s’ajouter à partir du XIXe siècle: la photographie et ses débuts avec la daguerréotypie (l’ascendance du créateur ne fait aucun doute) qui rivalise avec la peinture et oblige celle-ci à changer de style, le cinéma avec les frères Lumière, photographie du mouvement, véritable reconstitution de la vie à la fin du XIXe siècle, la télévision ensuite de plus en plus répandue à partir du milieu du XXe, le son à son tour, atteignant tous les foyers grâce aux ondes hertziennes, Internet enfin qui est en train de révolutionner notre société de communication de masse.
Si j’évoque cette remarquable évolution c’est tout simplement parce que, grâce à cette technologie nouvelle, de nouvelles archives voient le jour. Je garde en mémoire le souvenir de Maite Barnetche qui a réalisé les premiers documents intéressant les Bas-ques et leur langue à la télévision. De la même manière, les 4.000 heures d’émission collectées par les chercheurs d’Euskaltzaindia pour l’établissement de l’Atlas linguistique basque qui sont le témoignage des variétés de la langue à la fin du XXe siècle.
Le vendredi 12 octobre dernier, j’ai assisté au cinéma Le Royal à Biarritz au milieu d’une salle comble, à la projection du documentaire intitulé “Sur les pas de Jakes” réalisé par Ramuntxo Garbisu, retraçant le parcours et l’engagement de Jakes Abéberry dans le mouvement “Enbata” et dans la politique municipale de Biarritz. C’est un document de grande valeur car il marque une étape de notre histoire politique, celle de l’irruption dans une majorité municipale de l’abertzalisme conscient et pragmatique, la rencontre et le pacte établi entre le maire centriste et son adjoint à la culture abertzale. Ramuntxo Garbisu mérite toutes les félicitations pour l’idée du film et surtout pour son montage, véritable dialogue entre le “sujet” comme l’on dit dans les pastorales et les divers témoins, tout particulièrement entre le maire et son adjoint, chacun respectant et estimant l’autre dans son engagement, chacun soulignant la politique en faveur de l’euskara (construction de l’ikastola, de la crèche bascophone, de la signalétique bilingue) et la politique d’ouverture vers l’universalisme avec le Temps d’aimer, les ballets Malandain, l’utilisation de la Gare du Midi, le festival du cinéma latino américain.
Depuis, l’abertzalisme a fait des progrès avec l’élection de maires, de conseillers municipaux, de conseillers généraux, mais la marche en avant est venue de Biarritz, de Jakes entouré de son équipe et de ses collaborateurs. Bref, c’est un pan de notre histoire qui est, ainsi, archivée. Les moyens de communication de masse sont à notre disposition. A nous de les utiliser pour écrire notre histoire.

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).