Gauden gu

“On ne va pas créer une révolution pour le Pays basque ». Bien entendu, tel qu’il est écrit avec la minuscule pour l’adjectif basque, ce serait une véritable révolution que de l’écrire avec une majuscule Pays Basque. Il semblerait que le dit pays ne soit pas en odeur de sainteté  dans les hautes sphères de cet Etat-nation qu’est la République française.

Quel était ce territoire formé de trois provinces historiques -Labourd, Basse-Navarre et Soule- avant la révolution française? Une simple collectivité qui, depuis Henri IV de France et III de Navarre jouissait d’une autonomie dont il ne faut pas exagérer les pouvoirs puisqu’ils se bornaient à la possibilité de répartir l’impôt fixé par le roi, privilège aboli au cours de la fameuse nuit du 4 août 1789. Dès lors, commence la détestation. On connaît les étapes:

En 1790, par pure méfiance envers le peuple basque, les trois provinces ne peuvent constituer un département, car «le fanatisme parle basque» et que pour mieux assimiler les Basques, il convient de les mélanger avec les Béarnais qui, eux au moins, parlent un dialecte néo-latin et non point une langue barbare comme l’euskara.

Un genre d’euskaraphobie va naître sous la Convention  avec la proclamation de traîtrise pour certains villages frontaliers et l’envoi en exil dans les Landes et autres départements d’une partie de la population de ces villages.

Autre symbole : le roi Louis-Philippe n’est plus roi de France et de Navarre, mais roi des Français, de même que Napoléon III sera aussi empereur des Français. Toutefois lesdits Français n’ayant pas la mémoire courte continuent à employer l’expression « de France et de Navarre » et toujours à bon escient.

Par la suite se succèdent les républiques et leurs ministères de l’Instruction publique devenus plus tard Education nationale, symboles eux aussi dans leur appellation, celui d’instruire la société et celui d’éduquer la nation avec tout l’aspect progressiste que cela suppose, mais avec l’imposition d’une seule langue, celle de la République, consacrée en outre dans l’article II de la constitution. Pour la grande «convivencia» entre les peuples de France, il s’agit d’éradiquer les autres langues qui se parlent sur le territoire, la langue basque entre autres.

BATERA-renGIFa

Mais cette euskaraphobie (j’utilise ce terme dans mon ressenti basque) a ses limites. Puisque, selon la formule connue, on ne va pas faire la révolution pour le seul Pays Basque, c’est le Pays Basque lui-même qui mène la Révolution.

  • Il crée grâce aux ikastola son propre système éducatif, l’euskara devenant langue d’enseignement. « Niet » au début de la part des pouvoirs publics, puis acceptation.
  • Est créé, grâce et sous l’égide de l’Université Michel de Montaigne (Bordeaux III), le cursus universitaire de Basque à Bayonne. «Niet» au début pour les programmes, puis acceptation de diplômes et concours nationaux.
  • A leur tour, un certain nombre d’agriculteurs basques, fatigués de ne pas être entendus par la Chambre d’agriculture départementale décide de créer Euskal Herriko Laborantza Ganbara. Procès gagné en correctionnelle, procès gagné en appel, victoire donc devant deux «niet» implicites et cessation des poursuites.
  • La revendication du département Pays Basque date de 1836, puis de 1963 avec Enbata et enfin de 1981 avec son inscription dans le programme de François Mitterrand le renégat (veuillez ne pas m’accuser de lèse-majesté comme on le fait actuellement pour le juge Gentil), celle de la collectivité territoriale à statut particulier, récente celle-ci, toutes deux ont droit au «niet». A quand l’acceptation?

Les régimes passent, les politiques aussi, le Pays Basque demeure, toujours ferme et solide. Gauden gu.

 

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).