Circonvolutions en Abertzalie

AbertzalieQuand on tape sur le moteur de recherche le mot “Abertzale”, la définition de Wikipedia nous apparaît immédiatement : le terme abertzale en basque signifie “amant de la patrie”, “patriote” ou “partisan de la patrie”. Il provient de la fusion du terme aberri avec le suffixe – zale. Le problème avec les traductions, c’est qu’elles dénaturent souvent la pensée de la langue originelle. Et puis, une partie de notre génération —avec notre construction catho/gaucho/puis écolo empreinte pour certain.e.s d’un zeste d’idéal libertaire(1), frustré.e.s de ne point avoir vécu Mai 68— a du mal avec le concept de “patrie”.

A…bertzale, allez, allez !

Du coup, remonte à mon esprit, le discours de Jakes Abeberry —notre père à toutes et tous— lors d’un meeting de la liste abertzale pour les élections régionales de 1992 dans lequel ce fils de boulanger arrangoiztar, de trente ans notre aîné, nous tint à peu près ce langage : “Être abertzale, c’est avoir changé de patrie !”. Lui n’était pas encombré par nos embarras sémantiques voire politiques. Plus tard, je me suis approprié, en partie cette sortie “pataquès” en parlant de “cadre de référence”. Encore plus tard, on a plutôt le terme de “sentiment d’appartenance”.

Universalité

Entre-temps, j’ai beaucoup aimé ce que le camarade Jean Noël Etcheverry, plus connu sous le pseudo de Txetx, m’avait insufflé à la veille d’une soirée de soutien au peuple basque, il y a une bonne vingtaine d’années en terre girondine. Abertzale, cela renvoi à “aberriaren zaintzaileak”, “aberria” —terme assez moderne dans le lexique basque— pouvant être assimilé à “arbasoen herria”. En traduction française, cela pourrait s’approcher de “gardien du pays des ancêtres”. Ce qui renvoie à la pensée “Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants” dont l’origine est tout à la fois attribuée à la philosophie amérindienne et notamment à l’indien Ramaswami Venkataraman, à un proverbe Inuit comme africain, ou à une citation anglaise à partir d’une phrase de Wendell Berry. Qu’importe, c’est une notion universelle qui pourrait, devrait être partagée par tous les peuples !

La diversité comme rempart à l’uniformité

S’il ne devait y avoir qu’un seul avantage de l’arrêt de la lutte armée en Euskal Herri — en dehors de l’arrêt de la violence politique d’un peuple pas encore reconnu parmi la diversité des nations— c’est que le débat aujourd’hui ne se focalise plus sur des moyens utilisés, mais sur l’apport des idées et la manière aujourd’hui non violente de les porter. Qui plus est, la majorité des abertzale n’est plus confinée à un mouvement uniquement de reconnaissance identitaire mais apporte des propositions et solutions à la crise sociale, agricole, économique, énergétique, environnementale, migratoire… Il poursuit sa mue, tant au Nord qu’au Sud, en pensant qu’il peut co-construire, ici et là, et avec tous les nouveaux arrivants qui le veulent, un avenir en commun dans le cadre de gouvernances partagées.

Alors, comment repérer un.e abertzale ?

Autant on peut reconnaître facilement les jeunes hommes abertzale du Sud —ils ont tous au moins une “pettentte” à l’oreille gauche, tels ces joaldun aperçus à Herri Hurrats où pas un ne dérogeait à la règle, autant au Nord, c’est un peu plus compliqué. Il vaut mieux prêter l’oreille -sans boucle- au discours déployé. Si au détour d’une conversation banale, vous entendez “au niveau hexagonal” ou “Pays basque Nord ou Sud”, bingo ! Vous avez déniché la quintessence abertzale qui considère la France comme un État pluri-national.(2)

Du Sud Ouest ou du Nord ?

Si par contre, vous chopez au vol “Pays basque français” et “au niveau national” pour faire référence à la France, là, vous avez affaire au mieux à un.e “euskaltzale(3) ou au pire, à quelqu’un qui considère que la France a un terroir riche en diversité avec de belles provinces typiques. Si on vous indique qu’après Hendaye c’est l’Espagne, là, vous vous positionnez en fonction de votre niveau de basquitude ou de votre connaissance de la géopolitique locale. Vous avez compris que vous êtes face à un.e citoyen.e français.e lambda. Au mieux, vous lui rendez service en lui offrant le bouquin “Le Pays basque pour les nuls”. Au pire vous lui dites, qu’à son prochain séjour en Corse, il teste le tour de l’île avec un grand drapeau français accroché à sa voiture. En synthèse, un abertzale qui vit en “Pays basque français” il est du “Nord” alors qu’un citoyen français qui se dit français —fut il/elle basque— se considère dans le sud ouest. A contrario, un abertzale qui vit dans le Pays Basque espagnol habite bien au sud alors qu’un citoyen espagnol qui se dit espagnol —fut il/elle basque— estime qu’il habite dans le nord ouest ! On appelle cela un Pays Basque pluriel !

Gora gu ta gutarrak!

Il faut dire que depuis la fin de la lutte armée en Pays Basque, certains ont du mal à distinguer maintenant les bons et les méchants abertzale. C’est pourtant encore limpide. Pour pasticher “Les inconnus(4) et pour s’imbiber du milieu des chasseurs, un bon abertzale, c’est quoi ? Bé, un bon abertzale, c’est quelqu’un voit un truc qui bouge. Il tire. Et voilà ! C’est un bon abertzale. Un mauvais abertzale, c’est quelqu’un qui voit un truc qui bouge. Il tire. Et voilà, quoi !

(1) Certains d’entre nous étions, à la vingtaine, à la fois anti-étatistes et anticapitalistes façon Bakounine ou Proudhon tout en incluant notre lutte dans une démarche internationaliste. Dans les années fin 90, nous brandissions, tel un étendard, le fameux “Penser global, agir local”.

(2) Petit jeu : prenez sur vous et lisez le journal Sud Ouest. Dans ses pages “Pays basque” ou ailleurs, vous ne verrez jamais écrit “Pays basque Nord” ou “Pays basque Sud”. En guise de substitution, on lira “Pays basque français”, ou “de l’autre côté”. Avec mention spéciale “Coté français ou coté espagnol”. La raison est simple : la direction du quotidien l’interdit à ses journalistes ! Un peu dans la même veine, France bleu Pays basque s’échine, s’obstine même à se considérer comme la première radio du Pays basque alors qu’elle n’est que la première radio du Pays basque Nord !

(3) Personne bascophile qui aime et soutien la langue et la culture basque.

(4) https://www.youtube.com/watch?v=QuGcoOJKXT8  

Soutenez Enbata !

Indépendant, sans pub, en accès libre, financé par ses lecteurs
Faites un don à Enbata.info ou abonnez-vous au mensuel papier

Enbata.info est un webdomadaire d’actualité abertzale et progressiste, qui accompagne et complète la revue papier et mensuelle Enbata, plus axée sur la réflexion, le débat, l’approfondissement de certains sujets.
Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés par les dons de nos lectrices et lecteurs, et les abonnements au mensuel papier : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre.
« Les choses sans prix ont souvent une grande valeur » Mixel Berhocoirigoin
Cette aide est vitale. Grâce à votre soutien, nous continuerons à proposer les articles d'Enbata.Info en libre accès et gratuits, afin que des milliers de personnes puissent continuer à les lire chaque semaine, pour faire ainsi avancer la cause abertzale et l’ancrer dans une perspective résolument progressiste, ouverte et solidaire des autres peuples et territoires.
Chaque don a de l’importance, même si vous ne pouvez donner que quelques euros. Quel que soit son montant, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission.
Faites un don ou abonnez vous à Enbata : www.enbata.info/articles/soutenez-enbata

  • Par chèque à l’ordre d’Enbata, adressé à Enbata, 3 rue des Cordeliers, 64 100 Bayonne
  • Par virement en eusko sur le compte Enbata 944930672 depuis votre compte eusko (euskalmoneta.org)
  • Par carte bancaire via système sécurisé de paiement en ligne : paypal.me/EnbataInfo
  • Par la mise en place d’un prélèvement automatique en euro/eusko : contactez-nous sur [email protected]

Pour tout soutien de 40€/eusko ou plus, vous pourrez recevoir ou offrir un abonnement annuel d'Enbata à l'adresse postale indiquée. Milesker.

Si vous êtes imposable, votre don bénéficiera d’une déduction fiscale (un don de 50 euros / eusko ne vous en coûtera que 17).

Enbata sustengatu !

Independentea, publizitaterik gabekoa, sarbide irekia, bere irakurleek diruztatua
Enbata.Info-ri emaitza bat egin edo harpidetu zaitezte hilabetekariari

Enbata.info aktualitate abertzale eta progresista aipatzen duen web astekaria da, hilabatero argitaratzen den paperezko Enbata-ren bertsioa segitzen eta osatzen duena, azken hau hausnarketara, eztabaidara eta zenbait gairen azterketa sakonera bideratuagoa delarik.
Garai gogorrak dira, eta badakigu denek ez dutela informazioa ordaintzeko ahalik. Baina irakurleen emaitzek eta paperezko hilabetekariaren harpidetzek finantzatzen gaituzte: ordaindu dezaketenen eskuzabaltasunaren menpe gaude.
«Preziorik gabeko gauzek, usu, balio handia dute» Mixel Berhocoirigoin
Laguntza hau ezinbestekoa zaigu. Zuen sustenguari esker, Enbata.Info artikuluak sarbide librean eta urririk eskaintzen segituko dugu, milaka lagunek astero irakurtzen segi dezaten, hola erronka abertzalea aitzinarazteko eta ikuspegi argiki aurrerakoi, ireki eta beste herri eta lurraldeekiko solidario batean ainguratuz.
Emaitza oro garrantzitsua da, nahiz eta euro/eusko guti batzuk eman. Zenbatekoa edozein heinekoa izanik ere, zure laguntza ezinbestekoa zaigu gure eginkizuna segitzeko.
Enbatari emaitza bat egin edo harpidetu: https://eu.enbata.info/artikuluak/soutenez-enbata

  • Enbataren izenean den txekea “Enbata, Cordeliers-en karrika 3., 64 100 Baiona“ helbidera igorriz.
  • Eusko transferentzia eginez Enbataren 944930672 kontuan zure eusko kontutik (euskalmoneta.org-en)
  • Banku-txartelaren bidez, lineako ordainketa sistema seguruaren bidez: paypal.me/EnbataInfo
  • Euro/euskotan kenketa automatikoa plantan emanez: gurekin harremanetan sartuz [email protected] helbidean

40€/eusko edo gehiagoko edozein sustengurentzat, Enbataren urteko harpidetza lortzen edo eskaintzen ahalko duzu zehaztuko duzun posta helbidean. Milesker.
Zergapean bazira, zure emaitzak zerga beherapena ekarriko dizu (50 euro / eusko-ko emaitzak, 17 baizik ez zaizu gostako).