Le Biltzar source de la légitimité basque

PrintFriendly and PDF

Après avoir vécu séparément, les Biltzar des maires du Labourd et celui des maires de Basse-Navarre et Soule ont fusionné et se sont transformé en Biltzar des Communes du Pays Basque. Depuis un an sa présidence est assumée par Christine Bessonart, maire de St Pée sur Nivelle, qui a succédé à Andde Darraidou.
Le Biltzar a tenu son assemblée générale samedi dernier 16 octobre à Sare dans la continuité de sa vocation à porter une vision de l’ensemble d’Iparralde. Traditionnellement boudé par les grands maires de la côte, le Biltzar de samedi, outre un interessant débat sur l’assénissement, s’est attaché à reprendre le rôle moteur dans la revendication d’une institution propre à Iparralde dans le droit fil des votes historiques, largement majoritaires, de nos 159 maires sollicités pour un département Pays Basque. Une nouvelle motion a été votée à l’unanimité, moins une abstention, se félicitant de la consultation Batera et affirmant à nouveau “la nécessité de la création d’une collectivité territoriale Pays Basque disposant de compétences et d’un budget propre”. Ce vote unanime est, il est vrai, fruit d’une longue ré-flexion du conseil d’administration qui s’est régulièrement réuni tout au long de l’année et, en séance samedi, d’un percutant plaidoyer de Jean-René Etchegarray, premier adjoint au maire de Bayonne.En réponse au courrier du Préfet rappelant aux maires les limites du financement des écoles privées, une autre motion été adopté après un débat pertinent sur le terme “école privée” pour ne retenir qu’école sous contrat d’association avec l’Education nationale.

Motion
Suite à l’examen des obligations des communes pour le fonctionnement des écoles sous contrat d’association et devant la disparité des versements cons-tatés, le Conseil d’administration propose que les communes tendent à verser à toutes les écoles de leur territoire la même somme représentant le coût d’un élève dans leur école publique, dans le strict respect de la légalité.
De plus, il propose de verser pour la scolarisation en école privée dans une commune voisine, et dans le cas où la commune de résidence n’en possède pas, une subvention de fonctionnement.
Ces préconisations sont émises car le Conseil d’administration considère de son devoir d’assurer l’équité entre les écoles publiques et sous contrat d’association, et la défense de la composante la plus importante de notre culture basque: l’euskara.

Motion Biltzar
du 16 octobre 2010
à Sare

Le Biltzar des communes du Pays Bas-que réuni à Sare le 16 octobre 2010.
l Se fait l’écho des inquiétudes que soulève la réforme des collectivités territoriales et en particulier la suppression dans les textes des pays même si des promesses continuent à être apportées sur le devenir du pays Pays Basque.
l Se félicite des résultats de la consultation organisée par Batera les 14 et 21 mars 2010 dans la plupart des communes qui ont démontré l’attachement des électrices et électeurs à l’existence institutionnelle du Pays Basque.
l Soutient les contacts et démarches entreprises par le conseil d’administration pour apporter un éclairage sur les différents scénarii possibles permettant d’atteindre cet objectif. Entre autres, il appuie la participation au groupe de travail Conseil des élus-Conseil de développement qui doit se réunir le 19 octobre.
l Affirme la nécessité de la création d’une collectivité territoriale Pays Basque disposant de compétences et d’un budget propres.